Imprimer

Equipe de lecture :

F. Bladier
A. Delest
H. Le Scao
M. Loizeau
A. Mantelet
V. Olin
J.J. Philippon
S. Rocquelin
S. Salles Riemann
M. Seifollahi
M. Thibault
R. Touboul

DOCUMENTS RECUS A CONSULTER A L'UNITE DOCUMENTATION

  • 587 - SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : QUI FAIT QUOI? ED 6141
    INRS / 2014, PP. 8

    Ce guide s’adresse à toute entreprise confrontée à l’obligation de définir les responsabilités en termes de santé et sécurité au travail.

  • 588 - CONDUITES INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES FACE AUX RISQUES DANS LE BATIMENT. RAPPORTS DE RECHERCHE
    OPPBTP, GNMST BTP, SHS ECOLE CENTRALE PARIS
    OPPBTP / 2014, PP. 288

    Comment les compagnons, les encadrants réagissent-ils face aux risques ? Et comment se saisissent-ils des solutions à leur disposition pour s’en préserver? Y a-t-il des freins et, si oui, lesquels ? Ce document est en effet une étude qualitative, menée sur le terrain, dans laquelle les compagnons étaient co-acteurs.

  • 589 - AMIANTE. MALADIES PROFESSIONNELLES EN SEINE-SAINT-DENIS.GUIDE PRATIQUE. 2EME EDITION
    ADDEVA 93, PP. 42

    Ce guide veut être un outil pour toutes personnes concernées par l’amiante : les victimes et leurs familles, les personnes exposées, mais aussi les médecins qui souhaitent conseiller et aider leurs patients, mais ne disposent souvent que de peu de temps ou les assistants sociaux qui aident des victimes en difficulté.

  • 590 - PLAN GOUVERNEMENTAL DE LUTTE CONTRE LES DROGUES ET LES CONDUITES ADDICTIVES 2013-2017
    LA DOCUMENTATION FRANCAISE / 2013, PP. 1-12

    Adopté le 19 septembre 2013, le Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives affirme la volonté des pouvoirs publics d’étendre cette lutte à l’ensemble des conduites susceptibles de mener à des addictions, avec ou sans produit. Ce plan soutien une approche populationnelle de la prévention, de l’accompagnement, du soin et de la réduction des risques.

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 591 - DE L'IMPORTANCE DES COLLABORATIONS MEDICALES PLURIDISCIPLINAIRES EN SANTE AU TRAVAIL : A PROPOS D'UN CAS DE WORKAHOLISM
    DURAND-MOREAU Q., RAGOT A., BALEZ R., ALASOEUR A., PASSELERGUE J.-M., GUIHO-BAILLY M.-P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2014, PP. 302-

    A partir d’un cas clinique réflexion autour de l’addiction au travail : rôle majeur du médecin du travail dans le diagnostic et la prise en charge avec nécessité de travailler en collaboration avec l’équipe médicale de soins (médecin traitant , psychiatre…).

  • 592 - TROUBLES MENTAUX : QUELLES CONSEQUENCES SUR LE MAINTIEN DANS L'EMPLOI ?
    BARNAY T., DEFEBVRE E.
    ETUDES ET RESULTATS N° 885 / 2014, PP. 1-6

    Environ 12 % des femmes et 6 % des hommes âgés de 30 à 55 ans, qui travaillent en 2006, déclarent souffrir au moins d’un trouble mental (trouble anxieux généralisé ou épisode dépressif caractérisé). Parmi ces personnes, plus de 20 % invoquent une limitation d’activité, environ 45 % indiquent souffrir d’une maladie chronique et près de la moitié se considèrent en mauvaise santé.

  • 593 - DOSSIER. ENTREPRISE, SIST,ETAT : SANTE AU TRAVAIL, QUI FAIT QUOI ?
    SEILLAN H.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 135 / 2014, PP. 22-2

    Rappel des relations contractuelles entre les services et les entreprises adhérentes.
    Analyse des relations entre l’état et le service interentreprise de santé au travail: mission régalienne de tutelle par l’agrément et coopération gestionnaire dans le cadre des contrats pluriannuels d’objectifs et des moyens (CPOM).
    Suivent les points de vue des services, des entreprises et des partenaires sociaux.

  • 594 - LES ASSISTANTS EN SANTE-SECURITE AU TRAVAIL : ENQUETE SUR LEURS ACTIVITES ET COMPETENCES
    CAREIL J., FAISANT N., MAURIN B.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 135 / 2014, PP. 36-3

    La formation CNAM aux missions de cette nouvelle fonction orientée vers les services aux TPE définis par l’article R.4623-40 du Code du travail et la circulaire sont confrontées à la pratique.

  • 595 - ACTUALITE. LE LIEN ENTRE SANTE ET TRAVAIL CENSURE?
    TORRES C.
    SANTE ET TRAVAIL N° 8 / 2014, PP. 20-2

    Est-il encore possible de rédiger un certificat médical attestant un lien entre la santé d’un salarié et son travail ?

  • 596 - LE SECRET MEDICAL, UN IMPERATIF ABSOLU...
    TORRES C.
    SANTE ET TRAVAIL N° 8 / 2014, PP. 46-4

    Le secret médical est un impératif absolu avec des dérogations : les déclarations AT/MP, les fiches d’aptitude ou inaptitude; les propositions de mesures individuelles telles que les mutations ou les transformations de poste. Sur le plan collectif, et sous réserve du respect de l’anonymat le médecin du travail qui constate un risque pour la santé du salarié doit : le mentionner sur la fiche d’entreprise; proposer des mesures préventives par un écrit motivé et circonstancié; formuler des observations sur le rapport d’activité annuel présenté au CHSCT.

  • 597 - LES DIFFICULTES D'UN SUIVI EPIDEMIOLOGIQUE LONGITUDINAL DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL
    SERAZIN C., HA C., BIDRON P., GILLARD A.-C., TILIETTE C., TASSY V., IMBERNON E., ROQUELAURE Y.
    SANTE PUBLIQUE N° 1 / 2014, PP. 33-4

    L’article retrace les difficultés principales rencontrées au cours d’une étude épidémiologique lors d’un travail mené en pays de Loire. Le faible taux de suivi (43%) peut être expliqué par la mobilité des médecins du travail, la mobilité des salariés, le changement d’organisation « d’équipe de santé au travail ». L’amélioration de suivi par ce type d’étude serait possible par la participation multipartenariale au sein des service de santé au travail, conjointement à des centres d’examens de santé.

  • 598 - LA REINSERTION PROFESSIONNELLE
    BRASSEUR G., BONDEELLE A., CARLIER A., J. PLISSON G., RAVALLEC C., VAUDOUX C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 753 / 2014, PP. 15-2

    Il peut s’avérer difficile pour les salariés victimes d’accidents ou de maladies, en lien ou non avec le travail, de revenir vers l’emploi. D’autant plus lorsque leur état de santé ne leur permet plus d’exercer un métier qui a souvent constitué l’essentiel de leur expérience professionnelle. De nombreuses initiatives locales ont permis pourtant un retour vers l’emploi, souvent au prix de changements conséquents, pour le salarié comme pour l’entreprise.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 599 - 10 QUESTIONS SUR LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL. COMMENT BIEN METTRE EN OEUVRE L'ACCORD NATIONAL INTEPROFESSIONNEL ?
    ANACT / 2014, PP. 1-16

    L’ANACT esquisse ici une démarche structurée et souple, donc adaptable à votre situation, pour concevoir, piloter et évaluer une dynamique de qualité de vie au travail (QVT). Ce document aborde divers aspects de la QVT, il constitue un outil pour devenir acteurs des innovations sociales et organisationnelles.

  • 600 - SUBIR UN COMPORTEMENT HOSTILE DANS LE CADRE DU TRAVAIL : PLUS DE 20% DES SALARIES S'ESTIMENT CONCERNES
    DARES N° 44 / 2014, PP. 1-12

    En 2010, d’après l’enquête Sumer, 22% des salariés déclarent que dans le cadre de leur travail, ils sont confrontés systématiquement à un ou des comportements hostiles. Ceux-ci peuvent prendre le forme de marques de mépris, de dénis de reconnaissance du travail ou, plus rarement, d’atteintes dégradantes. Les salariés concernés par ces comportements se déclarent plus souvent en mauvaise santé, ont davantage d’accidents du travail et sont plus souvent absents de leur travail que l’ensemble des salariés.

  • 601 - RISQUES PYSCHOSOCIAUX : LE VECU SUBJECTIF DU TRAVAILLEUR PRIME
    ZAWIEJA P.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 4 / 2014, PP. 314-

    Quelques généralités intéressantes sur le sujet, rappel du rôle du médecin du travail.

  • 602 - RESSOURCES HUMAINES : MISER SUR LA MOBILITE « METIER » ENRICHIT L'ENTREPRISE
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5772 / 2014, PP. 16-1

    La tendance à recourir à la mobilité fonctionnelle s’accentue dans le BTP. Création de passerelles, formation renforcée, suivi managérial…Trois employeurs partagent leur démarche.

  • 603 - FEUILLET. TRAVAIL A LA CHALEUR
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 1-2

    Feuillet d’information sur le travail à la chaleur reprenant, notamment, les effets sur la santé, les risques, les actions à mener, etc.

  • 604 - REDUIRE LES RPS PAR UN BON ENCADREMENT
    BARRUYER C.
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 50-5

    Longtemps préservé, le BTP, comme les autres secteurs, change. Devenu plus complexe, le travail peut constituer une source de stress dans les équipes. Ces risques, appelés psychosociaux, doivent être détectés et maitrisés par les entreprises.

  • 605 - LE SALAIRE : FACTEUR DE RISQUE OU VECTEUR DE PREVENTION ?
    MILLET S.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 135 / 2014, PP. 4-8

    Le mode de rémunération « course au chiffre » peut induire des comportements facteurs de risque. L’ANI (Accord national interprofessionnel) du 2 juillet 2008 qui identifie les facteurs de stress, et le CHSCT qui doit être consulté constituent deux repères à incidence juridique. Certains instruments du droit, l’intéressement lié au taux de fréquence des AT, les complémentaires santé, les couvertures de prévoyance sont analysés sous l’angle « vecteurs de prévention ». La communication interne obligatoire permet de sensibiliser les salariés aux risques. Suivent 4 décisions jurisprudentielles.

  • 606 - VIE PRO/VIE PERSO - LA FIN DES FRONTIERES
    DESRIAUX F., VENDRAMIN P., VOLKOFF S., BOULIN J.-Y., FLOTTES A., DUGUE B., FAYNER E., BOULET A.-M., LOISIL F.,
    SANTE ET TRAVAIL N° 8 / 2014, PP. 25-4

    Préserver un équilibre entre ses temps professionnels et privés est un enjeu de santé et de réalisation de soi, les salariés voulant pouvoir mener de front plusieurs projets, professionnels et personnels. Favoriser cette conciliation est une des dispositions de l’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail de juin 2013. Dans ce dossier, nous défendons un autre point de vue : c’est en priorité sur le travail, son organisation, son contenu et ses horaires qu’il faut agir.

  • 607 - SOUS-TRAITANTS ET NOMADES DU NUCLEAIRE
    FAYNER E.
    SANTE ET TRAVAIL N° 8 / 2014, PP. 34-3

    Parmi les salariés sous-traitants du nucléaire, certains sont amenés à se déplacer de site en site, au gré des opérations de maintenance. Reportage sur ce mode de vie nomade pénalisant pour la vie familiale, usant pour la santé, mais parfois revendiqué.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 608 - HERNIES INGUINALES ET EXPOSITION PROFESSIONNELLE : REVUE DE LA LITTERATURE ET ETUDE DESCRIPTIVE DE CAS
    PROCHALSKA C., LEBAUPAIN C., LOIZEAU M., DESCATHA A.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2014, PP. 259-

    Résultats concordants entre la revue de la littérature et une enquête descriptive effectuée par une interne du service APST BTP RP à partir des signalements réalisés par les médecins de l’APST BTP RP dans le cadre de l’enquête RNV3P sur l’existence d’une possible relation entre la survenue d’une hernie inguinale et l’exposition professionnelle à des facteurs mécaniques.

  • 609 - CARCINOMES PROFESSIONNELLE. A PROPOS D'UNE ENQUETE CAS - TEMOINS DANS LA REGION DU CENTRE TUNISIEN
    CHATTI S., MAOUA M., BELAJOUZA C., RHIF H., EL MAALEL O., ALLANI I., KALBOUSSI H., BRAHEM A., DEBBABI F., NOUIRA R., MRIZAK N.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2014, PP. 276-

    Résultat d’une étude rétrospective cas témoins réalisée en Tunisie sur 99 cancers épidermoïdes cutanés. Mise en évidence d’une relation significative avec l’exposition aux rayons solaires (en rapport avec le niveau d’exposition), ainsi qu’avec des antécédents de brûlures cutanées.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 610 - COMMENT REDUIRE LE NOMBRE D'ACCIDENTS LIES A L'ACCES AUX ENGINS DE CHANTIER ?
    WOIKE L., JAROSZ C., LE BRECH A., FLEURETTE F.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 235 / 2014, PP. 52-5

    De nombreux accidents du travail se produisent lors de l’accès aux engins de chantier. Afin de mieux comprendre leur origine, une étude ergonomique a été menée au sein de différentes entreprises. Plusieurs constats, à destination des constructeurs de machines mais aussi des utilisateurs, découlent de ces travaux.

RISQUES PHYSIQUES

  • 611 - FICHE TENHIQUE HST. COMMENT DETERMINER LE NIVEAU D'EXPOSITION QUOTIDIENNE AU BRUIT ?
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 235 / 2014, PP. 1-2

    Les niveaux de bruit auxquels les travailleurs sont soumis peuvent varier au cours de la journée. Afin d’estimer l’exposition quotidienne au bruit, l’INRS propose une calculette. Elle permet de savoir rapidement si des actions de prévention sont nécessaires.

  • 612 - ROLE ET MISSIONS DE LA PERSONNE COMPETENTE EN RADIOPROTECTION (PCR) – ACCES AUX DONNEES DOSIMETRIQUES
    ABAIDA-BENOIST G., BASILE S., GAURON C GUILLEMY N., MOUREAUX P.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 235 / 2014, PP. 44-5

    La radioprotection constitue un sujet privilégié de réflexion et de débat entre l’INRS et l’IRSN. Elle a fait l’objet d’un atelier portant sur l’utilisation des données décimétriques dans le cadre du séminaire IRSN/INRS en 2013. Cet article présente la position commune des deux instituts sur le rôle-clé, le statut et les missions de la PCR en matière de prévention ainsi que des propositions d’évolution de ceux-ci.

  • 613 - RISQUE ELECTRIQUE. TRAVAUX SUR BATTERIES : ATTENTION AUX ARCS ELECTRIQUES
    HARDY S., POYARD J.-L.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 235 / 2014, PP. 84-8

    Susceptibles d’entrainer brûlures, chocs électriques et autres intoxications, les arcs électriques qui pourraient se former lors de travaux sur batteries peuvent constituer un risque émergent dont il faut se préoccuper. Les seuils de dangerosité permettent de fixer les limites des travaux sous tension restent encore à établir. Ils imposent de faire le lien entre les effets pathologiques et l’énergie dégagée.

RISQUES CHIMIQUES

  • 614 - VALEURS SANITAIRES DE REFERENCE (VR) DE L'AGENCE NATIONALE DE SECURITE SANITAIRE DE L'ALIMENTATION, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL (ANSES)
    MATHIEU-HUART A., DE LENTDECKER C., RIVIERE G., SISSOKO F., ROUSSELLE C.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2014, PP. 292-

    Présentation des différents types de valeurs de référence élaborée par l’ANSES, dans le but d’établir un lien entre une exposition à une substance chimique et la survenue d’un effet néfaste. Perspectives d’amélioration en cours de discussion.

  • 615 - PRODUITS CHIMIQUES. EVALUER LES RISQUES ENCOURUS
    BATIMENT ACTUALITE N° 10 / 2014, PP. 14-1

    Les produits chimiques se retrouvent dans toutes les activités du bâtiment : gros oeuvre, second oeuvre, finitions, et dans de nombreuses phases de travail : ponçage d’une peinture, application de vernis, nettoyage d’outils, etc. Leur utilisation sans protection peut provoquer des allergies, des affections de la peau, des atteintes respiratoires, voire des maladies plus graves. Voici quelques conseils pour réaliser son évaluation des risques chimiques et se préserver de ces dangers.

  • 616 - RAPPORT DE L'ANSES SUR LES NANOMATERIAUX
    C.P.
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 367 / 2014, PP. 16-1

    L’ANSES a publié un rapport faisant le point sur les connaissances relatives aux nanomatériaux, les risques qu’ils présentent pour la santé de la population générale et des travailleurs, les expositions et les moyens de les évaluer. Ce rapport est accompagné d’un avis de l’agence.

  • 617 - STRATEGIE NATIONALE SUR LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS
    C.P.
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 367 / 2014, PP. 16

    L’ANSES devra évaluer 5 substances par an et l’ANSM 3 substances vis-à-vis de leurs effets perturbateurs endocriniens en 2014.

  • 618 - DOSSIER. LES POUSSIERES DE BOIS
    COURBON L., DUVAL C., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 752 / 2014, PP. 13-2

    Le bois, un matériau naturel donc inoffensif ? Pas vraiment. A l’origine d’environ 70 cas de cancers professionnels des sinus déclarés par an, les poussières de bois sont la deuxième cause de cancers professionnels reconnus, après l’amiante. En outre, elles peuvent provoquer des pathologies respiratoires (rhinite, asthme, fibrose pulmonaire…), cutanées (eczéma) ou oculaires (conjonctivite). Sans compter les incendies et les explosions.

PREVENTION - PROTECTION

  • 619 - DOSSIER. OBLIGATION DE SECURITE : L'EMPLOYEUR EN PREMIERE LIGNE!
    AGIR MAGAZINE N° 52 / 2014, PP. 34-4

    Aujourd’hui, l’employeur ne peut plus ignorer sa responsabilité en matière de sécurité au travail et de management des risques professionnels. Il en est à la fois le garant et le premier préventeur…

  • 620 - LE REFERENT SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL
    AGIR MAGAZINE N° 52 / 2014, PP. 47

    Depuis le 1er juillet 2012, l’employeur doit désigner un référent en santé et sécurité au travail (SST) : ce référent peut faire partie des effectifs de l’établissement ou appartenir à une structure externe d’un Service de Santé au Travail Interentreprises ou à des organismes professionnels de prévention…
    Le point sur la mission, compétences et le statut du référent SST.

  • 621 - L'OBLIGATION DE SECURITE DU SALARIE
    BRISSET C., FANTONI S.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2014, PP. 289-

    Réflexions autour de l’obligation de sécurité du salarié régie par l’article L.4122-1 du code du travail: elle reste relative par rapport à l’obligation de résultats en matière de sécurité imputable à l’employeur. Et elle est toujours proportionnée en fonction du niveau de formation et de compétence du salarié.

  • 622 - TECHNIQUE LES EXPERTS VOUS PARLENT. EPI : COMMENT CHOISIR UN HARNAIS ANTICHUTE
    PREVENTION BTP / 2014, PP. 34-3

    Descriptif et critères de choix des harnais de sécurité.

SECOURISME

  • 623 - LE DISPOSITIF DE FORMATION DE SAUVETAGE SECOURISME DU TRAVAIL EVOLUE
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 367 / 2014, PP. 13

    Dans son document de référence, révisé en avril 2014, l’INRS propose un nouveau référentiel de compétences du sauveteur secouriste du travail et du formateur SST. Des évolutions de ce dispositif sont applicables depuis avril 2014.

BTP

  • 624 - REGLEMENTATION : CE QUI CHANGE AU 1ER JUILLET 2014
    LE MONITEUR N° 5770 / 2014, PP. 26-2

    Réseaux: réforme anti-endommagement; visant à réduire l’endommagement des réseaux lors des travaux de VRD.
    Entreprises en difficulté: favoriser la prévention en simplifiant les procédures et en réduisant les délais.
    Amiante: certification pour les entreprises. Pour les entreprises effectuant des opérations de retrait et d’encapsulage y compris le retrait de l’enveloppe extérieure des immeubles bâtis ainsi que pour les entreprises de génie civil.
    Sécurité des canalisations de transport; toute nouvelle canalisation doit faire l’objet d’un test de résistance puis d’étanchéité et d’un contrôle non destructif de ses soudures de raboutage sous la surveillance d’un organisme habilité.
    Entretien annuel des chaudières; l’entretien annuel doit aussi comporter la fourniture des conseils nécessaires portant sur le bon usage, les améliorations possibles ainsi que l’intérêt éventuel du remplacement de celle-ci visant à réduire les consommations d’énergie et les émissions polluantes; le seuil de 20 ppm de monoxyde de carbone comme critère d’alerte est abaissé à 10 ppm.
    Mise en sécurité des ascenseurs. La 2è tranche des travaux de mise en sécurité des ascenseurs, prévus dans le cadre de la loi SRU doit être finalisée.

  • 625 - TECHNIQUE S'ORGANISER : REFECTION DE L'ETANCHEITE D'UNE TOITURE-TERRASSE
    FERON L., GARROUSTE P.
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 30-3

    Présentation d’un chantier type de réfection de l’étanchéité d’une toiture-terrasse et tour d’horizon des bonnes pratiques de prévention / protection à suivre.

  • 626 - LE GRAND TEMOIN ET VOUS : CATHERINE FOUCHER, PRESIDENTE DE LA CNFA
    VALRANGES D.
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 42-4

    Dans les entreprises artisanales du bâtiment ou elle est copilote, la conjointe du chef d’entreprise est un acteur clé de la prévention. A l’occasion des journées annuelles de la CNFA, Catherine Foucher, sa Présidente, revient sur son rôle.

TECHNOLOGIE

  • 627 - CAHIER PRATIQUE. PREFABRICATION EN BETON : SOLUTIONS POUR LE LOGEMENT INDIVIDUEL
    LE MONITEUR N° 5770 / 2014, PP. 1-34

    La préfabrication, et en particulier celle du béton, a élargi sa palette de produits, systèmes et « modules » clés en main et/ou standardisés. Ces derniers présentent l’avantage d’une fabrication totalement maîtrisée grâce à l’approche industrielle. Les différentes caractéristiques et performances de la préfabrication en béton et leur mise en oeuvre pour les maisons individuelles sont présentées.

  • 628 - BLOCS BETON LEGERS : TOUTE UNE LOGIQUE CONSTRUCTIVE
    RAYNAUD C.
    PLANETE BETON N° 18 / 2014, PP. 58-6

    La règlementation RT 2005 puis la RT 2012 ont nettement contribué au « boom » de l’allègement des blocs béton, la conductivité thermique du béton étant directement corrélée à sa densité. Esquissée dans les années 70, ces solutions fleurissent aujourd’hui sur le marché, tant pour leurs qualités de résistance et de légèreté que d’isolation.

  • 629 - TECHNIQUE EQUIPEMENT. MANUTENTION : LES INDISPENSABLES MONTE-MATERIAUX
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 32-3

    Présentation de différents modèles de monte-matériaux et bonnes pratiques d’utilisation.

LEVAGE, MANUTENTION, ENGINS, OUTILS

  • 630 - TECNHIQUE POINTS CLES. LA PLATE-FORME AUTOMOTRICE A CISEAUX
    DORBESSAN R.
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 41

    Points clés sur la plate-forme automotrice à ciseaux.

INFIRMIERES

  • 631 - LA DIFFICILE INSERTION DES JEUNES DIPLOMES
    MARTIN L.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 348 / 2014, PP. 9

    Selon une enquête menée par la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI), 44% des infirmières diplômées depuis 2009 sont en CDD. Or, les secteurs gériatriques et psychiatriques souffrent d’une désaffection.

  • 632 - ARRET DE TRAVAIL : LE FORMULAIRE MIS A JOUR
    BELTRAN G.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 348 / 2014, PP. 33

    Par arrêté en date du 28 février 2014, le nouveau modèle du formulaire « avis d’arrêt du travail » a été fixé. Il comporte quelques changements notables, comme l’apparition des cases « fonctionnaire » et « activité non salariée agricole »; la possibilité pour le médecin de prescrire des sorties sans restriction.

  • 633 - LA PRESCRIPTION INFIRMIERE DANS SES ASPECTS FORMELS ET JURIDIQUES
    PITCHO B.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° HORS SERIE / 2014, PP. 1S8

    Depuis 2007, les infirmiers bénéficient d’un droit de prescription. Le nouvel article L.4311-1 du Code de la santé publique a permis d’étendre ce droit. L’arrêté du 20 mars 2012 précise l’objet de certaines prescriptions.

TOXICOMANIE

  • 634 - LUTTER CONTRE LES CONDUITES ADDICTIVES
    AGIR MAGAZINE N° 52 / 2014, PP. 44-4

    Faisant suite aux précédents plans dont les cibles principales étaient la drogue et la toxicomanie, le plan stratégique 2013-2017 élaboré par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MilDT) cible désormais des actions de prévention qui s’étendent à l’ensemble des substances psychoactives (alcool, tabac, médicaments, drogues, etc.) avec notamment un axe de prévention des conduites addictives dans le monde du travail.

  • 635 - DOSSIER. ADDICTIONS : SAVOIR ACCOMPAGNER SALARIES ET ENREPRISES
    BARRUYER C.
    PREVENTION BTP N° 176 / 2014, PP. 16-2

    Face aux salariés utilisateurs occasionnels ou réguliers de substances psychoactives, l’entreprise peut être un véritable soutien. Certaines entreprises, pionnières, montrent la voie à suivre.

  • 636 - CIGARETTE ELECTRONIQUE ET TRAVAIL
    PHAN CHAN THE E.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 135 / 2014, PP. 47-5

    Sont évoqués la situation du tabac en 2014, l’e-cigarette et la santé publique (compatibilité arrêt du tabac et e-cigarette), l’e-cigarette et le monde du travail (usage médicamenteux, lieux collectifs, avis d’experts et règlement intérieur).

INFORMATIONS MEDICALES

  • 637 - INFLUENCE DE LA GENE FONCTIONNELLE ET DU CONTEXTE PROFESSIONNEL SUR LA PRESCRIPTION D'UN ARRET DE TRAVAIL DANS LA LOMBALGIE AIGUE
    LEVY Y., CHALEAT-VALAYER E., FASSIER J.-B., SCHOTT A.-M., LETRILLIART L.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2014, PP. 270-

    Résultats d’une étude descriptive effectuée par des internes en médecine générale auprès de patients en activité professionnelle consultant pour une lombalgie aiguë afin de déterminer les facteurs motivant un arrêt de travail. Intérêt du questionnaire ATCIF, dérivé de la Classification internationale du fonctionnement (CIF), qui prend en compte 3 composantes (les déficiences, les limitations d’activité et les obstacles environnementaux).

SANTE PUBLIQUE

  • 638 - L'INTERDISCIPLINARITE EN ACTION : LES "MOTS-PIEGES" D'UNE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE
    VILLEVAL M., GINSBOURGER T., BIDAULT T., ALIAS F., DELPIERRE C., GABORIT E. ET AL.
    SANTE PUBLIQUE N° 2 / 2014, PP. 155-

    Méthode de repérage de « mots-pièges », source d’incompréhension pour des acteurs de plusieurs disciples lors de la mise en œuvre de programme AAPRISS (« Apprendre et Agir pour Réduire les Inégalites Sociales de Santé »).

  • 639 - CARTOGRAPHIE DES PRINCIPAUX INDICATEURS DISPONIBLES EN FRANCE DANS LE DOMAINE DU CANCER
    LAANANI M., VONGMANY N., LAFAY L., RASAMIMANANA C., LE QUELLEC-NATHAN M., VIGUIER J., BOUSQUET P.J.
    SANTE PUBLIQUE N° 3 / 2014, PP. 307-

    L’article décrit la méthode d’élaboration d’une cartographie des cancers selon plusieurs thèmes. Les informations recueillies sont mises à disposition sur le portail de données du cancer : http://lesdonnees.e-cancer.fr.