Imprimer

Equipe de lecture :


C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
A.C. D’Apolito
A. Delest
H. Le Scao
A. Le Flem
C. Legoux-Duvant
D. Leuxe
F. Levy-Volang
M. Loizeau
N. Michel
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
R. Touboul
M.L. Vibert

DOCUMENTS RECUS A CONSULTER A L'UNITE DOCUMENTATION

  • 337 - ABSENTEISME, USURE, FATIGUE, TURN OVER, MAL ETRE, ET S'IL Y AVAIT DU STRESS DANS VOTRE ENTREPRISE ?
    INRS / 2006, PP. 1-19

    Cette brochure précise les causes et les manifestations du stress au travail, elle en souligne les conséquences sur la santé des individus et pour l’entreprise. Elle détaille enfin les signaux qui doivent alerter, les raisons et les façons d’y remédier.

  • 338 - LES ESPACES CONFINES
    DUCHET M., PETEGNIEF G., GALTIER Y., TERRIER C.
    INRS / 2006, PP. 28

    Un espace confiné se caractérise par un rapport volume/dimension d’ouverture tel que les échanges naturels de l’air intérieur avec l’atmosphère extérieure sont particulièrement réduits et peuvent entraîner des risques d’asphyxie, d’intoxication, d’incendie et d’explosion. Dans ces espaces, les risques peuvent être aggravés par une arrivée accidentelle de gaz. Ces espaces confinés particuliers doivent faire l’objet de mesures et de procédures complémentaires.

  • 339 - MANUEL D'ERGONOMIE PRATIQUE EN 128 POINTS : SOLUTIONS PRATIQUES ET FACILES A METTRE EN OEUVRE POUR AMELIORER LA SECURITE ET LA SANTE AU TRAVAIL ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL
    BIT / 2006, PP. 276

    Cette compilation unique de 128 checkpoints ergonomiques a pour but de contribuer à améliorer la sécurité, la santé et les conditions de travail. Ces checkpoints peuvent être utilisés pour contrôler soit les conditions de travail sur place soit les plans du lieu de travail au stade de la conception. Ils conviennent à un large éventail d’entreprises. Pour résoudre les problèmes ergonomiques, ils identifient des solutions simples, pratiques et peu coûteuses, applicables dans toute une série de situations locales. Les checkpoints, tous illustrés par l’exemple, couvrent les principales questions ergonomiques inhérentes au lieu de travail.

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 340 - LA PROCEDURE D'INAPTITUDE ET SON ENVIRONNEMENT JURISPRUDENTIEL
    FANTONI QUINTON S., CHATFIELD A., BRILLET J.M., JOSEPH D., DERENONCOURT F., FRIMAT P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 555-

    Les contentieux liés aux décisions d’inaptitude sont de plus en plus fréquents. Les conséquences de ces décisions ont fait l’objet de nombreux arrêts de la Chambre sociale de la Cour de cassation. La procédure de la visite de reprise est détaillée, notamment en cas de défaillance de l’employeur. Le point est fait sur l’obligation de reclassement de l’employeur, les droits des salariés en cas de licenciement, de refus de poste de reclassement ou de contestation de l’avis du médecin du travail.

  • 341 - LA PRISE EN COMPTE DES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES DANS LES BASES INFORMATIQUES DES CENTRES MEDICAUX DE L'ACMS
    BOUQUET D., DREUX F., LECLERCQ G.
    PERFORMANCES N° 26 / 2006, PP. 28-3

    Description de l’intégration des risques avec le nouveau décret dans la base de données informatiques du dossier médical au sein d’un service interentreprises.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 342 - APPROCHE DE LA PENIBILITE DES TRAVAUX SUR CORDES ET COMPARAISON AUX RESULTATS DE LA LITTERATURE
    BERGMAN C.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 577-

    La pénibilité des travaux sur cordes a été comparée à celle de différents métiers du Bâtiment. Les résultats mettent en évidence la pénibilité plus importante des travaux sur cordes des Travaux Publics proche des phases les plus pénibles des chantiers de travaux d’amiante alors que la pénibilité des travaux sur cordes du groupe Bâtiment est proche de celle des peintres façadiers, de tireurs d’enrobés et poseurs de menuiserie. En matière d’aptitude, des propositions sont faites : examen clinique avec ECG de repos et test de Ruffier-Dickson aux visites d’embauche et périodiques, épreuve d’effort à partir de 45 ans.

  • 343 - AMIANTE : RETRAIT DE MATERIAUX NON FRIABLES
    FRAISSE A., PAYEN D.
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 19-2

    Les procédures à respecter sont : les mesures administratives préalables, la gestion des déchets, la protection de l’environnement, les vêtements.

ERGONOMIE

  • 344 - VALIDATION EN CHAMBRE CALORIMETRIQUE DE LA MESURE DE LA CHARGE PHYSIQUE DE TRAVAIL PAR LA FREQUENCE CARDIAQUE
    BOUDET G., CHAMOUX A.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 580

    La cardiofréquencemétrie est fréquemment utilisée par les médecins du travail pour apprécier la charge relative de travail. Le calcul du CCR ou coût cardiaque relatif (CCR = FC de travail – FC de repos/FC maximale – FC de repos X 100) permet de reconnaître la pénibilité d’un poste et de repérer les phases de travail pénibles. Le CCR permet de fixer des limites à ne pas dépasser.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 345 - ETUDE DE L'EXPOSITION PROFESSIONNELLE ET ENVIRONNEMENTALE DANS LA SURVENUE DES LYMPHOMES MALINS NON HODGKINIENS EN LIMOUSIN
    DRUET CABANAC M., MOALIC JUGE S., FRITSCH F., DUMONT D., BORDESSOULE D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 523-

    L’incidence des lymphomes malins non hodgkiniens a été multipliée par deux et demi entre 1978 et 2000, faisant suspecter le rôle de facteurs professionnels et environnementaux. L’étude cas-témoin réalisée au CHU de Limoges a mis en évidence une sur-incidence associée à l’habitat à proximité d’une ligne à haute tension, à la consommation d’alcool, chez les travailleurs de la métallurgie, du bois et les travailleurs exposés à l’amiante.

  • 346 - DEPISTAGE DES CANCERS LIES A L'AMIANTE : CIBLER LES PERSONNES EXPOSEES PROFESSIONNELLEMENT
    SCHERPEREEL A., GUENIOT C.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5008 / 2006, PP. 49

    Cinq professions à risque par ordre décroissant : tuyauteurs industriels, chaudronniers et tôliers industriels, plombiers-chauffagistes, soudeurs et mécaniciens d’entretien.

  • 347 - DOS ET TRAVAIL
    GARNIER DAUJARD E.
    PERFORMANCES N° 26 / 2006, PP. 19-2

    Cet article résume une intervention présentée lors de la Journée « Maintien dans l’emploi » en Avril dernier et recense un certain nombre de facteurs intervenant dans l’apparition ou la pérennisation de plaintes pour « mal de dos » ainsi que certaines solutions ergonomiques au sens large pour y remédier.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 348 - ACCIDENTS DU TRAVAIL : GEREZ VOS DECLARATIONS EN LIGNE
    FODOR X.
    LE MONITEUR N° 5337 / 2006, PP. 108-

    Dès 2008, les entreprises pourront adresser leur déclaration d’accident du travail via Internet. Grâce à des logiciels de gestion, elles peuvent déjà analyser leurs accidents en temps réel.

  • 349 - FICHE ACCIDENT N° F2 S 02 06 : EXPLOSION D'UN SILO A POUSSIERES DE BOIS
    MICHEL M.C.
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 33-3

    Jean-Pierre dirige un atelier de menuiserie dans lequel, pour éviter les poussières préjudiciables à la santé de ses salariés, il a fait installer un dispositif d’aspiration des poussières de bois connecté à un silo collecteur. Ce jour-là, Alain accéda à la partie supérieure du silo pour dépoussiérer les filtres. Il frappa les sacs filtrants puis ouvrit la trappe située en partie inférieure du silo pour en vérifier le niveau. C’est à ce moment que l’explosion se produisit. Trois éléments furent mis en conjonction pour que cet accident catastrophique se produise : un nuage de poussières organiques (bois) homogène et de concentration suffisante, une source d’inflammation, un apport brutal de comburant (l’ouverture de la trappe faisant affluer l’oxygène de l’air).

RISQUES CHIMIQUES

  • 350 - CANCER DE LA VESSIE ET EXPOSITION AUX HUILES DE COUPE
    DE CLAVIERE C.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 592-

    Question-réponse. Il existe deux grandes catégories de fluides de coupe : les huiles entières pouvant contenir des HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) et les fluides aqueux dont certains additifs pourraient donner naissance à des nitrosamines. Une recherche bibliographique concernant le lien éventuel entre le cancer de la vessie et l’exposition aux huiles de coupe fait apparaître qu’une méta analyse d’articles parus avant 1997 est en faveur d’un excès reproductible de cancer de la vessie chez des travailleurs exposés aux huiles de coupe. Par ailleurs, plusieurs études cas-témoin, dont deux récentes, confirment un excès de mortalité par cancer de vessie chez les travailleurs exposés aux huiles de coupe.

  • 351 - CARCINOME BASOCELLULAIRE
    GERAUT C.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 593

    Question-réponse. Le lien entre exposition aux huiles minérales et apparition d’un carcinome basocellulaire est très peu probable. En revanche, on a décrit des carcinomes basocellulaires post-traumatiques survenant après un traumatisme unique ou après des microtraumatismes itératifs en particulier chez les soudeurs victimes de projection de particules en fusion avec petites brûlures répétées.

  • 352 - NETTOYAGE : ATTENTION, DANGER : MELANGES INFLAMMABLES !
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2006, PP. 17

    Les exigences de substitution du trichloroéthylène ont orienté les professionnels du dégraissage industriel vers des alternatives à base de produits lessiviels, d’agents biologiques ou d’hydrocarbures A3 (Hydrocarbures de point éclair supérieur à 55 °C et inférieur à 100 °C). Des solutions de composition, prometteuses en termes d’efficacité, ont également vu le jour. Mais la mise en oeuvre de certains mélanges inflammables, qui ne sont pas nécessairement repérés comme tels, n’est pas sans risques.

  • 353 - DOSSIER : AMIANTE : LE POINT APRES 10 ANS DE REGLEMENTATION
    RAVALLEC C., BRASSEUR G.,
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2006, PP. 18-2

    Le dossier amiante ne s’est pas clos avec l’interdiction d’utiliser le matériau en 1997. Les maladies professionnelles liées à l’amiante occupent aujourd’hui la première place en termes de coût. Plusieurs dizaines de millions de bâtiments en contiennent encore. Dix ans après le décret N° 96-98 du 7 Février 1996, qui fixe les règles de protection des travailleurs contre les risques liés à l’inhalation, la question de l’amiante résiduel est omniprésente.

HYGIENE ET SECURITE

  • 354 - MASQUES ET TUBERCULOSE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 267 / 2005, PP. 845-

    Les principes détaillés ici (filtrer l’expiration des patients infectés, protéger l’inspiration de l’entourage) et les moyens à mettre en oeuvre (différents types de masques) concernent la tuberculose mais sont en grande partie transposables à d’autres infections virales ou microbiennes à transmission aérienne.

  • 355 - DOSSIER : INTERIM ET SECURITE : UN PACTE NECESSAIRE
    GAZSI M.
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 35-4

    Alors que les démarches de progrès portent leurs fruits et que les accidents diminuent dans le BTP, les travailleurs intérimaires du secteur ne semblent pas bénéficier de cette embellie, avec deux fois plus de victimes d’accidents du travail que les autres salariés. Pour améliorer leur sécurité, les sociétés de travail temporaire développent des programmes de formation et de sensibilisation à la sécurité. Des initiatives dans lesquelles s’investissent les entreprises du BTP et les acteurs de la prévention.

  • 356 - ETAT DES LIEUX : DES TRAVAILLEURS DAVANTAGE EXPOSES
    GAZSI M.
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 36-3

    Effectifs en hausse et taux d’accidents plus élevés… La sécurité des intérimaires inquiète les acteurs du BTP qui multiplient initiatives et partenariats. Les entreprises ont les mêmes devoirs envers les intérimaires qu’envers leurs propres salariés.

  • 357 - REGLEMENTATION : EMPLOYEUR, INTERIMAIRE ET ENTREPRISE CLIENTE, UNE RELATION TRIANGULAIRE COMPLEXE
    GAZSI M.
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 39-4

    Pour conjuguer travail intérimaire et sécurité au travail, plusieurs textes de lois ont été nécessaires. Seul problème, leur mise en oeuvre s’avère largement insuffisante.

  • 358 - TEMOIGNAGES : UN EFFORT COLLECTIF POUR LA SECURITE DES TRAVAILLEURS INTERIMAIRES
    GAZSI M.
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 41-4

    Qu’il s’agisse de sociétés de travail temporaire, des intérimaires ou des entreprises clientes, chacun a un rôle à jouer dans la prévention des risques.

PREVENTION - PROTECTION

  • 359 - LUNETTES DE SECURITE : AU DELA DES APPARENCES
    PREVENTION BTP N° 82 / 2006, PP. 28-2

    Porter des lunettes, même dans la vie courante, provoque des contraintes. Sur les chantiers, elles restent un EPI difficile à faire accepter. Pourtant elles peuvent éviter les accidents, le plus souvent avec de graves conséquences.

  • 360 - DOSSIER : DES RISQUES PROFESSIONNELS A LA SANTE AU TRAVAIL : LE SYSTEME FRANCAIS EN QUESTIONS
    SEILLAN H.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 84 / 2005, PP. 5-21

    .De la sécurité publique à la santé au travail, .Les politiques publiques en santé au travail, .Le système santé travail vu par les partenaires sociaux, .Le système français vu par le Directeur de l’Agence Européenne de santé et sécurité au travail.

ENVIRONNEMENT

  • 361 - EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES POUR LES POPULATIONS VOISINES DES RAFFINERIES DE PETROLE : MISE AU POINT D'UN GUIDE METHODOLOGIQUE
    VAISSIERE M., GENNART J.P., HADENGUE P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 532-

    Après un rappel de la réglementation en vigueur, les auteurs décrivent le fonctionnement d’une raffinerie de pétrole, avec schéma du processus de raffinage. Un inventaire des émissions atmosphériques (SO2, NOx, COV, particules et poussières) et aqueuses est entrepris. Après évaluation des dangers et des expositions, le risque est caractérisé en distinguant les effets sans seuil des effets à seuils.

  • 362 - ALLERGIES RESPIRATOIRES, POLLENS ET POLLUANTS
    LACROIX G.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 584-

    Face à une émergence des maladies allergiques respiratoires, le rôle de polluants atmosphériques est étudié notamment leur interaction avec les pollens. L’effet des polluants sur les voies aériennes comme les SO2, NO2, particules diesel… est rappelé. Les polluants peuvent également intervenir sur les manifestations allergiques par action directe sur les aéroallergènes et notamment sur les pollens en modifiant la structure, la quantité et la qualité des protéines des pollens. La conséquence est une augmentation du potentiel allergisant des pollens exposés aux polluants.

  • 363 - PEINTURES SANS SOLVANT, DECHETS A GERER... LES PEINTRES S'ATTAQUENT AU RESPECT DE L'ENVIRONNEMENT
    DEVIGE STEWART T.
    LE MONITEUR N° 5337 / 2006, PP. 16-1

    L’application de la réglementation européenne de 2004 va conduire les peintres à utiliser de moins en moins de produits en phase solvant. Malgré des initiatives, beaucoup de chemin reste à faire sur la question des déchets de chantier. Les déchets de peintures et associés (surplus de peintures, pots et emballages souillés, diluants de décapage, chutes de revêtements divers) représentent environ 14 000 tonnes d’emballages métalliques, 6 000 tonnes d’emballages plastiques, 5 500 tonnes de boues solvantées et 6 600 tonnes de boues aqueuses.

BTP

  • 364 - TRAVAUX SOUTERRAINS : TUNNEL DE L'A86 : PARTITIONS COMPLEXES EN SOUS SOL
    BEIDELER J.
    LE MONITEUR N° 5336 / 2006, PP. 76-7

    Après le percement du premier tronçon du tunnel dans l’ouest parisien en Octobre 2003, c’est au tour des « ateliers » de donner à l’ouvrage sa section définitive, trois dalles sont construites pour doter ce monotube de deux niveaux indépendants et étanches.

  • 365 - GUEDELON : IMMERSION DANS LES TECHNIQUES DU XIIIEME SIECLE
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 258 / 2006, PP. 14

    Description de la construction du château de GUEDELON qui utilise les techniques de l’époque (13ème siècle) mais avec les impératifs de sécurité d’aujourd’hui (durée prévue vingt cinq ans !) : l’expérience permet d’appréhender en réalité les contraintes de l’époque.

  • 366 - LES PATHOLOGIES DU BOIS ET LEURS MOYENS DE LUTTE
    ANDURAND R.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 84 / 2005, PP. 28-3

    Le 14 Octobre 2004, le Centre Technique du Bois et de l’Ameublement (CTBA) et les entreprises certifiées CTB-A Plus ont animé une journée d’informations sur « les pathologies du bois et leurs moyens de lutte ».

TECHNOLOGIE

  • 367 - BOIS ET ENVIRONNEMENT : COMMENT ASSURER LA DURABILITE DU MATERIAU
    TOUMIT J.L.
    LE MONITEUR N° 5336 / 2006, PP. 66-7

    Choisir une architecture et une essence adaptées, encadrer les traitements chimiques, traiter par une filière les déchets, assurer la durabilité par des traitements thermiques.

  • 368 - ARCHITECTURE ET TECHNIQUE. ADAPTER LE BETON DE CHANVRE AUX PRATIQUES COURANTES DE CONSTRUCTION
    DUFFAURE GALLAIS I.
    LE MONITEUR N° 5337 / 2006, PP. 81

    Pour développer l’usage du chanvre dans la construction, la voie du bloc à maçonner en chanvre-chaux est explorée par un programme de recherche européen Eureka.

  • 369 - ATELIER BOIS : VERS LE ZERO POUSSIERE
    CHERON C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2006, PP. 40-4

    Matériau noble et vivant, le bois peut également être responsable de maladies professionnelles graves par inhalation des poussières émises : cancers de l’ethmoïde et des sinus, fibroses ou allergies lourdes, comme l’asthme. A la demande de la CRAM Bretagne, l’INRS a conçu un nouveau dispositif de captage auxiliaire réduisant l’émission de poussières, par les toupies travaillant à l’arbre. Six entreprises bretonnes ont testé le prototype et l’ont adopté, sans attendre sa diffusion, au vu de son efficacité et de sa souplesse d’utilisation.

INFORMATIQUE

  • 370 - LES ASPECTS JURIDIQUES ET ETHIQUES DE LA PROTECTION DES DONNEES ISSUES DU DOSSIER MEDICAL INFORMATISE ET UTILISEES EN EPIDEMIOLOGIE : UN POINT DE LA SITUATION
    PICARD S., PELLET J., BRULET J.F., TROMBERT B.
    SANTE PUBLIQUE N° 1 / 2006, PP. 107-

    Avec l’apparition des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans l’exercice quotidien de la médecine, les données médicales deviennent exportables. Certes, elles représentent une source intéressante pour les épidémiologistes qui manquaient jusqu’alors de données de morbidité, mais en quittant le cadre du seul cabinet médical, elles doivent être protégées afin de respecter les principes éthiques fondamentaux à la relation médecin-malade.

TOXICOMANIE

  • 371 - FMC PRATIQUE : LE SEVRAGE TABAGIQUE
    ADLER M.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5002 / 2006, PP. 60-6

    Indications et modalités pratiques de la « stratégie de réduction de la consommation tabagique avec substituts nicotiniques ».

  • 372 - LA LUTTE CONTRE LA CONSOMMATION DE TABAC : BASES SCIENTIFIQUES ET PERSPECTIVES
    HIRSCH A.
    REVUE D'EPIDEMIOLOGIE ET DE SANTE PUBLIQUE N° 6 / 2005, PP. 577-

    L’OMS prévoyait pour 2005, cinq millions de morts directement liés au tabac. En France, le tabac est responsable de 30 % de la mortalité par cancer, 25 % par maladies cardio-vasculaires et 75 % par maladies respiratoires chroniques. Il n’existe pas de « petits fumeurs » puisque ce n’est pas seulement le nombre de cigarettes mais la durée de l’exposition qui importe. Les différentes réglementations contre le tabac ont « permis » de faire baisser la consommation puisqu’on estime que 1,8 million de fumeurs ont arrêté entre 1999 et 2004.

MIGRANTS

  • 373 - VOYAGE EN PAYS TROPICAL : CONSEILS AVANT LE DEPART, PATHOLOGIES DU RETOUR : FIEVRE, DIARRHEE
    CONSIGNY P.H., BUFFET P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 1 / 2006, PP. 59-7

    Conseils avant le départ : ils devront être adaptés au voyageur (âge, grossesse, pathologie sous-jacente), au séjour (conditions de séjour : séjour organisé, « routard »), à sa durée, à la période (saison sèche, humide) et comprendre au moins trois points fondamentaux : la mise à jour des vaccinations, la prévention du paludisme et des maladies vectorielles, les conseils d’hygiène alimentaire et hydrique pour prévenir la diarrhée.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 374 - DEPISTAGE DU CANCER BRONCHIQUE
    MUSHLINE J.L., SULLIVAN D.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 6 / 2005, PP. 594-

    L’article du New England Journal of Medicine pose la problématique du dépistage du cancer bronchique par TDM (Tomodensitométrie) et propose des recommandations pour les patients demandeurs d’un dépistage.

  • 375 - PREVENTION ET TRAITEMENT DU CHOLERA : HYGIENE ET REHYDRATATION
    LA REVUE PRESCRIRE N° 267 / 2005, PP. 842-

    Le traitement repose sur la réhydratation par des solutés hydroélectrolytiques. La prévention repose sur l’hygiène. L’intérêt de la vaccination n’est pas suffisant pour la proposer aux voyageurs, en général très peu exposés.

  • 376 - FMC PRATIQUE : L'HEMOCHROMATOSE
    FISZEN M.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5008 / 2006, PP. 82

    Maladie de surcharge la plus fréquente, concerne une personne sur mille. « Des manifestations cliniques peu spécifiques, mais un diagnostic précoce permet de ne pas laisser s’installer des lésions irréversibles ».

SANTE PUBLIQUE

  • 377 - ENSEIGNEMENT DE L'ETHIQUE ET DES DROITS DE L'HOMME EN EUROPE
    CLAUDOT F., VAN BAAREN BAUDIN A.J., CHASTONAY P.
    SANTE PUBLIQUE N° 1 / 2006, PP. 85-9

    En 1999, l’Association Médicale Mondiale (AMM) recommandait l’introduction de l’enseignement de l’éthique et des Droits de l’Homme dans le cursus de base des facultés de médecine. La présente étude a pour objectif de faire un état des lieux de cet enseignement dans les facultés de médecine de l’Union Européenne. Si l’objectif de l’AMM n’est pas toujours atteint, cette étude montre néanmoins une prise de conscience de l’importance d’un tel enseignement dans les facultés de médecine européennes.