Imprimer

Equipe de lecture :


C. Artola
C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
A.C. D’Apolito
H. Le Scao
C. Legoux-Duvant
D. Leuxe
M. Loizeau
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
R. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 417 - REFORME MEDECINE DU TRAVAIL : COMMENT PLACER LA PREVENTION AU COEUR DE L'ACTIVITE DES SERVICES DE SANTE
    MANGEAS G.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 4-5

    Les partenaires sociaux ont ouvert, le 15 Janvier dernier, le vaste chantier des discussions sur la réforme de la Médecine du Travail. Un « marathon » engagé depuis 2004 et qui devrait se terminer en Juin prochain.

  • 418 - SANTE ET SECURITE DES EXPATRIES : UN ENJEU MAJEUR
    BARRUYER C.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 51-5

    L’envoi de collaborateurs à l’étranger ne s’effectue pas à la légère. Le BTP qui mène nombre de chantiers dans certains pays émergents est en première ligne.

  • 419 - DOSSIER PERSONNELS SOIGNANTS EN MILIEU HOSPITALIER : DES PERFORMANCES SOUS PERFUSION
    RAVALLEC C., BRASSEUR G., BONDEELLE A., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 3 / 2009, PP. 25-3

    Risques professionnels multiples : deux prédominent : la charge mentale et les TMS. Etat des lieux et prévention.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 420 - PENIBILITE : LES SALARIES IMMIGRES PLUS EXPOSES AUX POSTURES FATIGANTES
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5498 / 2009, PP. 90

    Les salariés immigrés sont davantage exposés à des postures « pénibles ou fatigantes à la longue », révèle une étude de la Dares.

  • 421 - DOSSIER PLAQUISTE : UN METIER EN QUETE DE BONNES POSTURES
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 38-4

    Avec un travail en intérieur, à l’abri du froid et des intempéries, le métier de plaquiste pourrait paraître à première vue « privilégié » par rapport à d’autres métiers. Or, il n’est pas sans risques. De la phase de chargement au montage de cloisons ou de faux plafonds, ces interventions peuvent rendre inconfortables les postures des salariés. A cela s’ajoutent la répétitivité des gestes, la co-activité liée à la phase d’avancement du chantier, la poussière et, dans une moindre mesure, les risques chimiques. Pour limiter ces risques, une solide organisation en amont et des outils d’aide à la manutention se révèlent indispensables.

  • 422 - ETAT DES LIEUX : UN METIER PORTEUR POUR UNE ACTIVITE EXIGEANTE
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 40-4

    La plaque de plâtre domine le marché de l’aménagement intérieur. Si le métier a évolué grâce aux performances du matériau, les plaquistes restent exposés à nombre de risques, notamment ceux liés aux manutentions manuelles.

  • 423 - ORGANISATION DU CHANTIER : ANTICIPATION ET MECANISATION, UN GAGE DE SECURITE
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 42-4

    L’organisation du chantier joue un rôle déterminant dans le bon déroulement de l’activité des plaquistes. Manutention des cloisons, découpe et pose sont autant d’étapes à bien appréhender pour limiter les risques.

  • 424 - BONNES PRATIQUES : DES SOLUTIONS AUX MAUVAISES POSTURES
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 43-4

    A force d’opérer dans des positions inconfortables, les plaquistes peuvent être exposés aux lésions périarticulaires. Pourtant des solutions pratiques existent.

  • 425 - RISQUES CHIMIQUES : DES MODES OPERATOIRES ADAPTES AUX MATERIAUX TOXIQUES
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 46-4

    Par contact cutané, par inhalation ou ingestion, les fibres minérales et les poussières constituent un danger pour le plaquiste. Des mesures de vigilance et des matériels adaptés s’imposent.

RISQUES PHYSIQUES

  • 426 - ELECTRICITE : UN GUIDE TRAVAUX POUR DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES SÛRES
    LE MONITEUR N° 5498 / 2009, PP. 12

    Les quatre organisations professionnelles représentatives des installeurs électriciens, viennent de présenter un «guide travaux pour la mise en sécurité électrique des logements existants».

  • 427 - DECONSTRUCTION EN MILIEU RADIOACTIF : DES OUTILS PORTATIFS SOUS HAUTE SURVEILLANCE
    BECHETOILLE L., DORBESSAN R.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 18-1

    La déconstruction de certaines installations du site nucléaire de Marcoule (30) nécessite l’utilisation d’outils portatifs qui génèrent de nombreux accidents : des actions de formation sont réalisées.

  • 428 - RISQUE BOIS : TROP DE SALARIES EXPOSES AUX POUSSIERES
    JOLY H.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 48-5

    Les poussières de bois peuvent provoquer des maladies cutanées et respiratoires, voire des cancers. Beaucoup d’ateliers et de chantiers sont insuffisamment équipés en systèmes d’aspiration. De nombreux travailleurs sont exposés au-delà des valeurs limites.

PREVENTION - PROTECTION

  • 429 - ORGANISATION. VUL ET CAMIONS : LA BONNE GESTION DES DEPLACEMENTS
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 32-3

    Gestion des déplacements des véhicules d’entreprise.

  • 430 - CHAUSSURES DE SECURITE : DES PIEDS MIEUX PROTEGES ET PLUS A L'AISE
    RICHARD A.M.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 34-3

    Environ 6,5 % des accidents du travail déclarés concernent les blessures du pied. En cause les liquides corrosifs, les chutes d’objets, l’humidité, le mauvais état des sols… Autant de facteurs qui plaident pour un renforcement de la sécurité et surtout du confort.

ENVIRONNEMENT

  • 431 - GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT : DES OBJECTIFS CHIFFRES POUR LE BTP
    BEIDELER J.
    LE MONITEUR N° 5498 / 2009, PP. 10-1

    A l’occasion du lancement de la semaine pour le développement durable, deux conventions d’engagement volontaire ont été signées par les acteurs du BTP. La première dessine les contours des futurs chantiers de terrassement et de route. La seconde vise à une meilleure connaissance des données environnementales et sanitaires des produits de construction.

  • 432 - GESTION DES DECHETS ET MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL : L'APPORT DE L'ENVIROVIGILANCE
    HOUETO P.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 105 / 2009, PP. 41-4

    L’auteur développe les exigences de la démarche d’envirovigilance. La politique de gestion des déchets regroupe à la fois la production des déchets et leur traitement. La production correspond au choix des produits à la source, à leur utilisation et à leur valorisation. Le traitement a trait au tri des déchets, à leur collecte, au transport et à la transformation et/ou stockage des déchets.

BTP

  • 433 - MATERIEL. TENDANCES : ENERGIE, CONFORT, MAINTENANCE... TOUJOURS PLUS D'INNOVATIONS
    BAUMANN O.
    LE MONITEUR N° 5499 / 2009, PP. 68-7

    La recherche dans le matériel de chantier se poursuit autour de sept axes : moteurs hybrides, simulations vibratoires et acoustiques, mécatronique, maintenance prédictive, matériaux composites, assemblage et conception fiabiliste.

  • 434 - COMPETENCES : UNE CAMPAGNE D'INFORMATION CONTRE L'ILLETTRISME
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5499 / 2009, PP. 96

    Campagne lancée par le GFC-BTP pour inciter les salariés à recourir à la formation aux savoirs de base. Le français au travail va devenir une compétence à part entière. Encourager ses salariés à maîtriser la langue va être un enjeu concurrentiel fort dans les années à venir.

  • 435 - ENTREPRISES DU BTP : POUR UN DEVELOPPEMENT RESPONSABLE
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5500 / 2009, PP. 50-5

    De nombreuses entreprises du secteur de la construction épousent la voie de la responsabilité sociétale (RSE). Une démarche qui les conduit à prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux liés à leurs activités et à dialoguer avec leurs parties prenantes. La réduction des empreintes sur l’environnement comme les questions de diversité et d’amélioration des conditions de travail sont au coeur des démarches RSE. Des exemples de grands groupes : Spie Batignolles, promoteur de l’amélioration de la santé au travail, Colas s’engage pour une meilleure acceptation de ses sites de production, Lafarge applique des standards identiques partout dans le monde.

  • 436 - DOSSIER BATIMENTS HOSPITALIERS : ANTICIPER LES EVOLUTIONS FUTURES DES LA PROGRAMMATION
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 287 / 2009, PP. 40-5

    En dehors des contraintes architecturales en rapport avec la construction de bâtiments de grande dimension, s’ajoutent des obligations sanitaires comme la prévention des infections nosocomiales qui nécessite une réflexion en amont et l’utilisation de procédés particuliers (ventilation, matériaux, etc).

  • 437 - PARIS, AVENUE DE FRIEDLAND : DECONSTRUCTION EN SITE SENSIBLE
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 15-1

    A Paris, la déconstruction d’un immeuble des années soixante nécessite la mise en oeuvre de procédures particulières.

  • 438 - CHANTIER ARTISAN. COUVERTURE : UNE REMISE EN QUESTION PERMANENTE
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 24-2

    L’entreprise de gros oeuvre et de couverture Beltramelli (Yonne) a investi dans des protections collectives. Le but : optimiser la prévention et ses chantiers.

TECHNOLOGIE

  • 439 - BATIMENT : ETANCHEITE A L'AIR, UNE NOUVELLE PRIORITE ENERGETIQUE
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5500 / 2009, PP. 70-7

    Longtemps négligée par rapport à l’isolation thermique, l’étanchéité à l’air représente désormais un bonne part de la marge de progression possible en matière d’économies d’énergies. La maîtrise de ce paramètre est essentielle pour l’obtention des principaux labels qualité de la construction.

  • 440 - TRAVAIL SOUTERRAIN : UN RADAR POUR LES RESEAUX NON METALLIQUES
    DE RIVIERE A.
    PREVENTION BTP N° 116 / 2009, PP. 22

    Pour compléter la détection des réseaux souterrains et déceler les réseaux non métalliques parfois difficiles à repérer, un fabricant a mis au point un nouveau système de radiodétection. Explications.

EPIDEMIOLOGIE

  • 441 - LES CAS DE TUBERCULOSE MALADIE DECLARES EN FRANCE EN 2007 (NUMERO THEMATIQUE. ACTUALITES DE LA TUBERCULOSE)
    ANTOINE D., CHE D.
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 12-13 / 2009, PP. 106-

    Les données 2007 montrent une légère augmentation des cas déclarés (plus 5 % par rapport à 2006) peut-être liée à une meilleure déclaration. Il y a eu 5 588 cas déclarés en France en 2007, soit 8,9 pour 100 000 habitants. On retrouve toujours les mêmes disparités : taux plus élevé en Guyanne et Île de France, ainsi que chez les personnes sans domicile fixe, ou originaires de l’Afrique subsaharienne, ou plus généralement arrivées récemment en France.

  • 442 - NUMERO THEMATIQUE. INCINERATION DES ORDURES MENAGERES EN FRANCE : EFFETS SUR LA SANTE
    ZMIROU NAVIER D., EMPEREUR BISSONNET P., LEDRANS M., FRERY N., LE MOAL J., DANIAU C., FABRE P., CROUY CHANEL DE P., GORIA S., VOLATIER J.L....
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 7-8 / 2009, PP. 57-7

    Numéro thématique réunissant plusieurs études montrant un excès de certains cancers et un excès de taux de dioxines chez les populations aux alentours de centrales anciennes d’incinération d’ordures ménagères, et des résultats «raisonnablement rassurants» autour des centrales récentes.

TOXICOMANIE

  • 443 - STRATEGIES. ALCOOLODEPENDANCE : APRES LE SEVRAGE, 1ERE PARTIE. ARRET PROLONGE DE L'ALCOOL : MEILLEURE SANTE ET BENEFICES PSYCHOSOCIAUX, 2EME PARTIE. UN SOUTIEN PSYCHOSOCIAL POUR UNE MALADIE CHRONIQUE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 306 / 2009, PP. 270-

    Les patients alcoolodépendants ayant réussi un sevrage, c’est-à-dire à être abstinents durant quelques jours, sont confrontés à la difficulté de contrôler leur consommation d’alcool à long terme.

HANDICAPES

  • 444 - EMPLOI : RECRUTER DES SALARIES HANDICAPES
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5497 / 2009, PP. 96-9

    A partir de 2010, les entreprises qui n’auront amorcé aucune action en faveur de l’emploi des personnes handicapées verront leur contribution financière fortement majorée. Nombre d’employeurs du BTP ont ainsi lancé, ces dernières années, une politique volontariste de recrutement de salariés handicapés. Avec un encart sur l’aide à l’embauche de salariés handicapés.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 445 - PRESENTATION DES MEDICAMENTS GENERIQUES
    STORA D.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 248 / 2009, PP. 1-22

    Médicament ayant la même composition qualitative et quantitative en principe actif, ainsi que la même forme pharmaceutique, et dont la bioéquivalence avec la spécialité de référence est démontrée.

  • 446 - MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE, CRISE COMITIALE CHEZ L'ADULTE
    FAIN O.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 3 / 2009, PP. 423-

    Symptômes très fréquents dont la gravité dépend de l’étiologie et pour lesquels l’interrogatoire reste essentiel au diagnostic.

  • 447 - STRATEGIES. ALGODYSTROPHIE ALIAS SYNDROME DOULOUREUX REGIONAL COMPLEXE DE TYPE 1
    LA REVUE PRESCRIRE N° 306 / 2009, PP. 284-

    Rappel clinique et surtout thérapeutique. Aucun traitement n’a d’efficacité importante et les traitements partiellement efficaces n’ont pas été comparés entre eux.

  • 448 - STRATEGIES. COQUELUCHE : EVOLUTION ET DIAGNOSTIC
    LA REVUE PRESCRIRE N° 306 / 2009, PP. 292-

    « Idées Forces Prescrire », avec rappel des principales données sur la coqueluche.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 449 - ACTU SANTE. VIH SIDA "SECURISER LES PARCOURS PROFESSIONNELS"
    BRASSEUR G., GAYET C., BONDEELLE A.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 3 / 2009, PP. 20-2

    Stratégie pour l’intégration et le maintien dans l’emploi : reconnaissance des compétences, favoriser la prolongation de la vie active, sensibilisation et information des acteurs de l’entreprise.

SANTE PUBLIQUE

  • 450 - SANTE PUBLIQUE : RECRUDESCENCE DE CAS DE TUBERCULOSE
    CHEVILLOTTE J.
    LA REVUE DE L'INFIRMIERE N° 150 / 2009, PP. 14

    En 2007, l’OMS a enregistré 9,27 millions de nouveaux cas dont 55 % en Asie et 31 % en Afrique, et 1,75 millions de décès liés à cette maladie, dont 1 cas sur 4 associé au virus de l’immunodéficience humaine. Diminution des cas de 12 % entre 2003 et 2007 en Union Européenne. En France, augmentation de 5 % par rapport à 2006. En 2007, l’obligation vaccinale par le BCG est remplacée par une recommandation forte chez les enfants à risque de tuberculose. On peut s’attendre à une recrudescence dans les années à venir.

  • 451 - TUBERCULOSE
    DUTRONC H., DAUCHY F.A., DUPON M.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 3 / 2009, PP. 405-

    Le point sur une affection en recrudescence dans les milieux précaires et pas rare chez les salariés du bâtiment, posant d’énormes problèmes de prévention et de suivi.

DIVERS

  • 452 - FORMATION : 3 000 APPRENTIS FORMES A LA CONDUITE ACCOMPAGNEE
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5500 / 2009, PP. 111

    Un accident du travail mortel sur deux est un accident de la circulation dans le secteur BTP. Une convention de partenariat a été signée entre l’Etat, la Cnam et la Capeb. C’est le chef d’entreprise ou un salarié qui deviendra tuteur pour la partie pratique en parallèle de cours théoriques.