Imprimer

Equipe de lecture :

F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
A. Delest
D. Guernier-Larvaron
J.L. Lacharmoise
H. Le Scao
A. Le Flem
C. Legoux-Duvant
F. Levy-Volang
M. Loizeau
C. Luciani
N. Michel
J.J. Philippon
C. Risterucci
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
R. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 102 - APNEES DU SOMMEIL ET TRAVAIL
    LEGER D., HIBON A., PROTEAU J.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 1 / 1992, PP. 27-2

    La prévalence des syndromes d’apnée du sommeil, l’hypersomnolence diurne de ces patients et l’autonégation fréquente des troubles sont en faveur d’un rôle important de cette pathologie comme facteur déclenchant d’accident de travail. Le médecin du travail doit donc être vigilant dans le dépistage de ce syndrome (ronflement et somnolence diurne) notamment pour les postes dits de sécurité.

  • 103 - REPERES POUR NEGOCIER LE TRAVAIL POSTE
    QUEINNEC Y., TEIGER C., DE TERSSAC G.
  • 104 - TROUBLES MUSCULO SQUELETTIQUES ET MEDECIN DU TRAVAIL : UNE ETUDE EN ENTREPRISE POUR CONVAINCRE ?
    HENROTIN J.B., DE LA VAREILLE M.D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 1 / 2003, PP. 27-3

    L’étude réalisée dans une usine fabriquant des appareillages électriques a permis de confirmer l’importance du problème TMS et la prise de conscience réelle du problème. Des mesures de prévention ont été appliquées. Analyse de la démarche.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 105 - PLAISIR ET SOUFFRANCE DANS LE TRAVAIL TOME 1
    CNRS N° 1987 / 1987, PP. 1-14
  • 106 - LA COUVERTURE VACCINALE EN FRANCE EN 2001
    ANTONA D., BUSSIERE E., GUIGNON N., BADEYAN G., LEVY BRUHL D.
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 36 / 2003, PP. 169-

ERGONOMIE

  • 107 - ERGONOMIE, ARCHITECTURE, EQUIPEMENT
    AMPHOUX M.
    ENCYCLOPEDIE MEDICO CHIRURGICALE N° 16800 B10 / 1990
  • 108 - LE TRAITEMENT DE LA MENOPAUSE
    EVEILLARD P.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 3924 / 1993, PP. 35-4

    Un point bref et précis sur les données actuelles du sujet.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 109 - ALCOOLISME, TENEUR MOYENNE EN ALCOOL ET VALEUR ENERGETIQUE DU VIN ET DE LA BIERE, CINETIQUE DE L'ALCOOL, EPIDEMIOLOGIE DE LA CONSOMMATION...
    SCHLIENGER J.L., DERVAUX T.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 2 / 2000, PP. 209-

    … ET DE LA PATHOLOGIE LIEE A LA CONSOMMATION D’ALCOOL EN FRANCE, DEPISTAGE DE LA CONSOMMATION EXCESSIVE D’ALCOOL, ASPECTS MEDICO LEGAUX, STRUCTURES DE PRISE EN CHARGE.

  • 110 - DIAGNOSTIC D'UNE ELEVATION DES GAMMA GT : L'ORIENTATION EST DONNEE PAR LES AUTRES PARAMETRES BIOLOGIQUES
    COLMARD P.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 4203 / 1995, PP. 16

    De très nombreuses causes autres que l’alcoolisme chronique sont possibles. Le contexte clinique et les autres paramètres biologiques orientent le diagnostic.

  • 111 - HABITUDES TABAGIQUES ET PERSONNALITE, ETUDE EN MILIEU DE TRAVAIL
    POUGET R., TOURON C.
    INFORMATIONS MEDICALES SNCF N° 193 / 1997, PP. 3-19

    Cette étude réalisée en 1994 au Service Médical de Montpellier avait deux objectifs : rechercher chez les consommateurs de tabac des traits de personnalité susceptibles de les différencier des fumeurs et anciens fumeurs et préciser le rôle des facteurs environnementaux et des situations professionnelles.

RISQUES CHIMIQUES

  • 112 - LA DEPRESSION CHEZ L'ALCOOLIQUE
    LEJOYEUX M.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 3809 / 1993, PP. 20-2

    La consommation excessive d’alcool s’accompagne très souvent de dépression. Les patients alcooliques, par ailleurs, tentent souvent de rationaliser, voire de justifier leur consommation pathologique d’alcool en suggérant que celle-ci est secondaire à une dépression.

HYGIENE ET SECURITE

  • 113 - ALCOOTESTS ET MEDECINE DU TRAVAIL
    CLAVE M.
    LA REVUE DE L'INFIRMIERE N° 16 / 1987, PP. 22-2

    Regards sous la responsabilité de Madeleine CLAVE. Position de l’Inspection Médicale et position Officielle pouvant servir de référence.

  • 114 - VIVRE ALCOOLIQUE
    MONTLOIN A.
    LA REVUE DE L'INFIRMIERE N° 5 / 1991, PP. 12-1

    De nombreux hommes et femmes ont réussi à se sortir de ce piège qu’est l’alcoolisme. Aujourd’hui, malgré leur maladie, ils revivent. Pour les alcoolique anonymes, il y a une solution. (Alcooliques Anonymes-France, Bureau d’information publique, 21, rue Trousseau, 75011 PARIS, Tél. 48 06 43 68)

PREVENTION - PROTECTION

  • 115 - DOSSIER : L'EVOLUTION DES METIERS DU BATIMENT
    LARANE A.
    PREVENTION BTP N° 57 / 2003, PP. 49-6

    Si les métiers évoluent, la prévention aussi. Placée sous le signe de la mutation des métiers du BTP, l’édition 2003 du salon BATIMAT donnera l’occasion de montrer que l’amélioration de la qualité de la construction va de pair avec l’amélioration de la qualité de vie des hommes qui y travaillent. Ce dossier analyse, pour certains métiers, les différentes évolutions passées et à venir en matière de prévention.

  • 116 - EFFET DE L'INTERDICTION DE FUMER SUR LE TABAGISME DANS DES ENTREPRISES DE LA REGION PARISIENNE
    ALCOUFFE J., FABIN C., BREHIER M., FLEURET C., BOTRAN ALY C., SIMONNET M., DUPERY M., LIDOVE E.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 1997, PP. 455-

    Après enquête, il apparait que l’apport d’une règlementation ne modifie pas significativement à elle seule le comportement tabagique des individus. L’arrêt du tabac est une démarche individuelle à déclenchement plurifactoriel. Rôle du médecin du travail.

  • 117 - QUESTION SUR LE BUVEUR EXCESSIF
    HAUT COMITE D'ETUDE ET D'INFORMATION SUR L'ALCOOLISME / 1982

    Alcool facteur de risque Quels risques ? Le portrait clinique du buveur excessif Le « depistage » biologique du buveur excessif L’utilisation de la biologie et de la clinique Abstinence ou temperance Prévention

  • 118 - REPERCUSSIONS SOMATIQUE DE L'ALCOOLISME
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 55 / 1985, PP. 3321

    Ce numéro étudie, appareil par appareil, les méfaits de l’alcoolisme et leurs caractères réversibles ou non. A lire en totalité.

SECOURISME

  • 119 - ALCOOLISATION DANS UN MILIEU DE TRAVAIL
    SOULE I.

    L’auteur a été confrontée dans sa pratique quotidienne aux répercussions des excès de consommation d’alcool auprès de l’individu lui-même, de sa famille et de son milieu de travail, et arrive à la conclusion que « l’entreprise est un milieu favorisant l’alcoolisation de l’individu ».