LAINES MINERALES

Imprimer
Mis à jour en 31 mai 2010

Les informations fournies par cette fiche sont indicatives, sans valeur légale et sans caractère obligatoire.

Définition de la nuisance ou situation dangereuse

Fibres minérales amorphes de consistance laineuse, les laines minérales sont des fibres de silicates vitreuses artificielles à orientation aléatoire. Leur pourcentage pondéral d’oxydes alcalins et d’oxydes alcalino-terreux est supérieur à 18% (la réglementation européenne classe les fibres selon leur teneur pondérale en alcalins et alcalino-terreux). Selon le matériau utilisé pour les fabriquer on distingue : – laine de verre élaborée à partir de sable – laine de roche élaborée à partir de basalte – laine de laitier élaborée à partir de laitier de haut fourneaux Ces laines contiennent : – plus de 90% de fibres non métalliques, anorganiques de diamètre compris entre 2 et 9 microns – 3 à 5% de liants organiques (résines phénoliques, formol) qui assurent la cohésion du produit – moins de 1% d’huile pour augmenter la résistance à la cassure et limiter l’émission de poussières Les laines de verre, de roche et de laitier sont classées, de façon globale « cancérogène de catégorie 3 » par l’Union Européenne et irritantes pour la peau. Des exonérations sont possibles pour les laines non biopersistantes à condition que des tests de cancérogénicité ou de biopersistances aient donné des résultats favorables, elles sont alors uniquement classées irritantes.

Laines biopersistantes: R40 R38 R36/37

Laines non biopersistantes: R38

D’autres laines d’isolation haute température sont fabriquées à partir de silice et d’alumine : – fibres de verres – laine de silicate alcalino-terreux (AES) produites par centrifugation d’un mélange de minéraux contenant de la silice, du calcium et/ou du magnésium et parfois additionnée de titane, alumine ou autres traces d’oxydes. Elles sont classées irritantes, exonérées de la classification cancérogène par l’Union Européenne – laine CMS : calcium, magnésium, silicate

Danger

Le risque va dépendre : – Du niveau d’empoussièrage. – Des caractères physiques et chimiques des fibres. – De la nature du liant. – De la durée et de la fréquence de l’exposition. • Les critères de toxicité des fibres sont fonction : – Des caractéristiques dimensionnelles : diamètre, longueur. – Des caractéristiques chimiques : pourcentage pondéral d’oxydes alcalins et d’oxydes alcalino-terreux, de leur biopersistance, de leur solubilité. • Le danger potentiel augmente quand : – La longueur de la fibre augmente, le diamètre diminue, la bio-persistance augmente, la solubilité diminue. – Contrairement à l’amiante où le fractionnement est longitudinal, les laines, du fait de leur structure vitreuse, ont une séccabilité transversale, qui diminue leur biorésistance. En dehors de la pathologie pulmonaire, fibrose suspectée d’après les données expérimentales, les fibres minérales sont reconnues responsables de pathologie cutanée, d’irritation des muqueuses et des voies aériennes, d’asthme bronchique. • Effets dus aux fibres : (réaction mécanique) irritation de la peau et dermite, irritation des muqueuses (conjonctivite), irritation des voies aériennes (rhinite, bronchite). • Effets dus aux liants et aux additifs : (résines à base de formol, résines phénoliques): réaction allergique, eczéma, asthme bronchique • Effets dus aux antistatiques : ammonium quaternaire. Les pathologies avec les liants se rencontrent exclusivement dans les opérations de fabrication et lorsque les laines sont portées pour la première fois à une température supérieure à 200°C qui seule est capable d’entraîner une dégradation thermique de l’encollage polymérisé.

Tâches et postes

Activités et situations de travail Postes
Isolation thermique, acoustique, protection incendie dans le domaine de l’habitat : Toitures, terrasses, combles perdus ou aménagés Sols, dalles flottantes, fonds de coffrage, murs Cloisons, planchers, plafonds suspendus Planchers chauffants, équipements de chauffage et de climatisation Plaquiste Couvreur,Charpentier Maçon Menuisier, peintre, poseur de faux plafonds Plombier chauffagiste.
Isolation dans le domaine de l’industrie, des bâtiments industriels et commerciaux : Toitures, terrasses, bardages, sous toitures Isolation et protection des chaudières, réservoirs, conduits de chauffage et ventilation. Calorifugeage Couvreur, étancheur, bardeur Chauffagiste, fumiste. Calorifugeur.
Autres applications : Ecrans routiers Plates-formes pétrolières, cultures hors sol. Renforcement de produits bitumineux Génie civil Hors BTP.

Fiches FAST liées

  • Agent Maintenance Parking Souterrain
  • Couvreur Zingueur
  • Habilleur Façade
  • Installateur Thermique Génie Climatique
  • Maçon Bâtiment
  • Parqueteur
  • Poseur Plafond Suspendu
  • Staffeur Ornemaniste

Niveau d'exposition

Temps : durée - fréquence

Exposition Permanente Fréquente Intermittente Occasionnelle
% > 70 > 30 > 5 < 5
Jour > 6 heures > 2 heures > 30 mn < 30 mn
Semaine > 3 jours > 1 jour > 2 heures < 2 heures
Mois > 15 jours > 6 jours > 1 jour < 1 jour
Année > 5 mois > 2 mois > 15 jours < 15 jours

Intensité

• France: VLEP 1 f/cm3 pour les laines de verre, de roche et de laitier VLEP: 0,5 f/cm3 pour Allemagne, Autriche, Suisse et Australie USA – 2,0 f/cm3 pour Irlande, Pays-Bas Selon les tâches, estimation des niveaux d’empoussièrement: > 1 f/cm3: soufflage, manipulation laine en vrac, pose en espace confiné (combles par exemple) possiblement > 1 f/cm3 lors des opérations de retrait, démolition, intervention sur laine minérale en place <0,5 f/cm3: pose de matériaux compactés (panneaux, coquilles, feutres…)

Conditions d'exposition

Matériaux

• Nature : laine de verre, de roche ou de laitier. • Présentation : (revêtus ou non), panneaux rigidesou semi-rigides; feutres sous forme de rouleaux, bandes, nappes ou matelas; coquilles; laines en vrac; flocons; bourres; produits moulés; produits lamellaires.

Matériels

Outils à mains (ciseaux, couteaux, cutters, égoïnes), outils à grande vitesse (scies, tronçonneuses, perceuses), projection, dépose à sec.

Cofacteurs environnementaux

Milieu confiné, absence de ventilation ou d’aspiration.

Facteurs individuels

Tabagisme, antécédents ORL et pulmonaires (allergiques), pathologie cutanée évolutive.

Barème de décision

Critères complets

Les coefficients de pondération s'additionnent : proposition d'action médicale renforcée pour un total supérieur ou égal à 5.

Conditions d’exposition Permanente Fréquente Intermittente Occasionnelle
Nature des matériaux

Laine de verre, de laitier

2 1 1 0

Laine de roche

3 2 1 1
Nature du matériel

Flocage à l’humide

2 2 1 0

Soufflage à sec

3 3 2 1
Cofacteurs individuels

Tabagisme, antécédents ORL et pulmonaires

1 1 1 1
Cofacteurs environnementaux

Milieu confiné

2 2 1 0

Critères simples

Soufflage fréquent.

Contenu des actions

Suivi règlementaire

Suivi individuel de l’état de santé des travailleurs

• Arrêté 11-07-1977 (abrogé) : non concerné • Décret 2001-97 du 1-02-2001 (CMR) non concerné

Surveillance post professionnelle

Non concernée.

Modalités du suivi individuel de l'état de santé

• A l’embauche : examen clinique – radiographie pulmonaire de référence – épreuves fonctionnelles respiratoires; information sur le risque, le rôle des cofacteurs (tabagisme), sur les moyens de prévention et sur le suivi médical

• Aux visites périodiques : examen clinique à la recherche de signes d’irritation cutanée, des yeux, des voies aériennes supérieures et des voies respiratoires – épreuves fonctionnelles respiratoires à intervalles réguliers – rechercher une co-exposition à l’amiante

Prévention

Prévention collective

– Obtenir les fiches de données de sécurité – Evaluation des risques par employeur – Substituer les produits les plus dangereux – Eviction des outils à grande vitesse – Capter les poussières à la source – Outillage aspiré – Ventiler les locaux – Travail à l’humide – Diminuer le nombre de salariés exposés – En fin de poste ne pas balayer ni utiliser la soufflette mais un aspirateur à filtre absolu

Prévention individuelle

Port de vêtements bien fermés, port de lunettes de protection, port de gants adaptés Protection respiratoire: FFP2 au minimum, ventilation assistée pour flocage et soufflage. Filtres à jeter à chaque fin de poste. Hygiène stricte

Réparation

• TRG n° 14 : résine à base de phénol. • TRG n° 65 : ammonium quaternaire.

Remarques

Décret 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant le code du travail

Mot-clés