Imprimer

Equipe de lecture :


C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
A.C. D’Apolito
H. Le Scao
C. Legoux-Duvant
D. Leuxe
M. Loizeau
N. Michel
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
R. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 573 - RÔLE DU MEDECIN DU TRAVAIL DANS LA PREPARATION D'UNE SITUATION DE CRISE EXCEPTIONNELLE
    DESCATHA A., DOLVECK F., TATE RICHIER V., TARIN C., CONTASSOT J.C., BOURRILLON M.F., CONDE V., BAER M., FLETCHER D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2007, PP. 258-

    L’anticipation, la préparation et la résolution d’une crise sont des domaines dans lesquels le médecin du travail doit pouvoir apporter son expérience, sa compétence et son expertise au sein de l’entreprise. Les rôles du médecin du travail sont multiples dans la gestion d’une crise et dépendent de la structure de l’entreprise mais aussi des liens antérieurs tissés entre le médecin et sa direction.

  • 574 - VISITE MEDICALE : VERS UNE REFORME DE LA MISSION DU MEDECIN DU TRAVAIL ?
    QUERUEL N.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 6-8

    Le rapport Gosselin dresse un tableau sévère de l’aptitude et propose l’attestation de visite d’embauche, mais les autres préconisations (dont la médecine de contrôle et la médecine de prévention confiées au médecin du travail qui va à l’encontre d’une récente décision du Conseil d’Etat) font bondir le camp des promoteurs d’une clinique médicale du travail.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 575 - CHANTIERS A L'ETRANGER : AMELIORER DURABLEMENT L'ETAT SANITAIRE LOCAL
    JOLLY H.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 51-5

    Un chantier à l’international peut être l’occasion de mettre en place, avec des partenaires locaux, un réseau d’aide sanitaire pérenne et lutter contre le Sida en Afrique.

  • 576 - SAVOIRS, PRECARITE, INSECURITE DE L'EMPLOI, LA SANTE EN DANGER
    HELARDOT V.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 42-4

    Qu’ils soient en CDD, intérimaires ou sous-traitants, les salariés en situation précaire cumulent les handicaps : exposés à de mauvaises conditions de vie et de travail, ils ont également moins de marges de manoeuvre pour préserver leur santé.

  • 577 - ACTU SANTE. DES OUTILS POUR LUTTER CONTRE LE STRESS
    CHOUANIERE D., BONDEELLE A.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2007, PP. 19

    La prévention des risques psychosociaux est aujourd’hui possible. L’INRS a produit trois films de sensibilisation sur le stress au travail visant à remettre en cause les idées reçues faisant obstacle à une démarche de prévention. De nouvelles et nombreuses publications sont disponibles à destination des préventeurs et acteurs de l’entreprise. Rappel des documents disponibles.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 578 - ASPECTS MEDICO SOCIAUX DE LA PATHOLOGIE PLEURALE LIEE A L'AMIANTE (MONOGRAPHIE : PATHOLOGIE PLEURALE, REGLES DE LA PRISE EN CHARGE)
    PAIRON J.C., ANDUJAR P., MATRAT M.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 5 / 2007, PP. 520-

    Rappel et synthèse des droits et des procédures en matière de pathologie professionnelle liée à l’amiante.

  • 579 - APPROCHE CRITIQUE DE LA PREVENTION DES CANCERS PROFESSIONNELS
    COUTANCEAU C.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 94 / 2007, PP. 47-5

    Longtemps vues sous l’angle exclusif des tableaux du Code de la Sécurité Sociale, organisant les conditions de leur indemnisation, les maladies professionnelles ont longtemps été les parents pauvres de la prévention. Aujourd’hui, l’accroissement du nombre des tableaux, l’assouplissement de leurs conditions ainsi que la création par la loi d’une seconde voie d’indemnisation par la preuve de l’imputabilité devant une commission régionale composée de médecins, a multiplié leur nombre dans des proportions très élevées. L’on dénombrait 8 534 maladies professionnelles avec arrêt en 1995, elles sont 36 871 en 2004. Cette évolution a un coût qui n’est plus négligeable.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 580 - LES SEMAINES DES MALADIES A CARACTERE PROFESSIONNEL DANS LES PAYS DE LA LOIRE
    HA C., TOURANCHET A., PUBERT M., ROQUELAURE Y., GOLDBERG M., IMBERNON E.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2007, PP. 223-

    Les maladies à caractère professionnel (MCP) sont toutes les maladies susceptibles d’être d’origine professionnelle qui n’entrent pas dans les tableaux ni dans le système complémentaire de réparation (Comités Régionaux de Reconnaissance des Maladies Professionnelles). Bien que leur déclaration soit une obligation légale, elles sont peu déclarées et lorsqu’elles le sont, ces déclarations restent peu exploitées. Cet article présente les résultats d’une étude où pendant trois semaines un enregistrement exhaustif des Maladies à Caractère Professionnel a été réalisé à l’occasion des visites médicales par les médecins du travail de la région Loire en 2003. Les TMS représentent 65 % des pathologies enregistrées suivies des pathologies psychiques (24 %). L’objectif est de mettre en place un système national de surveillance.

  • 581 - FICHE ACCIDENT : ENSEVELIS EN CREUSANT UNE TRANCHEE
    RAMY M.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 3-4

    L’enchaînement de plusieurs incidents a provoqué l’accident mortel. Qu’aurait-il fallu faire ?

  • 582 - DOSSIER : MALADIES PROFESSIONNELLES : OBTENIR REPARATION
    DESRIAUX F.,
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 25-4

    Face à la sous-déclaration des maladies professionnelles, les associations de victimes de l’amiante ont bousculé le système de réparation et obtenu une nouvelle définition de la faute inexcusable et obligé l’Etat à prendre des mesures réglementaires pour prévenir plus efficacement le risque cancérogène.

  • 583 - MIEUX RECONNAITRE POUR MIEUX PREVENIR
    DAVEZIES P.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 26-2

    La sous-déclaration des maladies est vertigineuse. Les causes en sont, pour les salariés, la complexité de la déclaration et l’inquiétude face aux conséquences pour l’emploi, de même un lien avec le travail parfois difficile à établir. Malgré une tarification peu incitative, la responsabilité renforcée de l’employeur en matière d’obligation de sécurité de résultat est un facteur de prévention. Le médecin du travail garde un rôle clé dans la déclaration des maladies professionnelles.

  • 584 - DECLARATION MODE D'EMPLOI
    LEDOUX M.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 29-3

    C’est au salarié de déclarer sa maladie professionnelle, le médecin du travail et le CHSCT peuvent l’aider.

  • 585 - DANS LE 93, LA SECU AIDE LES VICTIMES
    DUHAMEL C.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 32-3

    Afin de faciliter la déclaration et la reconnaissance des maladies professionnelles, la CPAM de Seine Saint Denis a mis en place un réseau d’aide aux victimes, réunissant associations de défense et professionnels de santé.

  • 586 - QUELS RECOURS FACE A UN REFUS DE RECONNAISSANCE ?
    LEDOUX M.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 33

    Les recours se font successivement auprès du Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP), de la Commission Régionale Administrative (CRA) puis du Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS).

  • 587 - COMMENT CONTESTER LE TAUX D'INCAPACITE
    PRIVET L.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 34

    La contestation se fait : devant le Tribunal du contentieux de l’incapacité (la victime doit impérativement disposer du rapport écrit du médecin conseil), puis devant la Cour nationale de l’incapacité et de la tarification de l’assurance des accidents du travail. Consulter la charte AT-MP de la Sécurité Sociale : www.risquesprofessionnels.ameli.fr

  • 588 - OSEZ LA FAUTE INEXCUSABLE !
    TEISSONNIERE J.P.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 35-3

    Pour que soit complétée leur maigre indemnisation forfaitaire, les victimes doivent engager une procédure en faute inexcusable de l’employeur devant le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale. La conscience du danger par l’employeur est relevée, notamment, dans les rapports du CHSCT et dans le Document Unique par les juges. D’où le rôle important du médecin du travail et des représentants du personnel au CHSCT.

  • 589 - RESPONSABLES MAIS PAS REDEVABLES !
    LEROY M.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 37

    En cas de non respect du principe « du contradictoire » par la CPAM (R. 441-11 du Code de la Sécurité Sociale), autrement dit, de l’information simultanée de l’employeur et du salarié sur les pièces apportées au dossier au fur et à mesure de la procédure, les entreprises réussissent à échapper aux conséquences financières de la faute inexcusable…

  • 590 - PLAIDOYER POUR L'INDEMNISATION INTEGRALE
    ROYEZ M., DESRIAUX F.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 41

    La FNATH, Association des accidentés de la vie, au travers de M. ROYEZ, son secrétaire général, réclame la réparation intégrale des préjudices pour les victimes du travail.

  • 591 - TROUBLES RESPIRATOIRES PENDANT LE SOMMEIL ET ACCIDENTS DU TRAVAIL OU DE LA VIE COURANTE
    TECULESCU D.
    SANTE PUBLIQUE N° 2 / 2007, PP. 147-

    Trois pages sur les conséquences, maintenant bien connues, des apnées du sommeil.

RISQUES CHIMIQUES

  • 592 - CARACTERISATION DE L'EXPOSITION AUX FUMEES DE SOUDAGE EN ATELIER DANS LE SECTEUR DU BTP
    IAMARCOVAI G., SARI MINODIER I., FASSI R., PITTILLONI A., VIGNERON B., CATANI J., BOTTA A.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2007, PP. 233-

    L’étude réalisée dans les secteurs serrurerie, métallerie et mécanique du BTP a pour objectif de caractériser l’exposition aux métaux contenus dans les fumées de soudage dans une démarche globale d’évaluation des risques et de prévention. En complément d’un interrogatoire professionnel, des études de poste avec métrologies d’atmosphère et biométrologies ont été réalisées. Les résultats atmosphériques montrent des dépassements fréquents des valeurs limites d’exposition professionnelle (fumée de soudage, plomb, cadmium). Les biométrologies retrouvent chez les soudeurs des concentrations sanguines et urinaires élevées en chrome, nickel, plomb ainsi que des lésions primaires de l’ADN au test des comètes. Les fumées de soudage sont classées 2B, cancérogènes possibles pour l’homme par le CIRC. Les différentes études réalisées sont discordantes quant au risque de cancer bronchopulmonaire lié aux activités de soudage, études difficiles en raison des fréquentes co-expositions, situation d’exposition professionnelle variable et cohorte insuffisante.

  • 593 - CAS CLINIQUE : ATTENTION AU SAVON D'ATELIER
    DE LAULANIE C., CREPY M.N., CHOUDAT D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2007, PP. 253-

    A propos d’un cas d’eczéma étendu des avants-bras et des mains chez un mécanicien d’atelier. Le responsable de la dermatite allergique de contact (DCA) était l’Euxyl K400 (biocide mélange de phénoxyéthanol et méthyldibromoglutaronile), dermatite associée à une dermatite irritative de contact (DCI) provoquée par le contact cutané direct et quotidien avec les graisses et huiles. Une déclaration de maladie professionnelle a été faite au titre du tableau 36 pour la DCI aux huiles et graisses d’origine minérale ou de synthèse. Il n’existe pas de tableau concernant l’Euxyl K400, la DCA ne peut donc être déclarée. Cet exemple illustre les difficultés diagnostiques et thérapeutiques des dermatites professionnelles qui ont souvent une origine multifactorielle avec associations de phénomènes irritatifs et allergisants. Le méthyldibromoglutaronitrile (MDBGN) principal allergène de l’Euxyl K400 est actuellement considéré comme la première cause d’allergie aux conservateurs. On le retrouve dans de nombreux produits industriels : colles, peintures, huile de coupe, nettoyants…

  • 594 - DECAPAGE CHIMIQUE DU BOIS ET DES METAUX : ENCORE UNE INTOXICATION MORTELLE PAR LE CHLORURE DE METHYLENE EN REGION LYONNAISE
    TESTUD F.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2007, PP. 288-

    F. TESTUD rapporte un décès survenu après exposition au dichlorométhane ou chlorure de méthylène (décapage de pièces par trempage dans un bain). Extrêmement volatil, le dichlorométhane est un puissant narcotique puisque l’exposition même brève à des concentrations de 10 à 20 ppm provoque une perte de connaissance brutale puis un coma d’évolution fatale. Près de 60 000 travailleurs seraient exposés à ce solvant en France.

  • 595 - L'AMIANTE : DU MIRACLE GEOLOGIQUE AU DESASTRE SANITAIRE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 283 / 2007, PP. 384-

    Résumé de l’histoire de l’amiante : utilisations et apparition des pathologies pulmonaires, une longue opposition entre santé publique et économie.

  • 596 - REGLEMENTATION : LA PREVENTION DU RISQUE CANCERO... GÊNE
    MAHIOU I.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 14-1

    Manque d’évaluation, de protection, d’information et de suivi des salariés exposés, l’application des règles de prévention concernant les cancérogènes patine face à plusieurs obstacles : les contraintes économiques, la sous-traitance, le déni du risque…

  • 597 - CANCEROGENES : LA FRANCE MET LE FORMALDEHYDE A L'INDEX
    ROSSARD M.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 18

    Le décret CMR s’applique depuis le 1er Janvier 2007 aux travaux exposant au formaldéhyde qui concernent environ 200 000 travailleurs en France.

  • 598 - FIBRES CERAMIQUES : LES INDUSTRIELS CONTRE UNE NOUVELLE VALEUR LIMITE
    DESRIAUX F., VINCENT S.
    SANTE ET TRAVAIL N° 58 / 2007, PP. 19

    Hostiles à un projet de décret abaissant la valeur limite d’exposition professionnelle aux fibres céramiques réfractaires, les industriels concernés ont lancé une campagne de désinformation.

PREVENTION - PROTECTION

  • 599 - COMMENT CA MARCHE ? SYSTEME D'ARRET DE CHUTE, ANTICHUTE MOBILE SUR CORDE
    FINIEL J.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 26-2

    Un système d’arrêt de chute est un ensemble de composants permettant de stopper immédiatement la chute d’un opérateur en cas d’incident.

  • 600 - DOSSIER : DEVELOPPEMENT DURABLE ET PREVENTION
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 36-4

    Le développement durable, terme très en vogue, fait désormais partie du paysage des entreprises du BTP français. Règlementations, labels, politiques actives en matière de gestion des déchets de chantier, arrivée de matériaux dits « verts », un ensemble de dispositifs est d’ores et déjà lancé pour atteindre cet objectif. Mais derrière cette notion vaste et ses nouveaux produits, quelles seront les conséquences de cette nouvelle donne en termes de prévention ?

  • 601 - DEVELOPPEMENT DURABLE ET BTP : DE LA THEORIE A LA PRATIQUE SUR CHANTIERS
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 38-4

    Le développement durable fait son chemin dans le BTP. Si les règlementations sont légion en la matière, la mise en place dans les entreprises ne peut s’effectuer que par une sensibilisation et un discours adaptés.

  • 602 - SOLUTIONS : PRODUITS ET MATERIAUX DE CONSTRUCTION SE METTENT AU VERT
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 42-4

    Dans une démarche de développement durable, l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement et des hommes est devenu un enjeu de taille. Mais l’aspect naturel des produits ne doit pas être le seul élément de choix.

  • 603 - REPORTAGE : LA SECURITE DANS LE TRI ET LE RECYCLAGE DES DECHETS
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 46-4

    2B Recyclage, basée dans le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique, mène une politique active de sécurité. La formation et l’information du personnel, mais aussi des clients, sont au coeur de son action.

  • 604 - TRAVAIL SUR TOITURE : DES ROTULES EXPOSEES, MAIS PROTEGEES
    RICHEZ J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 6 / 2007, PP. 15

    Le confort du travail en appui sur les genoux est essentiel pour les couvreurs. Pour ce faire, l’entreprise Dettwiller propose un vêtement équipé de sangles réglables permettant d’ajuster la plaque de protection du genou et qui possède par ailleurs des poches pour embarquer le crayon, le mètre, le téléphone portable… Ce short à genouillères intégrées permet de travailler en épargnant les articulations tout en favorisant l’élimination de la transpiration.

BTP

  • 605 - STATUT : L'ESPRIT SCOP : L'ENTREPRISE PARTICIPATIVE
    ARNAUD C.
    LE MONITEUR N° 5408 / 2007, PP. 56-5

    Plus d’une société coopérative de production (Scop) sur quatre est une entreprise du BTP. Les salariés des Scop sont les associés majoritaires de leur entreprise. A ce titre, ils prennent part aux décisions selon le principe un homme une voix.

  • 606 - MATIERES PREMIERES : PRIX : APRES LES CIMES, LES HAUTS PLATEAUX
    DEVIGE STEWART T.
    LE MONITEUR N° 5409 / 2007, PP. 10-1

    Acier, zinc, cuivre ont connu trois années folles. La croissance mondiale et la spéculation ont décuplé des prix qui devraient se maintenir sur de hauts plateaux, les fonds de pension anglo-saxons se réorientant vers les produits agricoles. Face à cette situation, les entreprises du bâtiment ont bien du mal à s’adapter. Depuis trois ans, nombre de matières premières utilisées dans la construction n’ont cessé de battre des records : + 60 % pour les produits en acier, + 155 % pour le cuivre ou encore 180 % pour le zinc.

  • 607 - OLYMPIADES DES METIERS : ILS REPRESENTENT L'EXCELLENCE
    REGY S.
    LE MONITEUR N° 5409 / 2007, PP. 58-5

    Avec 15 candidats, le BTP français sera présent en force aux Olympiades des métiers, qui se tiendront cet automne au Japon. Portait de cinq jeunes « talents » du secteur, médaillés d’or lors des finales nationales à Amiens en Mars dernier.

  • 608 - RECRUTEMENT : LE BTP DIVERSIFIE LES PROFILS
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5412 / 2007, PP. 50-5

    Les entreprises du BTP intègrent de plus en plus des personnes issues d’autres secteurs d’activité. Ces expériences réussies concernent surtout les ouvriers, mais pourraient s’étendre à l’encadrement de chantier.

  • 609 - EAUX DE PLUIE : RECUPERER, REGULER ET DEPOLLUER (DOSSIER : AMENAGEMENTS EXTERIEURS)
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 267 / 2007, PP. 26-2

    De plus en plus de chantiers intègrent les dispositifs de récupération ou rétention des eaux de pluie (écologie, économie, limitation des risques d’inondation, etc…), description des différentes techniques.

  • 610 - CENTER PARCS DU LAC D'AILETTE (02) : DES CONTRAINTES NATURELLES
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 15-1

    Description d’un chantier qui cumule les contraintes d’un site naturel protégé et d’un planning serré.

  • 611 - GRAVIERE : GESTION GLOBALE DES RESSOURCES
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 18-1

    L’entreprise Naudin gère l’exploitation, le transport d’agrégats, et leurs applications. Elle intègre la prévention par une analyse régulière des poussières, la présence d’un atelier d’entretien du matériel et la formation continue des salariés.

TECHNOLOGIE

  • 612 - MISE EN OEUVRE, LE BETON DE CHANVRE DANS LES REGLES
    LE MONITEUR N° 5411 / 2007, PP. 33

    Les bétons et mortiers de chanvre connaissent un succès croissant auprès des professionnels de la construction qui attribuent à ces biomatériaux de bonnes performances environnementales et énergétiques.

  • 613 - CONSOLIDATION DE SOL : LE JET GROUTING SAUVE DES FONDATIONS SUPERFICIELLES
    BORD F.
    LE MONITEUR N° 5412 / 2007, PP. 38

    La mauvaise qualité du terrain destiné à accueillir un bâtiment de 11 000 m² sur quatre niveaux a conduit à renforcer le sol par injection de liant jusqu’à 12 m de profondeur.

EPIDEMIOLOGIE

  • 614 - EPIDEMIOLOGIE : LES MESOTHELIOMES SONT EN PROGRESSION, Y COMPRIS AU DELA DES TRAVAILLEURS DE L'AMIANTE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 282 / 2007, PP. 298-

    La contamination est parfois familiale ou environnementale, autour des mines, usines et décharges d’amiante. Elle peut être « naturelle » dans les régions où affleurent des gisements d’amiante.

PATHOLOGIE GENERALE

  • 615 - PRISE EN CHARGE D'UNE PLEURESIE TUMORALE (MONOGRAPHIE : PATHOLOGIE PLEURALE, REGLES DE LA PRISE EN CHARGE)
    ZALCMAN G., LECHAPT E., BERGOT E.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 5 / 2007, PP. 513-

    Deux types d’étiologie : métastases et mésothéliome (tumeur primitive). Le mésothéliome n’est pas exclusivement lié à l’amiante même si cette exposition est retrouvée dans un grand nombre de cas. Cet article reprend la démarche diagnostique et étiologique actuelle.

  • 616 - DIABETE SUCRE, DIABETE SUCRE DE TYPE 2 DE L'ADULTE
    GRIMALDI A.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 5 / 2007, PP. 531-

    Actualisation des critères de diagnostic du diabète, stratégie thérapeutique.

  • 617 - DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES CANCERS SUPERFICIELS DE LA VESSIE (MONOGRAPHIE : CANCERS DES VOIES URINAIRES, DEPISTES PLUS TÔT, MIEUX TRAITES)
    CAREMEL R., PFISTER C.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2007, PP. 621-

    Toute hématurie doit faire rechercher un cancer de la vessie par une endoscopie vésicale, même si l’échographie est négative, d’autant plus que le patient est tabagique. Pour les cancers superficiels, les risques de récidive ou de progression avec infiltration du muscle vésical justifient, après traitement, une surveillance cystoscopique prolongée, même en l’absence de symptômes.

  • 618 - DIABETE SUCRE, DIABETE SUCRE DE TYPE 2 DE L'ADULTE, COMPLICATIONS DU DIABETE
    MONNIER L., THUAN J.F.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2007, PP. 653-

    Rappels utiles dans une démarche éducative du patient.

TOXICOMANIE

  • 619 - ENQUETE SUR L'EVOLUTION DU TABAGISME SUR LE LIEU DE TRAVAIL AVEC L'INTERDICTION DE FUMER AU 1ER FEVRIER 2007, FRANCE, JANVIER MARS 2007 (NUMERO THEMATIQUE : JOURNEE MONDIALE SANS TABAC, 2007)
    DAUTZENBERG B., DELCHANIDIS M., ALLCOUFE J., OSMAN J., DEWITTE J.D., LETOURMY F.
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 21 / 2007, PP. 186-

    144 médecins du travail volontaires remplissent mensuellement un questionnaire sur les 20 premiers salariés vus en visite systématique afin d’étudier l’impact de l’interdiction totale de fumer dans les lieux à usage collectifs survenue le 1er Février 2007. Le pourcentage de salariés rapportant travailler dans des lieux non-fumeurs est passé de 42 % en Janvier à 80 % en Mars.

  • 620 - TABAC, LE SEVRAGE EN DOUCEUR
    FUKS M.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 224 / 2007, PP. 12

    L’arrêt total et immédiat du tabac représente un sevrage trop difficile d’où l’intérêt de la « réduction progressive assistée ».

MIGRANTS

  • 621 - LES MIGRANTS : NOUVEAUX VOYAGEURS DANS UN MONDE MOBILE ? (MONOGRAPHIE : MEDECINE DES VOYAGES, UN ACTE DE PREVENTION)
    LOUTAN L.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 8 / 2007, PP. 861-

    L’augmentation de l’immigration clandestine liée au durcissement des politiques d’accueil aggrave les conditions sanitaires, déjà précaires, des migrants, chaque phase du parcours migratoire pouvant avoir des conséquences spécifiques. Par ailleurs, les migrants sont des voyageurs particulièrement à risque lorsqu’ils repartent en vacances dans leurs pays d’origine.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 622 - ZOOM SUR... PEAKFLOW
    GODDET S.
    CONTACT ET URGENCES N° 152 / 2007, PP. 18-2

    Le Peakflow ou Débit Expiratoire de Pointe (DEP) correspond à la mesure du débit expiratoire maximal lors d’une expiration forcée, reflet de la mesure du calibre des bronches. Cette mesure peut être réalisée avec un appareil de mesure appelé débimètre de pointe, facilement utilisable en milieu de travail ou dans l’urgence. De petite taille, il est aisément à disposition dans tout sac de soins. C’est l’outil de mesure de référence dans le cadre de la pathologie asthmatique.

  • 623 - STRATEGIES. HEPATITE B CHRONIQUE : ELARGISSEMENT DES POSSIBILITES THERAPEUTIQUES
    LA REVUE PRESCRIRE N° 283 / 2007, PP. 359-

    On estime que 15 % à 25 % des patients atteints d’hépatite B chronique meurent de ses complications (cirrhose, cancer du foie). En 2000, le dossier d’évaluation des traitements de l’hépatite B chronique plaçait l’interféron seul comme traitement de première ligne. En somme, de 2000 à 2007, les possibilités de traitement se sont élargies : peginterféron alfa en première ligne, adéfovir dipivoxil ou lamivudine en deuxième ligne, entécavir en recours. D’autres antiviraux sont à l’essai.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 624 - HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVEAU REGIME FISCAL ET SOCIAL DES LE 1ER OCTOBRE
    LE ROUX D.
    LE MONITEUR N° 5414 / 2007, PP. 58-5

    La Loi du 21 Août sur l’emploi et le pouvoir d’achat modifie le régime des heures supplémentaires effectuées à partir du 1er Octobre 2007. Elle doit être complétée par plusieurs décrets.

DIVERS

  • 625 - TOBIE NATHAN : "LE THERAPEUTE DOIT NEGOCIER AVEC L'INVISIBLE"
    NATHAN T., THEODULE M.L.
    LA RECHERCHE N° 403 / 2006, PP. 64-6

    Dans le récent débat autour de la psychanalyse, Tobie Nathan s’est rangé du côté de ceux qui contestent sa valeur thérapeutique. Son parcours auprès des populations immigrées en France l’a convaincu que les troubles psychologiques ne peuvent se soigner sur le divan.

  • 626 - EVALUATION DES RISQUES AVANT LE VOYAGE ET CONSEILS AUX VOYAGEURS (MONOGRAPHIE : MEDECINE DES VOYAGES, UN ACTE DE PREVENTION)
    KHATIBI S., MARCHOU B.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 8 / 2007, PP. 831-

    La plupart des voyageurs perçoivent mal les risques liés aux voyages, en particulier ceux vers les pays en développement. Une ou plusieurs consultations s’avèrent donc nécessaires pour les évaluer, surtout s’il s’agit de migrants rendant visite à leur famille ou d’adultes jeunes, voyageant seuls, plusieurs semaines, dans des zones telles que l’Afrique ou l’Inde.

  • 627 - VOYAGEURS A RISQUES PARTICULIERS (MONOGRAPHIE : MEDECINE DES VOYAGES, UN ACTE DE PREVENTION)
    CAILHOL J.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 8 / 2007, PP. 852-

    Les patients ayant une maladie chronique, les femmes enceintes et les enfants sont très vulnérables en voyage, en raison d’un risque accru de décompensation de leur affection et d’une plus grande fragilité aux pathologies aiguës observées à cette occasion. L’adoption de mesures préventives spécifiques, ainsi qu’une préparation soigneuse du déplacement sont donc une nécessité et mieux vaut déconseiller le voyage si la situation du patient n’est pas stabilisée.

  • 628 - DECHETS DE CHANTIER : DU TRI SUR SITE AUX CENTRES DE TRAITEMENT
    SAGOT F.
    PREVENTION BTP N° 98 / 2007, PP. 28-2

    Depuis le 1er Juillet 2002, seuls sont acceptés en décharge les déchets ultimes, c’est-à-dire ceux qui ne sont plus susceptibles de pouvoir être traités et valorisés. En conséquence, il est indispensable pour les entreprises du BTP, de limiter leur production et de les trier sur site afin de réduire les coûts de mise en décharge.

  • 629 - LIMITES DE L'AUTODISCIPLINE DES ACTEURS ECONOMIQUES DANS LE CHAMP DE L'ALIMENTATION : L'EXEMPLE DU RETRAIT DES DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES
    MICHAUD C., BAUDIER F.
    SANTE PUBLIQUE N° 2 / 2007, PP. 153-

    Les conflits d’intérêt entre les acteurs économiques du champ de l’alimentation et les décideurs publics se sont multipliés ces dernières années, dans le contexte de la mise en oeuvre du Programme National Nutrition Santé.