Imprimer

Equipe de lecture :

F. Bladier
A. Boscher
H. Bulot
H. Le Scao
D. Leuxe
M. Loizeau
A. Mantelet
V. Olin
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
S. Salles Riemann
M. Seifollahi
R. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 731 - RECOMMANDATIONS EUROPEENNES DE PRISE EN CHARGE DU SYNDROME CORONARIEN AIGU. QUE DOIT EN RETENIR LE MEDECIN DU TRAVAIL ? 32EME CONGRÈS NATIONAL DE MÉDECINE ET SANTÉ AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    MOTREFF P., SOUTEYRAND G., DUREL N., LUSSON J.R., CITRON B.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 314-

    Le médecin du travail participe aux actions de prévention primaire et secondaire de la maladie coronaire. Confronté au diagnostic clinique de syndrome coronarien aigu, il peut en s’appuyant sur des recommandations européennes être un maillon essentiel de la chaîne de l’urgence. Conduite à tenir en pratique.

  • 732 - IMAGERIE NON INVASIVE DES ARTERES CORONAIRES. 32EME CONGRÈS NATIONAL DE MÉDECINE ET SANTÉ AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    CASSAGNES L.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 319-

    A côté de la classique coronarographie, les nouveautés scanner et IRM des artères coronaires sont à prendre en compte : techniques et indications.

  • 733 - MODALITES DE DETECTION DE L'ISCHEMIE MYOCARDIQUE. 32EME CONGRÈS NATIONAL DE MÉDECINE ET SANTÉ AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    DUREL N.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 323-

    Comment détecter une ischémie myocardique : apport de l’épreuve d’effort et du test de stress combiné à l’imagerie.

  • 734 - LA REVASCULARISATION MYOCARDIQUE ET SON SUIVI, 32EME CONGRES NATIONAL DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    SOUTEYRAND G., MOTREFF P., DUREL N., LUSSON J.R., CITRON B.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 325-

    Chirurgie et angioplastie permettent la revascularisation myocardique. Ces actes s’accompagnent d’une prise en charge globale médicamenteuse, physique et hygiène de vie, suivi des patients.

  • 735 - LE DOSSIER MEDICAL, L'INFORMATION DU MALADE, LE SECRET MEDICAL
    REY SALMON C., BORAUD C.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2012, PP. 843-

    Cet article rappelle les règles de rédaction et de transmission du dossier médical ainsi que les
    obligations en matière de secret médical.

  • 736 - DOSSIER. S'EMANCIPER DE LA RELIGION DU CHIFFRE
    DESRIAUX F., VOLKOFF S., COUTROT T., SANDRET N., QUERUEL N., MOLINIE F., GILLES M., DEVEAUX A., BOURDON F., KNEIB J.M., VINCENT S.
    SANTE ET TRAVAIL N° 79 / 2012, PP. 25-4

    Réalisées à l’échelle d’un territoire, les enquêtes statistiques sur les liens entre santé et travail ont pour intérêt d’alerter sur les situations devant être améliorées. Mais attention, les reproduire au niveau de l’entreprise peut s’avérer contre-productif.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 737 - LES RESPONSABILITES EN MATIERE DE SANTE MENTALE DANS L'ENTREPRISE : CONDITIONS ET ENJEUX DU BIEN FAIRE, DU BIEN VIVRE ET DU BIEN ETRE AU TRAVAIL. 32EME CONGRES DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    VERKINDT P.-Y.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 217-

    La notion de santé mentale est entrée dans le Code du travail en 2002 avec la loi N° 2002-73 mais la notion était déjà présente pour les acteurs de santé au travail. L’établissement d’un lien causal entre le dommage constaté et le fait générateur est toujours problématique.

  • 738 - LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL, UNE QUESTION DE MANAGEMENT ? 32EME CONGRES NATIONAL DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    BARDELLI P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 220-

    La solution aux problèmes de mal être passe par une réflexion générale sur le modèle organisationnel, en tant que modèle social. La réflexion sur les conditions de travail doit partir de leur réalité concrète. Poser la question du bien-être au travail implique de faire de l’examen des conditions existantes le point de départ de la réflexion.

  • 739 - INTEGRER LA SANTE PSYCHIQUE DANS LES ORGANISATIONS, UNE VOIE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE, 32EME CONGRES NATIONAL DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    DOUILLET P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 224-

    La prise de conscience par les employeurs des enjeux à traiter les risques psycho-sociaux a conduit à une mobilisation forte et accélérée des entreprises mais le sujet est-il véritablement bien traité ? Comment installer de façon durable la préoccupation de la santé psychique dans les organisations du travail ?

  • 740 - TIRER LES LEÇONS DE LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL. 32EME CONGRES DE MEDECINE ET DE SANTE AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    DAVEZIES P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 246-

    La représentation du travail qui circule dans l’entreprise est celle donnée par les consignes. Or la réalité du travail est beaucoup plus large. Le travail n’est jamais la simple réalisation de la tâche formulée par la prescription. Le travail mobilise la sensibilité et les valeurs du salarié. Il y a nécessité de la création d’espaces de discussion sur le travail.

  • 741 - SANTE AU TRAVAIL ET PROMOTION DE LA SANTE. 32EME CONGRÈS NATIONAL DE MÉDECINE ET SANTÉ AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012. PROMOTION DE LA SANTE : APPORTS CONCEPTUELS ET METHODOLOGIQUES EN SANTE AU TRAVAIL. LA PROMOTION DE LA SANTE DES TRAVAILL
    MULLER M., CAILLARD J.-F., LE FUR C., RENARD O., VANBERKEL D., FRIMAT P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 273-

    Avant de mettre en place un programme de promotion de la santé, il est important d’en définir l’objet, le public-cible ainsi que les modalités de participation de l’entreprise et de ses différentes composantes. Un tel programme ne sera efficace que s’il intègre les facteurs collectifs et individuels de l’entreprise dans le diagnostic de la situation et la réalisation des actions. Le concept de promotion de la santé consiste à amener à son plus haut niveau l’état de santé de chaque individu par un ensemble d’interventions qui portent sur lui-même et sur l’environnement. Exemple de la mise en place d’un programme régional «santé globale/santé travail en Nord Pas de Calais».

  • 742 - BILAN D'UNE EXPERIENCE DE DIX ANS DE PREVENTION SANTE EN MILIEU DE TRAVAIL, 32EME CONGRÈS NATIONAL DE MÉDECINE ET SANTÉ AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    ROUFFIAC K., BOUDET G., BIAT I., GABRILLARGUES, DUTHEIL F., CHAMOUX A.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 283-

    Depuis 2002, la mission de la médecine du travail a été élargie à la préservation et à la promotion de la santé des salariés sous entendant une démarche active passant notamment par des actions de dépistage. La santé globale des salariés doit-elle être une préoccupation du médecin du travail ? Le milieu de travail présente-t-il des opportunités pour des actions de dépistage automatique ?

  • 743 - L'ENJEU DE LA PROMOTION DE LA SANTE. 32EME CONGRÈS NATIONAL DE MÉDECINE ET SANTÉ AU TRAVAIL, CLERMONT FERRAND, 5 8 JUIN 2012
    BERNON J.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 3 / 2012, PP. 292-

    L’émergence de problématiques de santé plus complexes doit faire évoluer le statut de la santé au travail comme ressource pour chacun et ressource pour l’entreprise : c’est l’ambition de la promotion de la santé.

  • 744 - LE LIEN PROBABLE ENTRE LE TRAVAIL POSTE EN "TROIS HUIT" ET LE PREDIABETE
    DUSSAUSSOIS B.
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 348 / 2012, PP. 5-6

    Une étude de l’Inserm démontre que cette organisation du travail augmenterait le risque de développer une résistance à l’insuline. Cette étude a porté sur près de 200 ouvriers travaillant dans une usine du sud de la France entre 2001 et 2002. La moitié d’entre eux faisait les « trois huit » et l’autre moitié travaillait uniquement la journée. Pour les travailleurs soumis aux « trois huit », il en ressort une augmentation de la sécrétion d’insuline au niveau du pancréas et une baisse de sensibilité à cette hormone.

  • 745 - LE LIEN EXISTANT ENTRE STRESS AU TRAVAIL ET INFARCTUS
    DUSSAUSSOIS B.
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 348 / 2012, PP. 13

    Une étude de l’Inserm révèle que les personnes exposées au stress auraient un risque de 23 % plus élevé que celles qui n’y sont pas exposées de faire un infarctus. Une analyse à grande échelle, menée sur près de 200 000 individus en Europe confirme l’existence d’un lien entre le stress au travail et la survenue d’accidents cardiovasculaires.

  • 746 - SANTE AU TRAVAIL. "INTEGRER LA PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LE DOCUMENT UNIQUE"
    TRAN V., GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5660 / 2012, PP. 55

    L’entreprise doit annexer au DU la proportion de salariés exposés, qui détermine si elle est contrainte ou non de conclure un accord ou un plan d’action pénibilité. L’autre volet est de coter les facteurs de pénibilité dans le DU en croisant l’approche «unité de travail» (pour le BTP, le chantier), et l’approche par le poste. Il s’agit d’adopter pour la pénibilité la même logique de cotation que pour les autres risques. Cette logique correspond à une mise en perspective de la probabilité de survenance d’un problème et de la gravité du dommage probable.

  • 747 - CONDITIONS DE TRAVAIL. DEMATHIEU ET BARD ILE-DE-FRANCE MET SES SALARIÉES AU SEC
    LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5661 / 2012, PP. 55

    Demathieu et Bard Ile-de-France a fait installer des vestiaires séchant pour ses compagnons. Même si leurs affaires sont mouillées, les compagnons les retrouvent sèches au matin. Dans ces conditions, ils attaquent leur journée avec davantage de dynamisme et d’implication. En hiver, les salariés ne sont donc plus obligés de se réchauffer contre les radiateurs. Ces armoires ont un autre avantage : plus grandes, elles contribuent à améliorer l’hygiène dans les lieux de vie.

  • 748 - DOSSIER PENIBILITE. PREVENTION DE LA PENIBILITE : PLACE A L'ACTION
    CONDOU I.
    PREVENTION BTP N° 156 / 2012, PP. 14-1

    Les négociations sur la pénibilité dans le cadre de la réforme des retraites 2010 et l’accord de branche qui en est issu ont récemment mis en lumière l’importance de la question des conditions de travail dans le BTP et la nécessité de leur amélioration. Témoignages d’entreprises et avis d’expert de Jean–François BERGAMINI autour de la problématique.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 749 - CANCERS DE LA PEAU : PRENDRE EN COMPTE LES FACTEURS D'EXPOSITION PROFESSIONNELS
    TRAVAIL ET SECURITE N° 9 / 2012, PP. 13

    Présentation du dépliant élaboré par l’Institut National du cancer qui vise à sensibiliser aux facteurs de risques professionnels pouvant provoquer des cancers de la peau (UV naturels et artificiels (soudure à l’arc), produits chimiques, suies, rayonnements ionisants…) et aux mesures de prévention. Le document est téléchargeable sur le site : www.e-cancer.fr

RISQUES PHYSIQUES

  • 750 - DOSSIER ACOUSTIQUE : UNE NOTION QUE LA RT 2012 NE DOIT PAS OCCULTER
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 316 / 2012, PP. 56-7

    1. Conception : comprendre les principes et veiller aux détails constructifs, 2. Bruits : rappel des définitions, sources et protections, 3. Logements collectifs : acoustique et thermique jouent les frères ennemis, 4. Gaines : trois stratégies pour éviter la transmission des bruits, 5. Techniques constructives : impact des évolutions réglementaires, 6. Zoom sur… l’aménagement d’un loft dans un bâtiment industriel.

  • 751 - VIBROCOMPACTEURS : UNE ETUDE SUR LES VIBRATIONS DU CORPS
    PREVENTION BTP N° 156 / 2012, PP. 6

    Une étude canadienne a examiné les caractéristiques des vibrations et l’exposition aux vibrations globales du corps des opérateurs de vibrocompacteurs à tambour unique. Présentation et résultats de la démarche.

RISQUES CHIMIQUES

  • 752 - EMISSIONS DU BITUME LORS DE LA FABRICATION ET DU SOUDAGE DE MEMBRANES BITUMINEUSES
    RÜHL R., ZIEGLER C., MUSANKE U.,
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 226 / 2012, PP. 35-3

    Lors de la fabrication de membranes bitumineuses et du soudage de ces membranes au chalumeau, les salariés sont exposés aux vapeurs et aux aérosols émis par le bitume chaud. Les mesures dans l’air des lieux de travail effectuées en France et en Allemagne, ainsi que dans plusieurs autres pays européens, montrent toutes des expositions très faibles.

  • 753 - PRECONISATIONS EN MATIERE DE CARACTERISATION DES POTENTIELS D'EMISSION ET D'EXPOSITION PROFESSIONNELLE AUX AEROSOLS LORS D'OPERATIONS METTANT EN OEUVRE DES NANOMATERIAUX
    WITSCHGER O., LE BIHAN O., REYNIER M., DURAND C., MARCHETTO A., ZIMMERMAN E., CHARPENTIER D.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 226 / 2012, PP. 41-5

    Cet article présente une démarche générale visant à caractériser les potentiels d’émission et d’exposition professionnelle aux aérosols lors d’opérations mettant en oeuvre des nanomatériaux. Elle résulte d’un partenariat entre l’INRS, l’INERIS et le CEA. Les recommandations portent tout d’abord sur les critères de mesures à considérer en termes de gamme de tailles des particules, fraction de l’aérosol et concentrations dans l’air.

  • 754 - NANOPARTICULES. UN GUIDE POUR CARACTERISER LES POSTES DE TRAVAIL
    LE MONITEUR N° 5661 / 2012, PP. 55

    Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, l’Institut national de l’environnement industriel et des risques, l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ont élaboré un guide méthodologique pour aider les préventeurs à caractériser, dans une ambiance de travail, les potentiels d’émission de nanoparticules. Il s’agit, au travers de cette méthode, de mieux évaluer les expositions professionnelles aux nanoparticules. Le guide est téléchargeable sur le lien www.hst.fr/nano/index.html.

  • 755 - SANTE. POUSSIERES DE BOIS : UN RISQUE SOURNOIS
    BARRUYER C., HERIN F.
    PREVENTION BTP N° 156 / 2012, PP. 50-5

    Provoqué par l’exposition aux poussières de bois, l’adénocarcinome naso-sinusien, autrefois nommé cancer de l’ethmoïde est en fréquence le deuxième cancer professionnel avec une petite centaine de personnes atteintes chaque année. Tous les bois renferment des cancérogènes, la prévention est donc de rigueur tout comme le suivi médical, 80 % des cas étant découverts à un stade avancé.

  • 756 - ACTU LEGISLATION. AMIANTE : LA REGLEMENTATION EVOLUE AUSSI POUR LE GENIE CIVIL
    ROMERO HARIOT A., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 9 / 2012, PP. 12-1

    Anita Romero-Hariot, expert pour le risque amiante à l’INRS, fait le point sur les différents grands changements de la réglementation amiante depuis le décret du 4 Mai 2012 (disparition de la distinction friable non friable, contrôle des niveaux d’empoussièrement, VLEP, stratégie d’échantillonnage, certification des entreprises, mode opératoire amiante).

  • 757 - ACTU REGLEMENTATION. MOTEURS DIESELS : LES GAZ D'ECHAPPEMENT CLASSES CANCEROGENES
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 9 / 2012, PP. 16

    En Juin 2012, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a classé les gaz d’échappement des moteurs diesels comme cancérogènes certains pour l’homme (groupe 1). Selon les experts, les données scientifiques sont sans appel : «il est établi qu’une exposition aux émissions des moteurs diesels est associée à un risque accru de cancer du poumon» et le risque de cancer de la vessie est soupçonné. Il y a nécessité de réduire les expositions professionnelles. Un guide pour le choix et l’installation d’un filtre à particules sur les engins de chantier (DTE 222) est disponible sur le site www.cramif.fr

  • 758 - ENTREPRISE AMIANTE. CARRIERE : UN ENVIRONNEMENT A HAUT RISQUE
    VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 9 / 2012, PP. 44-4

    Depuis trois ans, des travaux de sécurisation et de stabilisation de la carrière amiantifère de Canari au Cap Corse sont en cours. Le site a été fermé en 1960, laissé en état avec des affleurements naturels d’amiante. Les travaux consistent à arrêter les glissements de terrain en réalisant une piste découpant la pente en sous bassins versants et la diminution des pentes. L’amiante étant présent à l’état naturel, il a fallu s’organiser pour travailler en toute sécurité : installation d’unités de décontamination, limitation du temps de travail, formation des salariés, équipements individuels de protection, campagne de prélèvements d’atmosphère, véhicules pressurisés, arrosage du site…

HYGIENE ET SECURITE

  • 759 - COMMENT LE CHSCT A SU S'IMPOSER
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5661 / 2012, PP. 58-5

    Le CHSCT est devenu une instance de management de la santé et de la sécurité au travail. Trente ans après le vote de la loi Auroux créant cette institution, les avis sont unanimes. Auparavant, le CHSCT évoquait surtout le respect d’une obligation légale. Aujourd’hui, sa place est aussi importante que celle du comité d’entreprise.

  • 760 - Y A T IL UN COORDONNATEUR SPS SUR LE CHANTIER ?
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5663 / 2012, PP. 12-1

    Quinze ans après la mise en oeuvre de la coordination sécurité et protection de la santé, le bilan reste mitigé. Des évolutions réglementaires devraient permettre d’améliorer le dispositif.

  • 761 - HYGIENE. CABINES SANITAIRES MOBILES : LES EXIGENCES DE LA NORME NF EN 16194
    PREVENTION BTP N° 156 / 2012, PP. 8

    Depuis Mai 2012, comme le rappelle le Syndicat national des professionnels du sanitaire mobile, les fabricants, les sociétés de location et les locataires de cabines sanitaires mobiles qui ne sont pas raccordés à un collecteur d’assainissement doivent répondre aux exigences de la norme NF EN 16194.

  • 762 - DOSSIER. PETITES ET TRES PETITES ENTREPRISES : VERS UNE SECURITE A GRANDE ECHELLE
    BONDEELLE A., COURBON L., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 9 / 2012, PP. 20-3

    Comment faire évoluer la prévention des accidents du travail et maladies professionnelles dans les petites et très petites entreprises ? Le Réseau Assurance Maladie risque professionnel multiplie ses actions notamment par le biais des organisations professionnelles. Présentation de quatre actions pilotes dont une BTP dans le Languedoc Roussillon.

PREVENTION - PROTECTION

  • 763 - POUSSIERES DE BOIS. MIEUX CONTRÔLER LE NIVEAU D'EMPOUSSIEREMENT
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5661 / 2012, PP. 57

    France Bois Industrie Entreprises vient de signer une convention visant à améliorer la prévention des risques liés aux poussières de bois. Cette convention comporte quatre grands objectifs : – sensibiliser et informer les entreprises sur leurs obligations et les salariés sur les risques cancérogènes liés à l’exposition aux poussières de bois, – informer sur la prévention des risques, – mieux contrôler le niveau d’empoussièrement – et proposer un appui technique aux entreprises désireuses de s’engager dans une démarche de progrès.

  • 764 - RISQUES PROFESSIONNELS. "DES MEMOS PREVENTION DISPONIBLES SUR INTERNET POUR LES ARTISANS"
    LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5663 / 2012, PP. 63

    L’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST) a réalisé une série de mémos santé-sécurité à destination des chefs d’entreprises artisanales et de leurs salariés, accessibles sur Internet : www.iris-st.org/outils.

BTP

  • 765 - CONDITIONS DE TRAVAIL. LA CAPEB ET LEBORGNE POUR DE MEILLEURS OUTILS
    LE MONITEUR N° 5660 / 2012, PP. 53

    Pour améliorer l’ergonomie des outils à main et ainsi lutter contre les troubles musculo-squelettiques chez les salariés du BTP, la Capeb et le fabriquant d’outils à main Leborgne ont signé un accord de partenariat le 24 Avril 2012. Il prévoit la réalisation de tests d’outillage mis sur le marché, mais aussi de prototypes, afin d’aider à la réalisation d’outils moins dangereux pour la santé des utilisateurs.

  • 766 - OUVRAGE D'ART : PONT SUSPENDU DERNIERE GENERATION
    BAUMANN O.
    LE MONITEUR N° 5662 / 2012, PP. 30-3

    Le pont de Verdun–sur–Garonne est le seul pont routier suspendu actuellement en construction en France. Doté de câbles de dernière génération, il innove également dans le mode de contractualisation.

  • 767 - RISQUES PROFESSIONNELS. SECURITE ROUTIERE : LE BTP PASSE LA PREMIERE
    LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5663 / 2012, PP. 64-6

    Le risque routier est source de nombreux accidents graves dans le BTP. Les entreprises peuvent s’en protéger en organisant leurs trajets et en sécurisant leurs véhicules.

  • 768 - ENTREPRISE BTP. PREPARATION DE CHANTIER : DE LA CUISINE INTERNE D'UN TABLIER
    COURBON L.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 9 / 2012, PP. 36--

    Le viaduc de Bellegarde-sur-Valserine dans l’Ain doit être renforcé avant les travaux d’étanchéité et de réfection de la couche de roulement. Les interventions qui vont avoir lieu dans les caissons creux du tablier impliquent des contraintes spécifiques : accessibilité, cheminement, approvisionnement en matériel, confinement… Toute l’organisation doit être pensée en amont avec des solutions sur mesure.

TECHNOLOGIE

  • 769 - MATERIAU : UN BATIMENT PILOTE POUR ETUDIER LA BRIQUE DE TERRE CRUE
    DE VOGÜE A.
    LE MONITEUR N° 5662 / 2012, PP. 37

    Ecologique, la terre crue est pourtant peu utilisée dans les constructions neuves faute de caractérisations techniques disponibles. Un briquetier lance une étude sur ce matériau. Objectif : développer le marché.

  • 770 - INNOVATIONS 2012. PRODUITS ET REGLES TECHNIQUES. LA PERFORMANCE ENERGETIQUE, OUI MAIS A QUEL PRIX ?
    GUEZEL J.-C.
    LE MONITEUR N° 5662 INNOVATIONS TECHNIQUES / 2012, PP. 6-9

    Certaines solutions économes en énergie : triple vitrage, ventilation double flux, chauffe-eau solaire… soulèvent des questions de retour sur investissement. Pour les bureaux d’études, il est temps de se pencher sur la pertinence économique.

  • 771 - INNOVATIONS 2012. PRODUITS ET REGLES TECHNIQUES. LE COÛT ENCORE ELEVE DES BÂTIMENTS PASSIFS
    LEYSENS E.
    LE MONITEUR N° 5662 INNOVATIONS TECHNIQUES / 2012, PP. 10

    Préalable indispensable aux bâtiments à énergie positive, la construction « passive » coûte plus cher en France qu’en Belgique. Triple vitrage et VMC double flux y sont pour beaucoup.

  • 772 - INNOVATIONS 2012. PRODUITS ET REGLES TECHNIQUES. BETON : INNOVATION ET CERTIFICATION DES PRODUITS PREFABRIQUES
    BAUMANN O.
    LE MONITEUR N° 5662 INNOVATIONS TECHNIQUES / 2012, PP. 14-1

    Le Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (CERIB) intervient dans la certification des produits préfabriqués.

  • 773 - CAHIER PRATIQUE : BIOMASSE
    LE MONITEUR N° 5663 / 2012, PP. 1-18

    Les énergies renouvelables sont désormais au premier plan de l’équipement des bâtiments. Les atouts du stockage décentralisé des énergies éolienne et photovoltaïque sont le thème de cette enquête. De plus, présentation des spécificités de la biomasse en particulier le bois énergie.

  • 774 - TECHNIQUE S'ORGANISER. TRAVAUX D'ECLAIRAGE PUBLIC (POSE DE CANDELABRES)
    FERON L., GARROUSTE P.
    PREVENTION BTP N° 156 / 2012, PP. 28-2

    Tour d’horizon des bonnes pratiques lors de pose et dépose de candélabres.

  • 775 - TECHNIQUE VOS SOLUTIONS. TRAVAUX DE VRD : UN POSE BORDURE POLYVALENT
    GERVAIS Y.
    PREVENTION BTP N° 156 / 2012, PP. 40

    L’entreprise GTB a engagé une réflexion avec le constructeur MDB afin de mettre au point une machine compacte pour la pose d’éléments VRD. Le résultat est un engin de 2 m sur 1,22 m polyvalent grâce aux nombreux accessoires adaptables (bétonnière, marteau-piqueur, pince à pavés, carotteuse…).

INFIRMIERES

  • 776 - ASSURANCE PROFESSIONNELLE. FAUT IL ETRE COUVERTE ?
    DIHL M.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 302 / 2012, PP. 22-2

    Combien d’infirmières n’ont jamais craint de commettre l’irréparable par inattention ou par fatigue ? Pour faire face à ce risque, elles sont de plus en plus nombreuses à souscrire à une assurance professionnelle.

  • 777 - JURIDIQUE. LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DE L'INFIRMIER
    CAUMES G.
    LA REVUE DE L'INFIRMIERE N° 182 / 2012, PP. 26-2

    La responsabilité infirmière est liée aux actes et règles professionnels décrits dans le Code de la Santé Publique. La responsabilité civile entraîne des réparations pécuniaires au profit de la victime à titre de dommages et intérêts. La responsabilité pénale est une condamnation individuelle du professionnel de santé au nom de la société.

TOXICOMANIE

  • 778 - ADDICTION ET CONDUITES DOPANTES : EPIDEMIOLOGIE, PREVENTION, DEPISTAGE. MORBIDITE, COMORBIDITE ET COMPLICATIONS. PRISE EN CHARGE, TRAITEMENT SUBSTITUTIF ET SEVRAGE : ALCOOL, TABAC, PSYCHO-ACTIFS ET SUBSTANCES ILLICITES. ADDICTION TABAGIQUE
    DANSOU A., MAINO B., LEMARIE E.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2012, PP. 837-

    Le titre pose déjà, avec le terme addiction, une partie des difficultés liées au tabagisme. Détails sur la prise en charge et les nouvelles stratégies de prise en charge, questionnaires d’évaluation du degré de dépendance.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 779 - FORMATION CONTINUE. LE POINT SUR LE TETANOS
    RICHARD D.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 303 / 2012, PP. 33-3

    Le tétanos est une maladie neurologique non contagieuse. Elle est due au bacille gram positif anaérobie « clostridium tétani » ou « bacille de Nicolaïer ». Il s’agit d’une maladie parfois mortelle qui peut être prévenue par la vaccination.

  • 780 - MONOGRAPHIE. DEPISTER ET TRAITER LES SUJETS A HAUT RISQUE CARDIOVASCULAIRE DOIT DEVENIR UNE PRIORITE !
    SIMON A., CHIRONI G., MEGNIEN J.L., SIRIEIX M.E., EVEILLARD P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2012, PP. 769-

    Dossier complet qui rappelle les facteurs de risque cardiovasculaire, les recommandations actuelles pour définir les profils à risque cardiovasculaire ainsi que les stratégies préventives. L’intérêt étant de déterminer des facteurs de risque sur lesquels on puisse avoir des actions thérapeutiques.

  • 781 - DIABETE SUCRE DE TYPE 1 ET 2 DE L'ENFANT ET DE L'ADULTE. COMPLICATIONS
    ARBEY A.S., PENFORNIS A.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2012, PP. 859-

    Physiopathologie, urgences, stratégies thérapeutiques.

  • 782 - STRATEGIES. DEPISTAGE DES CANCERS COLORECTAUX PAR TESTS IMMUNOLOGIQUES : PLUS DE COLOSCOPIES ET DE CANCERS DETECTES QU'AVEC DES TESTS HEMOCCULT°
    LA REVUE PRESCRIRE N° 345 / 2012, PP. 522-

    En pratique, les tests immunologiques semblent en mesure d’augmenter le nombre de cancers colorectaux dépistés, mais en augmentant proportionnellement le nombre de coloscopies réalisées et les risques liés à celles-ci. L’évaluation globale de ce dépistage doit donc se poursuivre.

  • 783 - STRATEGIES. AUTOMESURE DE LA PRESSION ARTERIELLE A DOMICILE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 345 / 2012, PP. 526-

    L’automesure aide à repérer certaines «hypertensions blouse blanche» et permet peut-être d’éviter des traitements inutiles. Dans cette situation, ces résultats ne sont pas toujours superposables avec ceux d’un enregistrement ambulatoire et l’avantage de celui-ci n’est pas démontré. Pour le reste, l’avantage de l’automesure par rapport à des mesures répétées au cabinet médical, en termes de contrôle de la PA, d’ajustement du traitement ou de réduction de la morbi-mortalité, n’est pas clairement établi.

  • 784 - LA PREVENTION DES TMS PASSE PAR LA VISITE MEDICALE
    MAHIOU I.
    SANTE ET TRAVAIL N° 79 / 2012, PP. 17-1

    « Un constat à contre-courant de l’esprit de la réforme de la médecine du travail qui privilégie l’action sur le milieu de travail au détriment des visites ». La consultation est le lieu privilégié et un instrument essentiel de l’activité du médecin du travail. A travers elle, il tente d’aider le salarié à faire le lien entre le travail et sa santé, recueille des informations sur l’entreprise. Inversement, sa connaissance du terrain nourrit ses entretiens avec le salarié.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 785 - RECRUTEMENT : LES RECOURS POUR DISCRIMINATION A L'EMBAUCHE SONT PLUS FRÉQUENTS
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5662 / 2012, PP. 48

    L’association « A compétences égales » publie un guide «recruter sans discriminer». L’âge, l’état de santé et l’origine ethnique sont les facteurs de discrimination le plus souvent invoqués, et le recruteur risque de lourdes sanctions pénales.

  • 786 - FORMATION : PRIMAULT FAIT DE L'INTEGRATION DE SES SALARIES HONGROIS UNE PRIORITE
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5663 / 2012, PP. 61

    Aide pour trouver un logement, formation «français langue étrangère» en cours du soir.

DIVERS

  • 787 - OPTIMISATION ENERGETIQUE : TROUVER LE JUSTE PRIX DE LA PERFORMANCE
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5662 / 2012, PP. 14-1

    Les équipements et enveloppes les plus économes en énergie sont-ils rentabilisables ? Certains bureaux d’études estiment qu’il est temps de se pencher sérieusement sur la notion de pertinence économique.

  • 788 - CONSTRUCTION. LE BOIS PERCE SUR TOUS LES MARCHES
    LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5663 / 2012, PP. 16-1

    L’Observatoire national de la construction bois 2012 donne pour la première fois des informations précises sur la tenue de ce marché et le profil de ses acteurs. Il confirme que le matériau est en phase de croissance sur tous les fronts.