Imprimer

Equipe de lecture :


C. Artola
C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
H. Le Scao
D. Leuxe
M. Loizeau
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 220 - DOULEUR ET TRAVAIL : LES CHIFFRES DE L'ENQUÊTE DU COEGD
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5166 / 2009, PP. 34-3

    Touchant les travailleurs les moins qualifiés, les douleurs physiques liées au travail sont nombreuses et ont un retentissement psychique et social important. Les données de l’enquête entreprise par le Comité d’Organisation des Etats Généraux de la Douleur (Coegd) entre le 15 Septembre et le 15 Novembre 2008, dans quatorze structures de prise en charge de la douleur, réparties à parts quasiment égales entre CHU et autres établissements de soins, confirment que la douleur physique et psychosomatique liée au travail reste aussi une réalité.

  • 221 - EXPLICATION DE TEXTE. LES ORIENTATIONS DU SECOND PLAN SANTE AU TRAVAIL 2010 2014
    JALLADE C.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 12

    L’objectif : diminuer les expositions aux risques d’accidents du travail, maladies professionnelles, cancérogènes, TMS, risques psychosociaux (plan d’urgence pour la prévention du stress au travail).

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 222 - LE BIEN ÊTRE AU TRAVAIL CHEZ LES CONDUCTEURS DE TRAVAUX, RESULTATS D'UNE ACTION MENEE EN LANGUEDOC ROUSSILLON
    GROSJEAN V., KOP J.L., NOGUES CHOLLET F., VELUT P.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 216 / 2009, PP. 41-5

    A partir de la démarche de l’approche de « bien-être » développée à l’INRS, une étude a été menée en Languedoc Roussillon. Sont collectées des données sur la santé des conducteurs de travaux à un niveau régional et sur leur perception d’options organisationnelles en rapport avec leur travail.

  • 223 - ESTIMATION. COMBIEN COÛTE LE STRESS AU TRAVAIL ?
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2010, PP. 12

    Si les conséquences du stress sur la santé sont connues, qu’en est-il du coût humain et financier engendré ? Appliqué à la France pour 2007, le modèle montre que pour une population active de 27,84 millions de personnes, le coût social du stress au travail est compris entre 1 milliard 800 millions et 2 milliards 900 millions d’euros, chiffres en nette augmentation.

  • 224 - ACTU STATISTIQUES. RISQUES PSYCHOSOCIAUX : PREMIERS INDICATEURS PROVISOIRES DES FACTEURS DE RISQUES
    RAVALLEC C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2010, PP. 14

    Des indicateurs de risques psychosociaux au travail ont été proposés par un collège expert créé à la demande du ministère du travail. Ces indicateurs sont regroupés en six dimensions de risque à caractère psychosocial : exigences au travail, exigences émotionnelles, autonomie-marge de manœuvre, rapports sociaux et relations au travail, conflits de valeurs et insécurité d’emploi.

ERGONOMIE

  • 225 - PREVENTION. JANNEAU MENUISERIES LIMITE LES SOUFFRANCES ARTICULAIRES
    DAHERON B.
    LE MONITEUR N° 5536 / 2010, PP. 60

    Pour diminuer la pénibilité et prévenir les problèmes de santé au travail, Janneau Menuiseries a créé un comité de pilotage pluridisciplinaire baptisé «L’esprit de prévention» et composé d’un chargé de mission de l’agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail, deux médecins du travail, un ergonome et des salariés. Ce groupe a conduit des actions de prévention pour limiter les souffrances articulaires dans l’entreprise et la pénibilité au travail.

  • 226 - MENUISERIE. UN REAMENAGEMENT COLLECTIF
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 20-2

    Les 33 salariés de la Scop Les Menuisiers du Rhône ont profité d’un déménagement pour mettre en place une réflexion collégiale afin d’optimiser leur organisation en privilégiant l’ergonomie et une préparation en atelier.

  • 227 - MANUTENTIONS. SOULEVER LES PALPLANCHES, UN JEU D'ENFANTS !
    BRANSTETT J.M.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 22

    L’entreprise de fondations spéciales Durmeyer SAS a réalisé un dispositif simple et astucieux pour soulever ses palplanches. Le but : éviter les mauvais gestes et gagner du temps.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 228 - ACTU. REFORME SOCIALE : UN DISPOSITIF "BONUS MALUS" SIMPLIFIE DES COTISATIONS AT/MP
    ARIES R.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 4-5

    Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010 prévoit de renforcer les incitations financières à la prévention et de les clarifier. Sanction dissuasive, subvention immédiate… Le dispositif séduit.

  • 229 - ACTU RISQUE ROUTIER. TRAJET DOMICILE TRAVAIL : UN RISQUE SOUS ESTIME
    VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2010, PP. 16

    Définis par le Code de la Sécurité Sociale (article L.411-2), les accidents de trajet sont nombreux avec pas moins de 85 000 accidents de trajet corporels en 2007 et plus 7 % des accidents mortels de circulation. Un sondage réalisé auprès des salariés et des chefs d’entreprise met en évidence la sous-estimation de ce risque quotidien.

  • 230 - REGARD SUR UN RISQUE. CONSTRUCTION METALLIQUE : MONTAGE ET LEVAGE, A FREQUENCE ELEVEE, GRAVITE ELEVEE
    BASTIDE J.C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2010, PP. 40-4

    Bilan de l’activité construction métallique : en 2008 avec 7 883 salariés, on a recensé 1 049 accidents avec arrêt, un salarié sur huit est donc victime d’un accident de travail. Le taux de fréquence (78,31) et de gravité (5,28) est plus élevé que celui du Comité Technique National (CTN) du Bâtiment et des Travaux publics. Les accidents graves ont des conséquences sérieuses avec un indice de gravité de 90,18 pour l’activité (42,45 pour le CTN). En premier lieu on retrouve les accidents de manutentions manuelles puis les chutes de plain-pied et les chutes de hauteur…

RISQUES PHYSIQUES

  • 231 - VIBRATIONS : LES DEMARCHES DE PREVENTION
    BARRUYER C.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 48-5

    De nombreux postes de travail dans le BTP exposent aux vibrations. Trop intenses et trop répétitives, elles ont des effets néfastes sur la santé. Rappel des bonnes pratiques pour les prévenir, les réduire ou les supprimer.

  • 232 - EDITORIAL. ANTENNES RELAIS : LES RESSORTS D'UNE POLEMIQUE
    AURENGO A.
    SANTE PUBLIQUE N° 6 / 2009, PP. 545-

    Les conclusions très comparables du rapport d’Octobre 2009 de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail, l’Afsset, sur les radiofréquences ainsi que des rapports de la Commission Internationale sur la Radioprotection Non Ionisante (ICNIRP) et de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) parus quelques semaines plus tard, auraient dû rassurer les citoyens et donner aux élus et à la justice les éléments nécessaires à une gestion apaisée des questions posées par les antennes-relais. Mais la polémique continue. Bien qu’aucune de ces conclusions scientifiques n’ait été contestée, des associations continuent à s’opposer à des projets d’implantation ou tentent d’obtenir le démontage d’antennes existantes, en requérant souvent l’intervention de la justice au nom du principe de précaution.

  • 233 - RADIOFREQUENCES : CONSTRUIRE DES SOLUTIONS POUR RESOUDRE LES PROBLEMES
    BOURDILLON F.
    SANTE PUBLIQUE N° 6 / 2009, PP. 615-

RISQUES CHIMIQUES

  • 234 - L'AMIANTE DANS LES OPERATIONS DE REHABILITATION ET DE DEMOLITION, REPERAGE AMIANTE : LE MAILLON FAIBLE
    GAUL M.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 216 / 2009, PP. 3-10

    Dans cet article, sont présentés les différents repérages amiante dans les opérations de réhabilitation et de démolition. Une étude statistique dans la Manche illustre les difficultés par des exemples concrets. Les limites du repérage sont bien soulignées et ce bilan amène à s’interroger sur les diagnostics mis à disposition des entreprises pour leurs interventions.

  • 235 - LES METHODES D'EVALUATION DES RISQUES CHIMIQUES, UNE ANALYSE CRITIQUE
    TRIOLET J., HERY M.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 216 / 2009, PP. 11-2

    Comparaison de différentes méthodes, notamment dans la prévention de l’exposition aux CMR.

  • 236 - POINT DE REPERE. LA PREVENTION A L'EPREUVE DE L'INCERTITUDE : L'EXEMPLE DE LA PRECAUTION A L'EGARD DES NANOPARTICULES
    DRAIS E.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 216 / 2009, PP. 53-5

    Cet article décline les éléments qui sous-tendent les perceptions et les jugements à l’égard des risques et ce que ces éléments impliquent en terme de développement de la prévention.

  • 237 - L'ENTRETIEN DU MOIS. "IL N'Y A PAS DE VRAI DEBAT DE SOCIETE SUR LES NANOTECHNOLOGIES"
    BENSAUDE VINCENT B., KLINGLER C.
    LA RECHERCHE N° 439 / 2010, PP. 76-7

    Depuis quelques années, le développement des nanotechnologies est un objectif prioritaire des décideurs politiques, scientifiques et industriels. Les budgets alloués sont considérables. Une course qui laisse perplexe l’historienne Bernadette Bensaude-Vincent.

  • 238 - PREVENTION. ETANDEX SUPPRIME LES PRODUITS CANCEROGENES
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5539 / 2010, PP. 74

    Intervenant sur les chantiers d’étanchéité, de cuvelage, Etandex maniait bon nombre de produits classés «CMR». Lors de la mise en oeuvre d’une résine époxy, des analyses d’urine ont mis à jour une contamination cutanée. Dans un premier temps, l’entreprise a renforcé les EPI et revu les procédures. Puis elle a substitué une nouvelle résine qui a permis aux salariés de revenir à une protection individuelle moins contraignante. Le surcoût est compensé par des EPI moins onéreux et une amélioration des cadences de mise en oeuvre.

  • 239 - COMMENT CA MARCHE ? LES AUTO SAUVETEURS AU KO2
    MICHEL M.C.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 28-2

    Déficience d’oxygène dans l’air, présence de substances toxiques…Face à ce type de situations, les travailleurs doivent pouvoir respirer pour se mettre hors de danger. Des techniques diverses existent : augmenter le débit de ventilation, utiliser un appareil respiratoire visant à permettre une activité spécifique, ou, en cas d’urgence, utiliser un appareil de protection respiratoire autonome à circuit fermé avec système de protection chimique d’oxygène, appelé communément auto-sauveteur au K02.

  • 240 - NOUVEAUTE. CARATEX, UNE BASE DE DONNEES EXPLOSIVES
    SALLE B., BONDEELLE A.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2010, PP. 10

    Présentation de la base de données CarAtex disponible sur le site de l’INRS, permettant de connaître les caractéristiques physico-chimiques des substances susceptibles de s’enflammer ou de produire des atmosphères explosives.

PREVENTION - PROTECTION

  • 241 - VÊTEMENTS DE PROTECTION. LES AVANTAGES DE LA LOCATION ENTRETIEN
    RICHARD A.M.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 34-3

    Bien entretenir les vêtements de travail est une question d’hygiène et d’image de marque de l’entreprise. L’employeur est tenu de les fournir au personnel et de les maintenir dans un état satisfaisant. L’externalisation de leur entretien peut être une solution.

SECOURISME

  • 242 - LES FICHES CONSEILS DU MEDECIN DU TRAVAIL. COEUR AU TRAVAIL : TROIS GESTES POUR SAUVER UNE VIE
    PHAN CHAN THE E.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 109 / 2010, PP. 86-9

    L’intervention d’urgence maîtrisée est l’une des conditions d’un système cohérent et complet de sécurité. Dans cette fiche-conseil, l’auteur présente les bonnes pratiques qui doivent pouvoir être mises en oeuvre face à l’arrêt cardiaque.

BTP

  • 243 - LES GRANDS DOSSIERS DE 2010
    LE MONITEUR N° 5536 / 2010, PP. 10-1

    L’année 2010 sera marquée par des changements et des rendez–vous importants pour les entreprises du BTP : réduction des délais de paiement, mise en place de la loi Grenelle 2, dématérialisation des marchés publics, emploi des seniors, accidents du travail, emploi des personnes handicapées, pénibilité, médecine du travail…

  • 244 - SECURITE. UN KIT DE VIDEOSURVEILLANCE POUR LES CHANTIERS
    LE MONITEUR N° 5539 / 2010, PP. 75

    Composé de deux mâts en haut desquels sont installées deux caméras, une fixe et une mobile. Avec un projecteur infrarouge pour les images prises la nuit, un logiciel d’analyse vidéo et un haut–parleur. Le système permet de discriminer l’intrusion animale de la présence humaine.

  • 245 - SALAIRES DU BTP : COUP DE FROID SUR LES AUGMENTATIONS EN 2010
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5540 / 2010, PP. 79-8

    PP. 80 : Augmentations minimes et ciblées : les augmentations seront faibles cette année. Les entreprises devraient maintenir leurs efforts sur les rémunérations variables. PP. 82 : Epargne salariale : la retraite au coeur des enjeux à venir : les dispositifs d’épargne salariale progressent dans le BTP. La préparation de la retraite devrait être un des grands enjeux des années à venir. P. 84-86 : Construction : comparaison des salaires par fonction et par activité.

  • 246 - CHÂTEAU DE LUNEVILLE (54) : UNE RESTAURATION DE GRANDE COMPLEXITE
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 14-1

    Six ans après l’incendie qui en a ravagé une partie, le château de Lunéville renaît de ses cendres. Au final, un chantier où règne une forte coactivité.

  • 247 - ACTU EN IMAGES. CONSTRUCTION DE L'EPR : UN CHANTIER SOUS HAUTE SURVEILLANCE
    BONDEELLE A.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2010, PP. 2-9

    Le chantier du réacteur de troisième génération de Flamanville dans la Manche sort de terre en bord de mer. Le maître d’ouvrage EDF et les entreprises qui y participent ont mis en place une organisation susceptible de faire face à des exigences de sécurité et de sûreté aussi multiples qu’élevées. Reportage.

TECHNOLOGIE

  • 248 - THIERRY HATAT, GERANT D'ENVIRO PLUS : IL NETTOIE LES ROULEAUX DE PEINTURE AVEC UN SOLVANT D'ORIGINE VEGETALE
    MARAIS F.
    LE MONITEUR N° 5536 / 2010, PP. 20

    Il s’agit d’un mélange d’eau et de matière active à base de paille de blé, une perceuse sans fil faisant office de moteur rotatif, la molécule sépare et disperse la peinture puis le résidu est filtré et récupéré. C’est une économie de rouleau : il supporte jusqu’à 80 lavages, et une économie d’eau par rapport au lavage au robinet.

  • 249 - VRD : LA DETECTION DE RESEAUX EST PRÊTE AU CHANGEMENT
    BAUMANN O.
    LE MONITEUR N° 5536 / 2010, PP. 44-4

    Géoradar, localisation par ondes radios ou acoustiques, les techniques de repérage des réseaux enterrés ne manquent pas. Un atout alors que les règles de l’art sont appelées à changer en 2010.

  • 250 - ALAIN MAUGARD, PRESIDENT DE QUALIBAT "NOUS AUDITERONS LES CHANTIERS POUR NOUS ASSURER DE LA QUALITE DU TRAVAIL"
    MAUGARD A., HERMELIN F.X.
    LE MONITEUR N° 5536 / 2010, PP. 49

    Le nouveau président veut renforcer le contrôle de la compétence des entreprises. Il souhaite la mise en place d’une hiérarchie dans la qualification des entreprises pour compléter l’offre de Qualibat.

  • 251 - NOUVELLES TECHNOLOGIES : LA REUNION A DISTANCE SEDUIT LE BTP
    REGY S.
    LE MONITEUR N° 5536 / 2010, PP. 58-5

    Gain de temps, d’argent, réduction de l’empreinte écologique, et solutions nouvelles permettant d’y avoir recours.

  • 252 - SECURITE SANITAIRE : LES CANALISATIONS D'EAU EN C-PVC FREINENT LE DEVELOPPEMENT DU "BIOFILM"
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5537 / 2010, PP. 37

    La face interne des canalisations constitue un terrain fertile pour nombre de bactéries potentiellement pathogènes. Pour les éradiquer, le choix du matériau se révèle souvent un casse-tête.

HANDICAPES

  • 253 - BÂTIMENTS NEUFS : PAS DE DEROGATION A L'ACCESSIBILITE DES HANDICAPES MOTEURS
    LE MONITEUR N° 5537 / 2010, PP. 13

    Le Conseil constitutionnel a annulé l’article 53 de la loi de finances rectificative.

FEMMES, JEUNES

  • 254 - TUTORAT : LE BTP VALORISE LA TRANSMISSION DES SAVOIRS
    GITTON C., N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5539 / 2010, PP. 72-7

    Le tutorat joue un rôle de premier plan dans la politique d’intégration des salariés en alternance au sein des entreprises du BTP. Elles valorisent la fonction tutorale en envoyant les futurs tuteurs en formation.

TRAVAILLEURS AGES

  • 255 - DOSSIER SENIORS : LA BATAILLE DE L'EMPLOI
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 38-4

    Alors que la France fait figure de mauvais élève européen en matière d’emploi des seniors, le gouvernement a décidé d’inciter les entreprises de plus de 50 salariés et les branches professionnelles à favoriser l’emploi des salariés âgés. A partir du 1er Janvier 2010, elles sont tenues de rédiger un plan d’action ou de conclure un accord pour le maintien dans l’emploi des seniors, sous peine de pénalité. Certaines entreprises du BTP ont déjà anticipé, mais pour d’autres, des pistes sont à l’étude. Panorama des solutions.

  • 256 - ETAT DES LIEUX : UNE LOI POUR CHANGER L'EMPLOI DES SENIORS
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 40-4

    A partir du 1er Janvier 2010, les seniors bénéficieront d’un nouveau dispositif en faveur de leur emploi. Une mesure qui vise plusieurs enjeux, et que les entreprises semblent prêtes à accepter.

  • 257 - EN PRATIQUE : UNE LOI POUR TOUS, DES MESURES AU CAS PAR CAS
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 124 / 2009, PP. 44-4

    Comment sont appliquées les mesures pour l’emploi des seniors ? Exemples d’entreprises proposant à leurs salariés de plus de 50 ans de bien vivre leur fin de carrière, tout en maintenant leur productivité.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 258 - CAHIER DE FORMATION CONTINUE : LES PROTHESES AUDITIVES
    HAUTEMULLE M.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 256 / 2010, PP. 3-9

    Avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes souffrant de déficience auditive s’accroît. Mais les prothèses n’ont pas toujours bonne presse, surtout à cause de leur prix. Pourtant, les progrès technologiques s’accélèrent et, au terme du parcours de soins, les avantages peuvent supplanter les inconvénients. Mais la prévention vaut mieux que la guérison.

  • 259 - DIABETE DE TYPE 2 : LES STRATEGIES THERAPEUTIQUES BOUSCULEES
    SOLERE P., CARIOU B.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5168 / 2010, PP. 34-3

    L’arsenal thérapeutique en diabétologie est désormais suffisamment riche pour que l’on n’ait plus aucune excuse à laisser « filer » l’HbA1c, en particulier au début de la maladie vu le bénéfice attendu à long terme sur les complications de la maladie.

  • 260 - GRIPPE A(H1N1). LA GESTION DES VACCINS : DES CONTRE VERITES DECONCERTANTES
    PICOT A.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 109 / 2010, PP. 6

    Le bilan de la gestion de la grippe A(H1N1) en France par les ministères de la santé et de l’intérieur est actuellement catastrophique. C’est le constat sans complaisance fait par de nombreux professionnels de la santé.

SANTE PUBLIQUE

  • 261 - SANTE PUBLIQUE. MALADIE CHRONIQUE ET TRAVAIL : UNE NOUVELLE APPROCHE
    TREBUCQ A.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5168 / 2010, PP. 27

    Le taux d’activité professionnelle au sein de la population ayant une pathologie chronique est faible, de l’ordre de 35 %. 40 % des personnes souffrant d’une polyarthrite rhumatoïde s’arrêtent de travailler dans les cinq ans suivant le diagnostic.

DIVERS

  • 262 - DECONSTRUCTION. DEMANTELEMENT SECURISE POUR UN REACTEUR NUCLEAIRE PIONNIER
    BAUMANN O.
    LE MONITEUR N° 5539 / 2010, PP. 54-5

    Chooz A, situé dans les Ardennes, fait partie des neufs réacteurs nucléaires français actuellement en démantèlement. Arrêté définitivement en 1991, il subit une minutieuse déconstruction, qui s’étale sur plus de trente ans. La sécurité est le maître mot de ce travail de longue haleine.

  • 263 - ETANCHEITE DU BATIMENT : SOPREMA PARIE SUR LA OUATE DE CELLULOSE
    MIGUET L.
    LE MONITEUR N° 5541 / 2010, PP. 16

    Le leader mondial de l’étanchéité SOPREMA ouvre en Gironde une usine de production d’isolants de ouate de cellulose pour réduire sa dépendance vis-à-vis de l’industrie pétrochimique. Grâce à l’approvisionnement en vieux journaux .