Imprimer

Equipe de lecture :

C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
H. Le Scao
D. Leuxe
M. Loizeau
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
S. Salles Riemann
M. Seifollahi
A. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 570 - VALIDATION DES MESURES PAR EVA : CONSIDERATIONS METHODOLOGIQUES
    LESAGE F.X., LEGRAND F., DESCHAMPS F., BERJOT S.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 246-

    La mesure du subjectif par une échelle visuelle analogique (EVA) se développe en santé au travail. La validation de cet outil soulève des questions et l’article propose un récapitulatif des éléments de validation d’une technique et de proposer des techniques statistiques appropriées dans le cadre de la validation externe.

  • 571 - UN SITE INTERNET POUR PARTAGER LES EXPERIENCES DE FORMATION EN SANTE AU TRAVAIL
    DAB W., BONNET J.L., LANOUZIERE H., PLAWNER M., THEVENY L., BIELEC P., HOTYAT J.M., VACHER D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 261-

    Le réseau francophone de formation en santé au travail a lancé le site www.rffst.org offrant une plateforme pédagogique interactive et librement partagée pour mutualiser et perfectionner des outils pédagogiques destinés aux managers et ingénieurs. Divers outils sont déjà en ligne avec comme thèmes : notions de base en risques psychosociaux, responsabilités civiles et pénales, risque routier, TMS… Ces outils pédagogiques sont fournis par des groupes de travail incluant, entre autres, l’INRS, la DGT, la CNAMTS, l’ANACT, l’OPPBTP…

  • 572 - CAS CLINIQUE. APTITUDE CHEZ UN SALARIE EPILEPTIQUE PHARMACORESISTANT
    KRIEF P., PEYRETHON C., CHOUDAT D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 269-

    A propos d’un cas, mise au point sur les épilepsies : épidémiologie, diagnostic, critères de gravité et mise au point sur la classification en fonction du type de crise. La pharmacorésistance, selon la conférence de consensus de mars 2004, se définit comme la persistance de crises fréquentes ou invalidantes malgré un traitement bien conduit depuis au moins deux ans. Les paramètres influant négativement sur l’insertion professionnelle des épileptiques sont rappelés. Les auteurs font le point sur les différents éléments à prendre en compte dans l’avis d’aptitude ainsi que sur les textes réglementaires à considérer. La décision d’aptitude reste souvent délicate et l’argumentaire de décision doit être clairement renseigné dans le dossier médical.

  • 573 - FICHE PRATIQUE. SANTE AU TRAVAIL : PROCEDURE DE L'INAPTITUDE, MODE D'EMPLOI
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5606 / 2011, PP. 58

    Attention, situation délicate ! Une procédure complexe s’impose en présence d’un salarié déclaré inapte à son poste. L’oeil sévère du juge ne manque jamais, en cas de litige, d’épingler la moindre erreur avec en jeu des sommes importantes. Le détail des étapes à suivre et des écueils à éviter.

  • 574 - DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE : LE TRAVAIL, BOURREAU DU COEUR
    DESRIAUX F.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 25

    Quand on évoque l’impact des nouveaux modes d’organisation du travail sur la santé, on pense spontanément aux risques psychosociaux et aux troubles musculosquelettiques (TMS), plus rarement aux risques cardiovasculaires.

  • 575 - PREVENIR LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE LIE AU TRAVAIL (DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE)
    GAUDEMARIS DE R.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 26-2

    La prévention du risque cardiovasculaire en entreprise doit dépasser le dépistage de comportements à risque. Certaines contraintes liées à l’organisation du travail, ou expositions professionnelles, sont tout aussi dangereuses pour le coeur.

  • 576 - LES HORAIRES POSTES FATIGUENT LE COEUR (DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE)
    COSTA G., MERLIN V.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 29

    Selon Giovanni Costa, professeur de médecine à l’Université de Milan, en Italie, le travail en horaires postés favorise le développement de maladies cardiaques chez les salariés, du fait notamment d’un dérèglement de leurs rythmes biologiques.

  • 577 - COMMENT LE TRAVAIL PESE SUR NOS ARTERES (DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE)
    LASFARGUES G.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 30-3

    Le stress au travail comme les horaires postés ou de nuit ont des effets directs sur notre métabolisme, favorisant les pathologies cardiovasculaires. Des mécanismes complexes qu’il est important de connaître pour mieux en prévenir les conséquences.

  • 578 - LES DECOUVERTES EPIDEMIOLOGIQUES DE WHITEHALL (DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE)
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 32

    Selon les études Whitehall I et II, qui sont des enquêtes épidémiologiques pionnières menées auprès de fonctionnaires britanniques, le risque cardiaque augmenterait à mesure qu’on descend dans la hiérarchie professionnelle.

  • 579 - DIAGNOSTIQUER LES SITUATIONS A RISQUE (DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE)
    DEVEAUX A.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 34-3

    Le médecin du travail, dès lors qu’il décèle un risque cardiovasculaire chez les salariés dont il assure le suivi, doit vérifier si l’apparition ou l’aggravation de ce risque procède des situations de travail.

  • 580 - "UNE AUTRE PREVENTION EST POSSIBLE" (DOSSIER RISQUE CARDIOVASCULAIRE)
    LANG T., QUERUEL N.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 40

    Selon Thierry Lang, professeur de santé publique à l’Université Toulouse 3, les inégalités sociales constatées en matière de mortalité cardiovasculaire sont dues pour partie à des facteurs de risque professionnels, dont la prévention reste à organiser.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 581 - DEMARCHE D'AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL, LES PRATIQUES SYSTEMIQUES DE L'ECOLE DE PALO ALTO DANS UNE PMI DE SOUS TRAITANCE AUTOMOBILE
    PARMENTIER C.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 222 / 2011, PP. 9-17

    Rappel des références théoriques des principes d’intervention de l’Ecole de Palo Alto : renoncement à l’identification des causes des problèmes pour mettre en avant la recherche de solutions, utilisation du concept de « recadrage », brièveté de l’intervention. Application à une PMI de 27 personnes, étude des conditions de travail à partir des études menées par les Services de Santé au Travail. Utilisation de questionnaires dont les résultats ont pu servir à la mise en débat des problématiques. Des mesures de prévention ont pu être mises en place concernant le matériel, les postes de travail, l’organisation, les dimensions psychosociales. Les limites liées à la méthode sont soulignées.

  • 582 - RESSOURCES HUMAINES "MISER SUR LA MIXITE CONTRIBUE A REDUIRE LA PENIBILITE"
    CHAPPERT F., GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5603 / 2011, PP. 62

    L’Anact publie le guide « La mixité dans l’entreprise pour améliorer conditions de travail et performances ». S’il règne dans le secteur du bâtiment une culture d’ouverture aux jeunes et aux étrangers, il a du mal à s’ouvrir aux femmes. Pourtant, la réduction de la pénibilité, une meilleure articulation vie professionnelle-vie personnelle, peuvent profiter à tout le monde.

  • 583 - RISQUES PSYCHOSOCIAUX. LE BTP SE MOBILISE CONTRE LE STRESS
    D'HEROUVILLE A.
    PREVENTION BTP N° 142 / 2011, PP. 4-5

    Depuis 2002, la santé mentale fait partie des risques professionnels. Dans la lignée des politiques menées en faveur de l’amélioration des conditions de travail, les employeurs doivent mettre en oeuvre des mesures concrètes de prévention.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 584 - CANCEROGENES DE LA VESSIE : PRESENTATION D'UN QUESTIONNAIRE DE TÂCHES POUR LE REPERAGE DES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES
    WARNEZ S., GOUTET P., HERIN F., GONZALEZ M., PAIRON J.C., CONSO F., HERY M., PARIS C.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 231-

    Les cancers de la vessie sont la deuxième localisation la plus fréquente de cancer d’origine professionnelle, en relation avec une exposition ancienne à certains hydrocarbures aromatiques polycycliques et certaines amines aromatiques. La mise en évidence de ces expositions professionnelles reste difficile et les auteurs proposent un questionnaire avec approche par tâches pour le repérage des expositions aux cancérogènes de vessie. Il s’agit d’un outil d’évaluation rétrospective des expositions professionnelles utilisable également dans le cadre de la surveillance post-exposition et post-professionnelle.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 585 - SECURITE. RISQUE TRAJET : LE BTP MET LE PIED SUR LE FREIN
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5602 / 2011, PP. 52-5

    La prévention des accidents de trajet représente un enjeu économique non négligeable. Audits, sensibilisation, limitation des trajets à risque, l’entreprise peut jouer sur différents tableaux.

  • 586 - FICHE PRATIQUE. COTISATIONS SOCIALES : LE SYSTEME DE BONUS MALUS POUR PREVENIR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5604 / 2011, PP. 50

    Renforcer l’intérêt des entreprises pour la prévention est au coeur des préoccupations du législateur. Cette fiche détaille le mécanisme de bonus-malus pour prévenir les accidents du travail et les maladies professionnelles avec les nouveautés issues de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010, telles que, cotisations supplémentaires de 25 % minimum, en cas de répétition dans les six mois d’une situation grave de risque exceptionnel, la caisse pourra pénaliser l’entreprise sans passer par la case «injonction préalable». Les entreprises de moins de 200 salariés peuvent obtenir des avances dans le cadre d’une dépense en matière de prévention, celles de moins de 50 salariés peuvent actionner un dispositif simplifié pour recevoir une enveloppe financière d’un montant maximum de 25 000 euros.

  • 587 - REGARD SUR UN RISQUE. LOCATION DE MATERIEL POUR LE BTP : UN SALARIE SUR QUINZE ACCIDENTE DU TRAVAIL
    BASTIDE J.C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2011, PP. 40-4

    Les établissements de location de matériel pour le BTP recensent 1 022 accidents du travail avec arrêt en 2009 pour les 15 351 salariés du secteur. L’indice de fréquence est en baisse depuis 2005 mais le niveau de risque reste très supérieur à celui connu dans les CTN des commerces non alimentaires. Les accidents sont surtout liés aux manutentions manuelles, aux accidents de plain pied et chutes de hauteur. 18 maladies professionnelles ont été recensées en 2009. Récit d’accidents.

RISQUES PHYSIQUES

  • 588 - POINT DE REPERE. LIGNES DIRECTRICES POUR L'ETABLISSEMENT DE LIMITES D'EXPOSITION AUX CHAMPS ELECTRIQUES ET MAGNETIQUES VARIABLES DANS LE TEMPS (FREQUENCES DE 1 Hz A 100 kHz)
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 222 / 2011, PP. 35-5

    Traduction du Guidelines publié par la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (ICNIRP).

  • 589 - RAYONNEMENTS IONISANTS. LES PRECAIRES DU NUCLEAIRE ONT LEUR DOSE
    DESBORDES J.P.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 6-8

    Ils sont robinetiers, calorifugeurs, décontamineurs et assurent en tant que sous-traitants 80 % des travaux de maintenance dans les centrales nucléaires d’EDF. Enquête sur ces « nomades de l’atome », premiers exposés aux doses de rayonnements ionisants.

RISQUES CHIMIQUES

  • 590 - L'INTOXICATION AIGUË AU MONOXYDE DE CARBONE : UN RISQUE PROFESSIONNEL PERSISTANT
    NORMAND J.C., DURAND C., DELAFOSSE B.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 240-

    La gravité des intoxications au monoxyde de carbone (une centaine de décès/an) a justifié leur inscription au Plan National Santé Environnement 2004-2008. L’analyse de 98 intoxications oxycarbonées aiguës d’origine professionnelle (8,3 % de l’ensemble des intoxications au CO) traitées au centre hyperbare de Lyon de 1995 à 2006 permet d’identifier les situations professionnelles à risque et de cibler les actions de prévention. Cet article propose une analyse selon la source de CO (appareil de chauffage, gaz d’échappement…), la nature de l’appareil ou outil à moteur thermique incriminé (scie à béton, lisseuse à béton, machine à projeter, groupe électrogène…), le lieu d’intoxication par moteur thermique (local souterrain, fermé…) et les symptômes. Le BTP est majoritairement concerné avec 50 % des cas, la situation à risque clairement identifiée du BTP est l’utilisation d’appareils à moteur thermique en milieu confiné.

  • 591 - LES DANGERS DU FORMALDEHYDE ET DU TOLUENE JUSTIFIENT-ILS UNE SUBSTITUTION SYSTEMATIQUE EN MILIEU HOSPITALIER ET DANS LES LABORATOIRES ?
    GARNIER R., VILLA A., CHATAIGNER D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 252-

    L’analyse des dangers du formaldéhyde et du toluène et celles des relations dose-effet indique que les effets CMR sont, dans les deux cas, des effets à seuil : la réduction ou le maintien de l’exposition à des niveaux sans effet attendu est donc une alternative acceptable. La substitution ne sera préférée que si les effets sur la santé du substitut envisagé sont parfaitement connus et si les risques liés à sa mise en œuvre sont inférieurs à ceux générés par l’emploi de l’agent qu’il remplace.

  • 592 - EN FINIR AVEC LE SATURNISME PROFESSIONNEL : INTERÊT DE LA PLOMBEMIE CUMULEE
    SALIGNAC P., LECLERC D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 256-

    L’analyse de la littérature révèle l’existence d’une toxicité du plomb à des valeurs de plombémie nettement inférieures aux valeurs limites professionnelles. Le plomb osseux joue un rôle prépondérant dans la survenue différée de pathologies non spécifiques notamment cardio-vasculaires et cognitives. La mesure directe du plomb osseux est possible par fluorescence X mais on peut obtenir une bonne approche par le calcul de la plombémie cumulée qui se définit comme le produit de la plombémie et de la durée d’exposition ou plus précisément comme la somme des plombémies moyennes annuelles. Le calcul de la plombémie cumulée apporte une nouvelle perspective dans le suivi des salariés exposés.

  • 593 - BISPHENOL A (BPA) ET BONBONNES A EAU
    GARNIER R.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 297

    Il existe de nombreuses applications non alimentaires du bisphénol A et des matières plastiques qui en dérivent (peintures et vernis époxy, encres…). Mise au point sur les effets du BPA notamment sur les effets à faible dose (effets perturbateurs endocriniens du BPA, effets oestrogen-like), sur la dose journalière admissible. Pas d’arguments, au vue de l’état actuel des connaissances, pour supprimer les bonbonnes d’eau en polycarbonate.

  • 594 - ENQUÊTE SUR L'UTILISATION INDUSTRIELLE DES NANO OBJETS, DIFFICULTE D'IDENTIFICATION PAR LES ETABLISSEMENTS
    HONNERT B., GRZEBYK M.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 222 / 2011, PP. 3-7

    Cet article relate une étude dans six secteurs industriels de la chimie et de la plasturgie, dont le but était de valider un questionnaire destiné à identifier le caractère nanométrique des particules utilisées par les entreprises. Des difficultés apparaissent sur la qualification des nano objets, les utilisateurs ne percevant pas la différence entre le caractère nanométrique ou micrométrique des particules mises en oeuvre.

  • 595 - RISQUES PROFESSIONNELS. NUISANCES SONORES : BAISSEZ LE SON !
    LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 56-5

    Les salariés du BTP sont parmi les plus exposés au bruit avec toutes les menaces que cela comporte pour leur audition. Plusieurs bonnes pratiques permettent de les protéger. A partir de 80 décibels : l’entreprise doit mettre en place des actions de prévention. Le port de protections auditives devient obligatoire à partir de 85 décibels. La valeur limite d’exposition quotidienne est située à 87 dB, seuil au-delà duquel l’entreprise doit agir pour diminuer le bruit à la source.

HYGIENE ET SECURITE

  • 596 - FICHE PRATIQUE. SECURITE : LE DROIT DE RETRAIT EN 10 POINTS CLES
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5603 / 2011, PP. 64

    Le salarié peut quitter son poste de travail s’il se sent menacé par un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé. Revue de détail des points à connaître sur le droit de retrait pour les employeurs du BTP.

  • 597 - PREVENTION. LE BTP, SECTEUR LE PLUS PREOCCUPE PAR LA SECURITE
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5604 / 2011, PP. 48

    Selon une étude réalisée pour l’INRS, les chefs d’entreprises de moins de 50 salariés se montrent les plus soucieux des questions de sécurité : 78 % contre 65 % pour l’ensemble des employeurs. Les chutes de hauteur et les accidents de la route figurent parmi les risques les plus cités. Mais dans le BTP, c’est surtout le manque de moyens financiers et de temps qui font cruellement défaut aux chefs d’entreprise pour s’organiser et prendre des décisions en la matière.

ENVIRONNEMENT

  • 598 - LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE, CAUSE DE CANCER BRONCHIQUE ?
    TREDANIEL J., DURAND C., TEIXEIRA L., STAUDACHER L., BEUZELIN C., JAGOT J.L., STUCKER I., ROBERT J., SALMERON S.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2011, PP. 290-

    Les effets de la pollution sur la mortalité par cancer du poumon ont été évalués dans le cadre de sept études prospectives de cohorte (trois américaines et quatre européennes). Ces travaux ont mis en évidence, de façon cohérente, une association entre l’exposition aux polluants ambiants et des taux élevés de mortalité cardiopulmonaire et par cancer bronchique. Ce sont essentiellement les particules émises par les moteurs diesel qui sont en cause.

  • 599 - ENVIRONNEMENT. LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, DEUXIEME PARTIE : UNE HYPOTHESE PLAUSIBLE, PAS ENCORE VERIFIEE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 331 / 2011, PP. 378-

    Depuis une vingtaine d’années, la question de la toxicité des substances chimiques via une perturbation du système endocrinien suscite un intérêt croissant. Dans un premier article, les auteurs ont retracé les grandes étapes qui ont mené au concept de perturbation endocrinienne des êtres vivants et à la définition des perturbateurs endocriniens. Dans ce deuxième texte, les auteurs examinent les données relatives aux effets des perturbateurs endocriniens sur la fonction de reproduction humaine.

  • 600 - TRAITEMENT DES DECHETS : MÊME A LA POUBELLE, LA TELE POLLUE
    RICHEZ J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2011, PP. 13

    Les déchets issus du traitement des tubes à écran cathodique doivent être traités dans des installations spécifiques du fait de l’émission possible de plomb, poudres luminescentes, baryum et autres métaux. Deux documents visant à l’évaluation des risques et la mise en place d’une démarche de prévention ont été créés à la recherche de solutions visant à repérer et réduire le risque chimique.

BTP

  • 601 - 30 QUESTIONS. RT 2012 : IMPACTS ET SOLUTIONS INNOVANTES EN CONSTRUCTION
    LE MONITEUR N° 5605 / 2011, PP. 2-18

    La nouvelle réglementation thermique RT 2012 suscite bien des interrogations donnant même lieu à des réponses ministérielles portant sur les principales exigences de résultat relatives à la performance globale des bâtiments. La première des fiches pratiques à paraître est intitulée «Les obligations juridiques instaurées par la nouvelle réglementation thermique ». Elle met en exergue l’incidence des exigences de cette réglementation sur la responsabilité des acteurs de la construction. Sont abordés également certains points de vigilance concernant les nouveaux équipements et les solutions innovantes.

  • 602 - ACIER, CUIVRE, BITUME... LES PRIX S'ENVOLENT, LE BTP S'INQUIETE
    LE MONITEUR N° 5605 / 2011, PP. 12-1

    Ce n’est certes pas la première fois que les acteurs du bâtiment et des travaux publics doivent faire face à une forte hausse des prix des matières premières. Mais aujourd’hui, cette augmentation intervient dans un contexte qui reste très concurrentiel et alors même que le raccourcissement des délais de paiement n’a pas été digéré.

  • 603 - CAHIER PRATIQUE. LE POINT SUR... GEOTHERMIE ET CONSTRUCTION
    LE MONITEUR N° 5606 / 2011, PP. 2-26

    La géothermie est une énergie renouvelable dont l’utilisation est en progression dans les projets de construction et de réhabilitation. Issue du sol, elle peut être exploitée de multiples façons dans le bâtiment. Panorama des techniques utilisées aujourd’hui pour l’utilisation de cette source d’énergie.

  • 604 - DEVELOPPEMENT DURABLE. COMMENT EVITER LA PENURIE DE GRANULATS
    RAMBAUD G.
    LE MONITEUR N° 5606 / 2011, PP. 12-1

    Pour construire, il faut des granulats mais l’exploitation des carrières est de plus en plus complexe. Les professionnels tirent la sonnette d’alarme et formulent 22 propositions pour un approvisionnement durable. Chaque Français consomme chaque année 6,3 tonnes de sable et de cailloux. Routes, bâtiments, ponts, canalisations, toutes les infrastructures nécessitent l’emploi de granulats. Or, l’Union nationale des producteurs de granulats s’inquiète de la gestion de cette ressource naturelle. La géologie en France est riche et variée, mais l’accès à cette ressource s’est complexifiée depuis 30 ans, accentué par une opposition grandissante des riverains, à l’ouverture de nouvelles carrières. D’où une liste de 22 propositions destinées à sécuriser l’approvisionnement jusqu’en 2030.

  • 605 - LE MONITEUR MATERIELS : BIEN CHOISIR SA CENTRALE DE CHANTIER
    RICHARD O., RAMBAUD G.
    LE MONITEUR N° S5604 / 2011, PP. 5-76

    La centrale de chantier produit un béton à la demande pour une mise en oeuvre immédiate. Terrassement et carrières, génie civil, routes, travaux urbains bâtiment : passage en revue des nouveautés en matière de matériel. Services : – Loxam ouvre son école à ses clients, – la radio-fréquence pour identifier les petits outillages.

  • 606 - RENOVATION DU CNIT : DES NACELLES INEDITES POUR UN CHANTIER UNIQUE
    RAVALLEC C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2011, PP. 32-3

    Pour rénover la toiture du CNIT de la Défense, surface bombée et inclinée suivant différents angles, trois nacelles motorisées en forme de V épousant le profil du toit et trois nacelles linéaires télescopiques sont utilisées. Présentation du chantier.

  • 607 - ENTREPRISE BTP. COACTIVITE : UNE ORGANISATION EN BETON FAIT LES BONS CHANTIERS
    CLERGIOT J.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2011, PP. 38-3

    A partir d’un exemple de construction d’un pont en Gironde, l’accent est mis sur l’importance de la réflexion en amont du chantier intégrant tous les postes et leurs risques particuliers.

TECHNOLOGIE

  • 608 - CAHIER PRATIQUE. ASSAINISSEMENT AUTONOME
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 1-27

    L’assainissement non collectif concerne 12 à 15 millions de personnes en France essentiellement en milieu rural et périurbain. Ce mode d’assainissement constitue une alternative technico-économique à l’assainissement collectif dans les milieux où des investissements collectifs seraient élevés. Ces installations font l’objet de contrôles. En cas de dysfonctionnement, la réhabilitation est à la charge des particuliers. Ce cahier déroule les étapes de la mise en place d’une installation d’assainissement autonome de la conception à la réalisation.

  • 609 - EAU, GAZ ET ELECTRICITE : DES COMPTEURS MALINS POUR MIEUX CONSOMMER
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 32-3

    Grâce à leur électronique de communication embarquée, les compteurs dits intelligents non seulement mesurent mais surveillent les installations d’eau, de gaz et d’électricité.
    – Electricité : la phase test du projet Linky, le compteur communicant, est achevée. Il a pour objectifs de réduire les interventions humaines via la télé-relève pour les particuliers, et à optimiser la demande électrique nationale via la télégestion des installations. – Gaz naturel : GRDF en quête du compteur idéal. Le projet de relève automatique part de quatre solutions industrielles standard.

  • 610 - RESTAURATION. OPERATION LIFTING D'UNE TOITURE EN PLOMB
    GILLION E.
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 36

    La couverture en plomb de la cathédrale de Beauvais est déposée plaque par plaque puis reposée après remodelage et éventuelle réparation, sous le regard d’historiens de la construction scrutant chaque détail.

  • 611 - CAHIER PRATIQUE. GAMMES DE BETON
    LE MONITEUR N° 5603 / 2011, PP. 3-41

    La diversité des applications du béton, les progrès en science des matériaux et la disponibilité de divers adjuvants et additions ont permis de développer considérablement la gamme des bétons modernes. A côté des bétons standards de bâtiment et d’ouvrage d’art, sont maintenant disponibles les bétons à hautes et très hautes performances (BHP et BTHP), les bétons auto-plaçants (BAP), les bétons de fibres métalliques et les bétons fibrés à ultra hautes performances (BFUP). Avec les éléments de base relatifs à la formulation de ces bétons, leurs qualités mécaniques et de durabilité et des exemples illustratifs.

  • 612 - DOSSIER BETON : MATERIAU SINGULIER, DECLINAISONS PLURIELLES
    DEGIOANNI J.F., ALBERT M.D., GUISLAIN M., ROTIER P.,
    LE MONITEUR N° 5603 / 2011, PP. 27-4

    Le béton, matière à innovation : Entretiens croisés entre des architectes, un chercheur, et le président d’une entreprise de construction. Ce que représente le béton dans leur activité, les sujets de réflexion et les axes de recherche sur la conservation du béton brut, les couleurs, l’isolation, l’efficacité énergétique, la réduction de l’empreinte CO2 pour la fabrication, les relations entre les principaux partenaires de l’acte de construire. Avec comme exemples : l’incrustation de pastilles d’inox dans un béton teinté, des cours intérieures bordées de poteaux arborescents réalisés en béton auto–plaçant, une « recette–maison » pour imiter la pierre, un sablage à fleur de peau, une ondulation nanolasurée et micacée, un béton matricé pour Billancourt.

  • 613 - VENTILATION. PUITS CANADIEN, UNE SOLUTION PAS SI SIMPLE
    MONTCULIER C.
    LE MONITEUR N° 5606 / 2011, PP. 34-3

    Le principe en est simple : récupérer en hiver les calories du sol pour réchauffer de l’air neuf qui circule dans des tuyaux enterrés avant de l’injecter dans le bâtiment. En été, c’est l’inverse : l’air est rafraîchi par une terre plus fraîche que la température extérieure. Procédé qui semble basique, le puits canadien souffre d’une mise en oeuvre onéreuse qui fait peser lourdement les erreurs de conception et de pose sur sa rentabilité.

  • 614 - LEVAGE DE CHARGES. REALISER UN ELINGAGE DANS LES REGLES
    CHANUT D.
    PREVENTION BTP N° 142 / 2011, PP. 34-3

    Sur les chantiers, par manque de connaissances ou de préparation, le levage de charges peut s’avérer dangereux. L’élingage tient ici une place prépondérante. Formation des personnes et adéquation des matériels de levage sont les principes généraux.

  • 615 - ACTU SECURITE ROUTIERE. ESSAIS : DES INDICATEURS DE SURCHARGE POUR LES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS (VUL)
    RICHEZ J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2011, PP. 14

    L’INRS a inventorié plusieurs dispositifs embarqués de détection de surcharge pour les VUL et en a évalué l’intérêt. Problématique fréquente, la surcharge des VUL a des conséquences directes sur la tenue de route, la distance de freinage, la durée de vie du véhicule…

PATHOLOGIE GENERALE

  • 616 - MONOGRAPHIE. BRONCHO PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE
    ROCHE N., RAHERISON C., HUCHON G., CHABOT F., GOMEZ E., GUILLAUMOT A., CHAOUAT A., TILLIE LEBLOND I., BURGEL P.R., RABBAT A.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2011, PP. 765-

    Affection représentant la troisième cause de mortalité dans le monde, dont le tabagisme constitue la principale étiologie d’où l’importance de la prévention et du dépistage précoce. Prise en charge thérapeutique et facteurs évolutifs.

  • 617 - DOSSIER. TROUBLES DE L'EQUILIBRE DU SUJET AGE
    TRAN BA HUY P., MANCKOUNDIA P., MOUREY F., PFITZENMEYER P., SAUVAGE J.P., AZULAY J.P., GUICHARD J.P., LAZRAK Z., DESCHAMPS R., TITAH C....
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2011, PP. 819-

    Problème médical important en fréquence et en terme de santé publique du fait des conséquences fonctionnelles et sociales qui en découlent. Il est important de faire la différence avec les vertiges qui n’en sont qu’une cause (et pas la plus fréquente). Iatrogénie, examen et interrogatoire rigoureux sont les mots-clés à retenir.

FEMMES, JEUNES

  • 618 - FICHE PRATIQUE. ALTERNANCE : TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5602 / 2011, PP. 55-5

    L’apprentissage est une voie de formation en alternance particulièrement utilisée dans le secteur du BTP. Près de 68 000 jeunes sont actuellement inscrits dans les 103 centres de formation d’apprentis du réseau CCCA-BTP. Cette fiche pratique fait le point sur les règles qui régissent l’apprentissage et sur les nouvelles dispositions qui attendent les entreprises.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 619 - RESSOURCES HUMAINES. "ABSENTEISME : LE BTP EST LE SECTEUR LE MOINS TOUCHE"
    JARLAUD Y., GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 54

    3,22 % soit 11,8 jours pour une moyenne nationale de 4 % soit 14,5 jours, résultat de l’amélioration des conditions de travail, des actions de formation des managers à la gestion de l’absentéisme. Mais persistent plusieurs points de vigilance : la pénibilité, le vieillissement et la maladie.

  • 620 - REFORME DES RETRAITES. PENIBILITE : LA MOBILISATION SE POURSUIT
    ROSSARD M.
    SANTE ET TRAVAIL N° 75 / 2011, PP. 16-1

    Face à des décrets sur la pénibilité jugés trop restrictifs, syndicats et associations de victimes ne désarment pas. Ils se mobilisent à la fois pour une meilleure prévention et pour la reconnaissance effective de la pénibilité en vue d’une retraite anticipée.

DIVERS

  • 621 - PREVENTION. ETIQUETAGE OBLIGATOIRE DES POLLUANTS VOLATILS
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 13

    Etiquetage obligatoire des polluants volatils pour les produits destinés à un usage intérieur : revêtements de sol, murs, produits d’isolation.

  • 622 - TRAVAUX ROUTIERS. LE RADAR MESURE LA TENEUR EN BITUME
    DONNAES P.
    LE MONITEUR N° 5601 / 2011, PP. 37

    Ce système embarqué devrait permettre de contrôler de manière précise et non destructive la composition de la couche de roulement.

  • 623 - CAHIER PRATIQUE. ACCESSIBILITE DE LA VOIRIE ET DES ESPACES PUBLICS.
    LE MONITEUR N° 5602 / 2011, PP. 2-26

    Contexte réglementaire, obligation des communes et prescriptions techniques. La loi N° 2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personne handicapées pose le principe de la continuité de l’accessibilité de la chaîne du déplacement. Un plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics est établi dans chaque commune à l’initiative du maire.