Imprimer

Equipe de lecture :

F. Bladier
A. Boscher
A. Delest
H. Le Scao
M. Loizeau
A. Mantelet
V. Olin
J.J. Philippon
S. Rocquelin
S. Salles Riemann
M. Seifollahi
M. Thibault
R. Touboul

DOCUMENTS RECUS A CONSULTER A L'UNITE DOCUMENTATION

  • 517 - COEUR ET TRAVAIL OU COMMENT CONCILIER MALADIE CARDIAQUE ET ACTIVITE PROFESSIONNELLE
    CHAMOUX A., HOUPPE J.-P.,ILLIOU M.-C., LOCHER F., PAVY B., PIERRE B.
    FEDERATION FRANCAISE DE CARDIOLOGIE / 2014

    La vie ne s’arrête pas après un accident cardiaque et il est même démontré que le retour à la vie professionnelle et le maintien dans l’emploi sont doublement bénéfiques, économiquement bien sûr mais également en termes de qualité de vie. Cette seconde édition a été revue et augmentée pour couvrir l’ensemble des situations rencontrées, enrichies de nombreux cas cliniques comprenant aussi bien les urgences que la prévention ou le suivi des patients. L’objectif de cet ouvrage est d’améliorer les chiffres du retour à l’emploi et de rétablir les bases sûres de l’employabilité des personnes.

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 518 - DOSSIER CANCER ET TRAVAIL. DES INITIATIVES A COORDONNER
    MIGNOT S.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 345 / 2014, PP. 16-2

    De plus en plus, les patients victimes du cancer sont en rémission et rejoignent le monde du travail. Mais le transfert est parfois brutal pour des personnes qui se sentent profondément transformées et pas toujours bien accompagnées. Panorama des difficultés rencontrées et des réponses esquissées.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 519 - TRAVAIL A LA CHALEUR
    MALCHAIRE J.
    ENCYCLOPEDIE MEDICO CHIRURGICALE PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE ET DE L'ENVIRONNEMENT N° 2 / 2014, PP. 1-9

    Après avoir revu les principes de base du travail à la chaleur, l’article propose une stratégie générale de gestion des ambiances thermiques de travail, organisant la collaboration des salariés, de l’encadrement technique et des « préventeurs » en vue d’une prévention rapide, efficace et peu onéreuse pour les entreprises.

  • 520 - SANTE AU TRAVAIL. BURN OUT, COMMENT Y ECHAPPER
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5769 / 2014, PP. 10-1

    Le syndrome d’épuisement professionnel touche de plus en plus de chefs d’entreprise et de cadres du BTP. Des pistes pour se prémunir contre le burn-out et protéger les salariés. Conditions du travail excessives et travail compulsif, il faut se ménager des soupapes dans le cadre de la vie privée, admettre de ne pas pouvoir tout gérer, la FFB Nord-Pas–de–Calais a développé un dispositif de « Casques bleus » pour venir au secours des patrons du BTP en détresse.

  • 521 - PRESENTATION DU COMPTE PERSONNEL DE PREVENTION DE LA PENIBILITE. DOSSIER DE PRESSE JUIN 2014
    MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE / 2014, PP. 1-23

    Mesure phare de la loi du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraite, le compte personnel de prévention privilégie la prévention sur la réparation. Il concerne les salariés employés sur des contrats de droits privés, quelle que soit la nature de ce contrat : CDI, CDD, intérim, emplois saisonniers et contrats aidés. Les personnes qui cumulent plusieurs CDD en bénéficieront également dans des conditions adaptées. Le compte personnel de prévention de la pénibilité, qui constitue une avancée sociale fondamentale, se mettra en place au 1er janvier 2015. Il ouvre des droits nouveaux aux salariés, tout en renforçant la protection de leur santé au travail.

  • 522 - REGLEMENTATION : LES OBLIGATIONS PENIBILITE MECONNUES
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 6

    Une enquête indique que 47% des entreprises ne sont pas au fait de la nouvelle obligation de mettre en place un « compte pénibilité » pour les salariés exposés.

  • 523 - GESTION DU RISQUE. LA RELATION A L'AUTRE : AU RISQUE DE LA CONFIANCE
    RODEL P.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 134 / 2014, PP. 44-4

    La confiance est la condition de la qualité des liens sociaux, des organisations et des démarches collectives. Les questions de la relation à l’autre et de la vérité sont abordées, ainsi que du pari et du risque d’accorder sa confiance.

  • 524 - ORGANISATION DU TRAVAIL EN HORAIRES DECALES ET/OU DE NUIT : OUTIL D'ANALYSE DES PLANNINGS HORAIRES
    GUIDEZ B., BELLEC J.M., DESERT F., MONCLUS C., PUYGRENIER-AUROY B.
    REFERENCES EN SANTE AU TRAVAIL N° 138 / 2014, PP. 69-7

    Dans le cadre d’un projet d’entreprise, un établissement industriel du secteur aéronautique a souhaité revoir l’ensemble des plannings horaires en usage dans ses entités. Les médecins du travail ont saisi l’opportunité de ce changement pour proposer à la direction et aux partenaires sociaux l’intégration de critères médicaux dès l’élaboration des nouveaux plannings horaires. Ils ont proposé une démarche construite en plusieurs étapes et élaboré un outil simple, permettant de déterminer un score de conformité aux recommandations médicales. Cet outil s’avère facile d’utilisation, permettant de donner un avis médical et technique, argumenté, comparatif, homogène visant la protection de la santé des salariés et a été très bien accepté par la direction et les instances représentatives du personnel (CHSCT, CE).

  • 525 - QUESTION-REPONSE. TRAVAIL EN PERIODE DE FORTE CHALEUR. QUELLES ACTIONS DE PREVENTION DES RISQUES METTRE EN OEUVRE ?
    REFERENCES EN SANTE AU TRAVAIL N° 138 / 2014, PP. 127-

    Rappel sur les principales action de prévention à mettre en oeuvre.

  • 526 - TRAVAILLEURS EN ESPACES CONFINES. UN AVIS D'APTITUDE SPECIFIQUE EST-IL NECESSAIRE ? UNE ATTESTATION DE SUIVI INFIRMIER PEUT-ELLE SUFFIRE ?
    BASILE S., FALCY M.
    REFERENCES EN SANTE AU TRAVAIL N° 138 / 2014, PP. 131-

    Réponse de l’INRS à une question posée par un médecin du travail. Un employeur peut-il solliciter le médecin du travail pour remplir une fiche d’aptitude en lui demandant d’indiquer spécifiquement l’aptitude d’un travailleur en espaces confinés, avec le port de tel ou tel équipement de protection individuelle ? Une attestation de suivi infirmier peut-elle se substituer à cette demande ?

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 527 - DOSSIER. PREVENIR LES ALLERGIES PROFESSIONNELLES : DES SOLUTIONS EXISTENT
    HEDELIN G.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 233 / 2013, PP. 18-3

    Données épidémiologiques, mécanismes des allergies professionnelles, tests, mesures des allergènes fongiques, évaluation.

  • 528 - QUAND EVOQUER UN ASTHME PROFESSIONNEL ?
    L'HUILLIER J.-P.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 5 / 2014, PP. 368-

    L’asthme lié au travail requiert la compétence du médecin traitant, du médecin du travail, du pneumologue et de l’allergologue en ce qui concerne le diagnostic mais aussi la prévention et la prise en charge thérapeutique. Farines et ammoniums quaternaires sont les principales causes d’asthme professionnel en France.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 529 - CIRCULAIRE CIR-12/2014 SUR LES RECOMMANDATIONS SUR LES DOCUMENTS NECESSAIRES POUR L'EVALUATION DU LIEN DE CAUSALITE ENTRE UNE AFFECTION PSYCHIQUE ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL PAR LES COMITES REGIONAUX DE RECONNAISSANCE DES MALADIES PROFESSIONNELLES
    CNAM / 2014, PP. 1-2

    Cette circulaire diffuse les recommandations sur les documents nécessaires pour l’évaluation du lien de causalité entre une affection psychique et les conditions de travail par les comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles. Ces recommandations ont été élaborées par un groupe de travail du Comité d’orientation sur les conditions de travail (COCT).

  • 530 - MALAISE SUR LE LIEU DE TRAVAIL
    LOUBRY N.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 6 / 2014, PP. 488

    En cas d’événement médical (malaise, par exemple) survenu sur le lieu de travail et de toute évidence sans lien avec le travail, l’employeur est-il tenu d’engager une déclaration d’accident du travail auprès de la CPAM concernée (en émettant des réserves ou en le contestant d’emblée en parallèle) sans l’accord ou la demande du salarié ? Cette pratique semble être de plus en plus courante en entreprise, et certains services d’urgence des hôpitaux exigent de leur côté un triptyque accident du travail dès lors que l’événement médical s’est produit sur le lieu de travail. Quelles sont les bases juridiques de ces pratiques, tant en ce qui concerne les employeurs que les services d’urgence ?

RISQUES PHYSIQUES

  • 531 - CAHIER PRATIQUE. CHUTES DE HAUTEUR. EVITER LES ERREURS. 40 QUESTIONS
    LE MONITEUR N° 5765 / 2014, PP. 1-34

    Les chutes de hauteur représentent un risque majeur dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Un accident sur trois de ce type est mortel. En 40 questions, des situations de terrain sont analysées et des exemples de solutions pour diminuer ce risque sont proposés.

  • 532 - DOSSIER. CHUTES DE HAUTEUR, UN RISQUE TENACE
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 174 / 2014, PP. 14-1

    Malgré la mobilisation de la branche et des fabricants, les chutes de hauteur restent l’une des principales causes d’accidents mortels dans le BTP. Économiques, organisationnels, techniques ou humains, quel sont les leviers pour réduire les accidents?

  • 533 - EFFICACITE DES PROTECTEURS AUDITIFS : LES PRINCIPALES METHODES D'EVALUATION DISPONIBLES PERSONNELLE ET IN SITU ET LEUR PRECISION
    CHATILLON J., KUSY A., TROMPETTE N.
    REFERENCES EN SANTE AU TRAVAIL N° 138 / 2014, PP. 103-

    Les protecteurs individuels contre le bruit (PICB) peuvent être utilisés en complément des moyens de prévention collective contre les nuisances sonores. L’atténuation des bruits apportée par ces équipements est mesurée en laboratoire suivant certaines normes. Des méthodes commerciales existent afin d’évaluer l’atténuation fournie par les PICB sur le lieu de travail. L’INRS a étudié la précision de 4 systèmes commerciaux par rapport aux méthodes de référence normalisées. Les résultats montrent que le niveau de protection peut être estimé, pour une personne donnée et un PICB donné, par certains de ces systèmes commerciaux avec, toutefois, quelques incertitudes.

RISQUES CHIMIQUES

  • 534 - SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DES EXPOSITIONS A DES PRODUITS CHIMIQUES, ENVIRONNEMENTALE ET PROFESSIONNELLE
    PILIERE F.
    ENCYCLOPEDIE MEDICO CHIRURGICALE PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE ET DE L'ENVIRONNEMENT N° 2 / 2014, PP. 1-7

    Quelques aspects de la biosurveillance sont développés dans cet article comme les valeurs biologiques de référence en population générale et professionnellement exposée, les outils d’aide à la mise en place d’une surveillance biologique des expositions ainsi que la place de celle-ci dans le cadre de la traçabilité des expositions.

  • 535 - LES SOLVANTS RESTENT NEFASTES MEME QUAND ON N'Y EST PLUS EXPOSE
    THEODULE M.-L.
    LA RECHERCHE N° 489 / 2014, PP. 14

    Les travailleurs fortement exposés aux solvants peuvent avoir des difficultés cognitives qui persistent après la retraite, selon une étude menés chez 20150 retraités de la compagnie EDF-GDF. Et les effets des solvants ne s’atténuent pas avec le temps pour une exposition élevée.

  • 536 - AMIANTE : UNE LENTE REDUCTION DE L'EXPOSITION DES TRAVAILLEURS
    LA REVUE PRESCRIRE N° 368 / 2014, PP. 464

    La valeur limite d’exposition des travailleurs sera abaissée à partir du 1er juillet 2015, de 100 à 10 fibres d’amiante par litre sur 8 heures de travail au 1er juillet 2015. La mesure de l’empoussièrement doit désormais être effectuée par microscopie électronique prenant en compte des fibres plus fines qu’en microscopie optique. La nouvelle limite d’exposition professionnelle ne prend en compte que les fibres d’amiante de longeur supérieure à 5 microns; le potentiel cancérogène des fibres courtes demeure débattu.

  • 537 - DIAGNOSTIC. AMIANTE : LE REPERAGE AU COEUR DES PREOCCUPATIONS
    NICOLAS J.
    LE MONITEUR N° 5766 / 2014, PP. 34-3

    Repérer des fibres d’amiante invisibles à l’œil nu et intégrées dans toutes sortes de matériaux de construction reste une étape essentielle avant des travaux. Très souvent critiquée, elle est pourtant capitale pour l’avenir des projets de rénovation.

  • 538 - FEUILLET. LAINES MINERALES D'ISOLATION
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 1-2

    Feuillet d’information sur les laines minérales reprenant, notamment, les effets sur la santé, les risques, etc.

  • 539 - ET VOUS SANTE. DECAPANTS : TOUT CHANGE!
    BARRUYER C.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 46-4

    L’interdiction du dichlorométhane a une concentration supérieure ou égale à 0,1% dans les décapants pour peinture a suscité, depuis 2012, l’apparition de nombreux produits de substitution. Non dénués de risques, ils nécessitent d’importants changements dans les habitudes de travail des entreprises. Retours sur une étude menée par l’APST-BTP-RP, la CRAMIF, la Direccte et l’OPPBTP.

  • 540 - VEILLE BIBLIOGRAPHIQUE SUR LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DE L'EXPOSITION AUX PRODUITS CHIMIQUES AU POSTE DE TRAVAIL. L'EXPERIENCE D'UN RESEAU FRANCHOPHONE MULTIDISCIPLINAIRE
    PASSERON J., TRUCHON G., PILIERE F., HOET P., BERODE M., BIJAOUI A., SAGER A., DeTORRENTE A., GAGONON M., VADNAIS G.
    REFERENCES EN SANTE AU TRAVAIL N° 138 / 2014, PP. 47-6

    Depuis 2005, une vielle bibliographique sur la surveillance biologique de l’exposition aux produits chimiques en milieu de travail (SBEPC MT) a été mise en place par un réseau francophone multidisciplinaire : INRS (France), IRSST (Québec) et UCL (Belgique). Cet article dresse le bilan de l’information récoltée durant quatre ans, de 2009 à 2012. Plusieurs thèmes d’intérêt ou d’actualité font l’objet d’une analyse plus approfondie : notamment les pesticides, les hydrocarbures aromatiques, le benzène, le manganèse, la variabilité biologique, les dosages cutanés et frottis de surface, les dosages dans l’air expiré ou encore la spectrométrie de masse.

  • 541 - QUESTIONS-REPONSES. MESURES D'AMIANTE
    TRAVAIL ET SECURITE N° 751 / 2014, PP. 43

    Réponse d’expert de l’INRS à la question : « Je dois effectuer des travaux susceptibles d’exposer mes salariés à l’amiante en sous-sections 3 ou 4. A quels organismes puis-je faire appel pour les mesures ?

RISQUES BIOLOGIQUES

  • 542 - HOPITAL : UNE PRODUCTION D'EAU CHAUDE EFFICACE CONTRE LES LEGIONELLES
    BELGNAOUI
    LE MONITEUR N° 5769 / 2014, PP. 38-3

    Le nouveau centre hospitalier régional d’Orléans est équipé d’un système de production d’eau chaude sanitaire qui évite le développement des légionelles, tout en limitant les dépenses énergétiques. Boucle primaire haute température; échangeurs peu sensibles au tartre, mesure de la température à l’entrée et à la sortie de chaque boucle, et autres mesures techniques rendent le risque de développement des légionelles quasiment nul.

  • 543 - MALADIE CHARBONNEUSE ET CHANTIER DE TERRASSEMENT. QUELLES MESURES METTRE EN PLACE POUR PREVENIR UNE CONTAMINATION EVENTUELLE PAR BACILLUS ANTHRACIS ?
    CARON V.
    REFERENCES EN SANTE AU TRAVAIL N° 138 / 2014, PP. 129-

    Lors d’un chantier de terrassement proche d’un centre d’équarrissage, il a été découvert une fosse contenant des ossements animaux. Rappel sur les mesures à mettre en place pour prévenir une contamination éventuelle par Bacillus anthracis.

HYGIENE ET SECURITE

  • 544 - LES CHSCT AU MILIEU DU GUE : 33 PROPOSITIONS EN FAVEUR D'UNE INSTANCE DE REPRESENTATION DU PERSONNEL DEDIEE A LA PROTECTION DE LA SANTE AU TRAVAIL
    ACTUALITE JURIDIQUE INRS N° 3 / 2014, PP. 20

    Le rapport « Verkindt » souligne l’importance d’une instance de dialogue sur les sujets touchant à l’hygiène, la santé et sécurité et les conditions de travail et entend alimenter les débats futurs, avec 33 proposition qui visent, notamment, à faire évoluer la mise en place et le fonctionnement des CHSCT.

PREVENTION - PROTECTION

  • 545 - NORMES EN ERGONOMIE ET LEUR APPORT A LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS
    CHOLAT J.-F.
    ENCYCLOPEDIE MEDICO CHIRURGICALE PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE ET DE L'ENVIRONNEMENT N° 2 / 2014, PP. 1-9

    En ergonomie, plus de 120 normes internationales européennes et françaises ont été publiées à ce jour. Ces normes représentent un référentiel très crédible en entreprise tant dans le domaine de la conception ou de l’aménagement de situations et d’outils de travail que celui de l’amélioration des conditions de travail, et contribuent à la prévention des risques professionnels.

  • 546 - APTITUDE AU PORT D'UN APPAREIL RESPIRATOIRE ISOLANT
    HACHE P.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 5 / 2014, PP. 396-

    Quels critères évaluer au cours de l’exercice en vue de déterminer une aptitude au port de l’appareil respiratoire isolant avec bouteille d’air comprimé, sans ou avec un scaphandre ?

  • 547 - CLEMESSY ORGANISE UN CONCOURS SECURITE AUPRES DE SES SALARIES
    LE MONITEUR N° 5767 / 2014, PP. 22

    Organisation d’un concours « Sécur’idée », primes à la clé pour faire remonter l’information du terrain; 3 idées ont été retenues : la mise à disposition sur les chantiers d’affûteurs de forets; de sacs à dos porte-outils et l’inscription d’un marqueur visuel de couleur sur les outils pour connaître la date de leur dernier contrôle technique. Autre conséquence : les collaborateurs osent davantage prendre la parole lors des causeries sécurité.

  • 548 - RISQUE ROUTIER : REDUIRE LES COLLISIONS ENGINS-PIETONS
    TOPUZ B.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 4-5

    Chaque année, des salariés sont victimes de collisions avec des engins de chantier. Des mesures techniques permettent pourtant de réduire ce type d’accident, mais l’aspect humain prédomine. D’où la nécessité d’une organisation précise et d’une sensibilisation régulière.

  • 549 - DOSSIER. COORDINATION SPS : RENFORCER LE LIEN AVEC LA MAITRISE D'OUVRAGE
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 14-1

    La fonction de coordinateur SPS a 18 ans. La profession a mis de nombreuses années à être reconnue et à s’imposer. Le mouvement est en marche mais l’implication de la maitrise d’ouvrage fait partie des écueils qui subsistent : comment relever le défi de l’association?

  • 550 - LE GRAND TEMOIN ET VOUS. PATRICK DUPIN, COFONDATEUR DE LA SOCIETE DE CONSEIL DELTA-PARTENAIRES : "LE LEAN CONSTRUCTION CREE UN CERCLE VERTUEUX D'AMELIORATION CONTIUNUE"
    VALRANGES D.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 38-3

    La démarche du Lean Construction commence à se développer en France. Elle permet d’accroître la performance des chantiers. De plus, la prévention occupe une place importante dans ce système. Patrick DUPIN forme les entreprises à ce nouveau paradigme et les accompagne dans leur optimisation.

  • 551 - QUELLE DEMARCHE DE PREVENTION DES RISQUES POUR L'ARTISANAT ? L'EXEMPLE DE LA MENUISERIE ANGIBAUD
    PREVENTIQUE SECURITE N° 134 / 2014, PP. 74-7

    Aspiration et transformation des poussières et copeaux de bois.

  • 552 - SECURISER LE TRAVAIL EN ESPACES CONFINES
    A.B.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 751 / 2014, PP. 22-2

    Le travail en espaces confinés présente des risques multiples, dont la prévention justifiait la mise en oeuvre d’un dispositif de formation spécifique. Le certificat d’aptitude à travailler en espaces confinés Catec), issu de travaux démarrés en 2008, a pour objectif de répondre aux besoins exprimés dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement.

  • 553 - IDENTIFICATION DES RISQUES PROFESSIONNELS ET MESURES DE PREVENTION ASSOCIEES
    BASILE S.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 751 / 2014, PP. 44-4

    Quelles articulations entre le document unique, le plan de prévention, le protocole de sécurité, le plan général de coordination et le plan particulier de sécurité et de protection de la santé, les documents « socles » servant à l’identification des risques professionnels et mesures de prévention associées ?

ENVIRONNEMENT

  • 554 - TRANSITION ECOLOGIQUE : LE BTP S'OUVRE A L'ECONOMIE CIRCULAIRE
    LE MONITEUR N° 5767 / 2014, PP. 12-1

    Réutilisation, écologie industrielle, économie de la fonctionnalité et, bien sûr, recyclage : l’économie circulaire, priorité du gouvernement est en passe de modifier la façon d’envisager la construction.

BTP

  • 555 - DESAMIANTAGE : LES HLM PLIENT SOUS LA CONTRAINTES
    FRANCQUEVILLE L., LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5766 / 2014, PP. 22-2

    Le renforcement de la réglementation en matière de repérage et de traitement de l’amiante impacte fortement les stratégies patrimoniales des organismes HLM. Pour être en capacité de l’appliquer concrètement, trois spécialistes appellent à faire preuve de pragmatisme et d’intelligence collective.

  • 556 - ACHAT D'UN LOGEMENT : OU VA VOTRE ARGENT
    VERAN C.
    LE MONITEUR N° 5769 / 2014, PP. 31

    A La Manne, un espace culturel parisien ouvert en octobre 2013, l’atelier MAE présente une exposition, petite mais foisonnante, sur le prix du logement en France, esquisse des solutions pour acheter plus grand et moins cher en s’appuyant sur les pratiques d’autres pays. Le prix d’achat d’un logement peut représenter plus de deux fois et demie le prix de sa construction, et le foncier n’est pas seul en cause pour expliquer ces écarts.

TECHNOLOGIE

  • 557 - CAHIER PRATIQUE. DESAMIANTAGE, POUR UNE OPTIMISATION TECHNICO-ECONOMIQUE DES CHANTIERS
    LE MONITEUR N° 5767 / 2014, PP. 2-34

    Après la phase de diagnostic traité dans un précédent, ce cahier aborde le repérage de l’amiante. La responsabilité des maîtres d’ouvrage concernant leurs choix en matière de repérages est rappelée ainsi que la pertinence des l’analyse des risques et l’importance de la préparation des chantiers.

  • 558 - TECNHIQUE S'ORGANISER. EXECUTION DES RESEAUX ENTERRES
    FERON L., GOULVESTRE P., MOUTEL P.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 28-2

    Présentation d’un chantier type d’exécution des réseaux enterrés et tour d’horizon des bonnes pratiques de prévention/protection à suivre.

LEVAGE, MANUTENTION, ENGINS, OUTILS

  • 559 - TECHNIQUE EQUIPEMENT. PLATES-FORMES DE TRAVAIL EN ENCORBELLEMENT : UNE INSTALLATION SIMPLIFIEE ET SURE
    GARROUSTE P.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 30-3

    Présentation de différents modèles de plates-formes de travail en encorbellement et bonnes pratiques d’utilisation.

  • 560 - TECHNIQUE LES EXPERTS VOUS PARLENT. ENGINS DE CHANTIER : LES REPARATIONS PNEUMATIQUES
    GRUN C., FOREAU A.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 32-3

    Bien que les pneus des engins de chantiers soient conçus pour un environnement difficile, les interventions sur les pneumatiques restent fréquentes. Descriptif d’une opération à manier avec la plus grande précaution.

  • 561 - TECHNIQUE POINTS CLES. LES NACELLES ELEVATRICES A MAT VERTICAL
    GARROUSTE P.
    PREVENTION BTP N° 175 / 2014, PP. 37

    Points clés sur les nacelles élévatrices à mât vertical.

EPIDEMIOLOGIE

  • 562 - LES CAS DE TUBERCULOSE DECLARES EN FRANCE EN 2012
    ANTOINE D., BELGHITI F., GUTHMANN J.-P., CAMPESE C., LEVY-BRUHL D., CHE D.
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 20 / 2014, PP. 352-

    Les données présentées dans cet article concernent les cas de tuberculose maladie déclarés en France au cours de l’année 2012. Le nombre de cas de tuberculose maladie déclarés était de 4 975 en 2012 en France, soit 7,6 cas pour 100 000 habitants. Le nombre de cas est resté stable comparé à 2011 (4 991 cas, soit -0,3%). Les données épidémiologiques montrent que, malgré une incidence nationale faible et en baisse depuis plusieurs décennies, la tuberculose n’est pas encore maîtrisée partout en France. Comme les années précédentes, les taux de déclaration de la maladie restent plus élevés en Île-de-France, en Guyane et à Mayotte et dans certains groupes de population, particulièrement les personnes nées à l’étranger arrivées récemment en France.

  • 563 - EMERGENCE DU CHINKUNGUYA DANS LES DEPARTEMENTS FRANCAIS D'AMERIQUE : ORGANISATION ET RESULTATS DE LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE, AVRIL 2014
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 21622 / 2014, PP. 368-

    Bien que les Amériques aient été, jusqu’en novembre 2013, indemnes de chikungunya, le risque d’émergence de cette arbovirose était considéré comme grandissant dans les départements et collectivités français d’Amérique (DFA), en raison de la présence d’un vecteur compétent et des échanges internationaux croissants avec des zones d’endémicité. Fin avril 2014, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, la Martinique et la Guadeloupe étaient ou ont été en phase d’épidémie tandis que la Guyane demeurait en phase de circulation virale modérée, limitée à l’émergence successive de foyers. Grâce à l’expérience acquise à La Réunion et lors des épidémies de dengue aux Antilles et en Guyane, les DFA mettent actuellement en œuvre une démarche intégrée, qui fédère les acteurs de la surveillance et de la réponse face à cette émergence brutale du chikungunya.

PARASITOLOGIE

  • 564 - PROPHYLAXIE DU PALUDISME : DES STRATEGIES QUI EVOLUENT
    BOUCHAUD O.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2014, PP. 748-

    Rappel des stratégies préventives selon la destination et la durée de séjour. Pour info : cas clinique évoquant une hypokaliémie majeure (donc symptomatique et à risque vital) par surconsommation de boisson à bas de cola! Savoir y penser parfois.

PATHOLOGIE GENERALE

  • 565 - DOSSIER. MALADIES THYROIDIENNES AUTO-IMMUNES
    ORGIAZZI J., GOICHOT B., BRIET C., ILLUOZ F., RODIEN P., CARDOT-BAUTERS C., WEMEAU J.-L., CARON P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 6 / 2014, PP. 821-

    Les atteintes auto-immunes de la thyroide touchent 5 à 10% de la population et si elles restent relativement bénignes, elles représentent un coût économique important du fait des traitements. L’article fait le point sur les différentes pathologies et le diagnostic.

  • 566 - MALADIE THROMBOEMBOLIQUE VEINEUSE. GERER L'URGENCE ET ORGANISER LE SUIVI AU-DELA DE L'EPISODE AIGU
    BURA-RIVIERE A., ZUILY S., WAHL D., PERNOD G., MEYER G., DELLUC A., TROMEUR C., LACUT K., LE GAL G., MOTTIER D., AMBID-LACOMBE C., SICRE-GATIMEL V.,...
    LE CONCOURS MEDICAL N° 6 / 2014, PP. 445-

    Dossier très complet sur la prise en charge immédiate de cette affection très fréquente et responsable de nombreux décès par embolie pulmonaire. Ce dossier présente non seulement les différents progrès dans le dépistage et le traitement des thromboses veineuses, mais aussi la nécessité d’envisager un véritable parcours de soins (mise en place de l’éducation thérapeutique). Données épidémiologiques récentes et recommandations.

  • 567 - VERTIGE POSITIONNEL PAROXYSTIQUE BENIN : LES FORMES TYPIQUES NE REQUIERENT PAS FORCEMENT D'EXPLORATIONS COMPLEMENTAIRES
    KOSSOWSKI M.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 6 / 2014, PP. 481-

    Un patient consulte pour des vertiges répétés aux changements de position. Sur quels critères puis-je affirmer qu’il s’agit d’un vertige positionnel paroxystique bénin ? Faut-il réaliser des examens complémentaires ?

INFIRMIERES

  • 568 - INFIRMIERE DU TRAVAIL - UN ROLE PIVOT DANS L'ACCOMPAGNEMENT DES SALARIES TOUCHES PAR LE CANCER
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 345 / 2014, PP. 22-2

    L’entretien infirmier peut être centré sur ce qui va avoir un impact dans la vie du salarié, comme le temps d’arrêt, les traitements…Mais une des questions cruciales est celle des conditions de reprise du travail. Et ce, d’autant plus que centaines entreprises refusent d’appliquer les dispositifs légaux d’adaptation des horaires et des postes de travail.

TOXICOMANIE

  • 569 - LE MEDECIN PEUT-IL DELIVRER UN CONSEIL SUR LA CIGARETTE ELECTRONIQUE A UN FUMEUR ?
    DAUTZENBERG B.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 5 / 2014, PP. 603-

    Bien que l’on ne dispose d’aucune étude fiable pour la recommander, il est possible de prodiguer quelques conseils concernant son usage et de répondre aux questions des patients.

  • 570 - AIDE A L'ARRET DU TABAC AU SEIN D'UNE ENTREPRISE
    MATRAT M.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 6 / 2014, PP. 478-

    Bien qu’il soit interdit de fumer sur le lieu de travail, le tabagisme concerne de nombreux salariés, et le médecin du travail aura à intervenir dans le dispositif de lutte contre le tabagisme en entreprise et dans l’accompagnement du sevrage. Dans ce contexte, il devrait pouvoir aussi prescrire des substituts nicotiniques.

  • 571 - SEVRAGE TABAGIQUE : DES MOYENS MULTIPLES A ADAPTER A CHAQUE PATIENT
    RODDE D.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 21 / 2014, PP. 17-1

    Si le sevrage tabagique peut être assez aisément réalisé dans un certain nombre de cas, dans d’autres une formation spécifique s’avère nécessaire, voire le recours à des structures spécialisées.

HANDICAPES

  • 572 - COMPRENDRE LE PROCESSUS DE PRODUCTION DE LA SANTE AU TRAVAIL. LA SITUATION DES SALARIES SOURDS ET MALENTEDANTS
    DALLE-NAZEBI S. , SITBON A.
    LA NOUVELLE REVUE DU TRAVAIL N° 4 / 2014, PP. 1-18

    Analyser la dynamique d’interaction entre travail et santé dans le cas de professionnels concernés par une déficience suppose d’envisager qu’elle puisse relever de processus sociaux. À partir d’analyses de parcours et de postes de travail de salariés sourds, devenus sourds et malentendants, nous montrons que l’ignorance sur la surdité peut conduire à des prises de liberté avec la sécurité et le droit, et ainsi à des mises en danger.

  • 573 - L'AVANTAGE MUTUEL. RECHERCHE-ACTION SUR LE RETOUR ET LE MAINTIEN EN ACTIVITE DE SALARIES TOUCHES PAR UNE MALADIE CHRONIQUE
    HUYEZ-LEVRAT G., WASER A.-M.
    LA NOUVELLE REVUE DU TRAVAIL N° 4 / 2014, PP. 1-19

    À partir d’une recherche-action menée dans une entreprise du commerce non alimentaire, les auteurs cherchent à mettre en évidence les types d’arrangements permettant le maintien en activité de salariés fragilisés par une maladie chronique et les facteurs qui les rendent possibles.
    Les maladies chroniques impactent de manière disparate la capacité à faire le travail dans les conditions habituelles. Surtout, ces effets ne sont pas stables dans le temps et leur évolution présente un fort degré d’incertitude.

FEMMES, JEUNES

  • 574 - TRAVAIL DES FEMMES : IMPORTANCE DE LA PREVENTION PAR LE GENRE
    PHAN CHAN THE E.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 134 / 2014, PP. 67-7

    La spécificité des femmes doit être prise en considération dans les démarches de prévention. Malgré la législation et les recommandations normatives asexuées. Présentation de la logique d’une démarche « genrée » (répartition professionnelle, AT/MP…) et exemples de démarches genrées en prévention (port de charge, tabagisme, maladies vasculaires).

TRAVAILLEURS AGES

  • 575 - VIEILLISSEMENT, PENIBILITE ET TRAVAIL
    DELGOULET C., VOLKOFF S.
    ENCYCLOPEDIE MEDICO CHIRURGICALE PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE ET DE L'ENVIRONNEMENT N° 2 / 2014, PP. 1-8

    Dans les pays industrialisés, le vieillissement de la population active, l’allongement de la vie professionnelle et la hausse du taux d’emploi des seniors depuis plusieurs années font des questions de vieillissement au travail et de pénibilité les points centraux des enjeux actuels de santé au travail. Malgré l’importance de ces questions, le terme de pénibilité reste flou, bien souvent cantonnée à ses dimensions les plus aisément mesurables d’exposition aux agents et conditions de travail reconnus comme pathogènes. Dans ce chapitre, nous proposons de distinguer trois facettes de la pénibilité dans leur relation à trois approches du vieillissement au travail.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 576 - ŒIL ROUGE ET DOULOUREUX
    FORTOUL V., DENIS P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 5 / 2014, 707- p 

    Symptôme très fréquent, parfois banalisé, il impose un examen rigoureux afin de distinguer l’urgence vraie qui doit être adressée à l’ophtalmologiste de la pathologie bénigne.

  • 577 - ASTHME DE L'ADULTE : LE CONTROLE OPTIMAL FONDE SUR UNE MEDECINE PERSONNALISEE
    TAILLE C., GARCIA G., GOUITAA M., L'HUILLIER J.-P., PAPON J.-F., RAHERISON-SEMJEN C., PRUDHOMME A., BLANC F.-X., DEVOUASSOUX G., CHANEZ P.,...
    LE CONCOURS MEDICAL N° 5 / 2014, PP. 359-

    Dossier complet sur cette pathologie fréquente, invalidante et potentiellement grave. Rappels sémiologique et physiopathologique. Prise en charge selon la gravité (l’objectif étant de guérir les asthmes légers et de contrôler les asthmes sévères afin qu’il n’y ait plus à terme de décès par asthme).

INFORMATIONS SOCIALES

  • 578 - CAHIER PRATIQUE. PROTECTION SOCIALE DANS LE BTP. 30 QUESTIONS
    LE MONITEUR N° 5766 / 2014, PP. 1-19

    Maladie, accident, invalidité…sont des événements qui fragilisent tout salarié dans le cadre de son parcours professionnel. Depuis la loi de finance de 2014, la part patronale de financement des frais de santé est devenue imposable; et en janvier 2016, la complémentaire santé collective deviendra obligatoire. Ce cahier aborde en 30 questions les fondamentaux et les changements à venir de la protection sociale.

LEGISLATION

  • 579 - FOCUS. CONDITIONS DE MISE EN JEU DE LA RESPONSABILITE PENALE DE LA PERSONNE MORALE
    ACTUALITE JURIDIQUE INRS N° 5 / 2014, 1-6 p 

    Un salarié sous contrat de professionnalisation est blessé alors qu’il travaillait à proximité d’une pelle mécanique utilisée sur un chantier.
    La cour d’appel, infirmant le jugement de première instance, déclare la société employeur coupable de blessures involontaires et de défaut de formation pratique et appropriée à la sécurité des travailleurs.
    Arrêt du 25 mars de la chambre criminelle de la Cour de Cassation (pourvoi n°13-80376).

  • 580 - CIRCULAIRE CNAMTS CIR-9/2014 DU 29 AVRIL RELATIVE A LA SPP AMIANTE – PROCEDURE DE RELECTURE DU SCANNER THORACIQUE
    ACTUALITE JURIDIQUE INRS N° 5 / 2014, PP. 9-10

    L’examen de référence dans la surveillance des personnes exposées à l’amiante est le scanner thoracique. La HAS recommande une double lecture des images par des radiologues formés. La présente circulaire décrit la procédure de relecture et ses modalités de réalisation et de prise en charge par les CPAM.

  • 581 - DETACHEMENT : LA LOI ADOPTEE AVANT L'ETE
    LE MONITEUR N° 5768 / 2014, PP. 19

    Pour lutter contre le dumping social et la concurrence déloyale, cette loi vise à responsabiliser les donneurs d’ordre et sou traitants en cas de recours à un prestataire de services étranger par le dépôt d’une déclaration de détachement à l’inspection du travail.

  • 582 - INSTRUCTION INTERMINISTERIELLE N°DGS/DUS/DGOS/DGCS/DGSCGC/DGT/2014/145 DU 06/05/2014 REALTIVE AU PLAN NATIONAL CANICULE 2014
    MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE, MINISTERE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL, MINISTERE DE L'INTERIEUR
    MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE / 2014, PP. 1-54

    La présente instruction introduit le Plan National Canicule 2014 (PNC 2014). Elle précise les objectifs, les différents niveaux du PNC 2014 et les mesures de gestion qui s’y rapportent ainsi que le rôle des différents partenaires. Le PNC 2014 est accessible sur le site Internet du ministère chargé de la santé, à l’adresse :
    http://www.sante.gouv.fr (accès par dossiers « canicule et chaleurs extrêmes ») et sur le portail
    Internet des ARS à l’adresse : http://www.ars.sante.fr.

  • 583 - DECRET N°2014-754 DU 1ER JUILLET 2014 MODIFIANT L'ARTICLE R.4228-20 DU CODE DU TRAVAIL
    JOURNAL OFFICIEL "LOIS ET DECRETS" N° 152 / 2014, PP. 1098

    Depuis le 1 juillet 2014 l’article qui a pour objet de déterminer les modalités selon lesquelles les employeurs peuvent restreindre la consommation de boissons alcoolisées dans l’entreprise est devenu :
    Article R4228-2 : Modifié par décret n°2014-754 du 1er juillet 2014 – art. 1.
    Aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n’est autorisée sur le lieu de travail.
    Lorsque la consommation de boissons alcoolisées, dans les conditions fixées au premier alinéa, est susceptible de porter atteinte à la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs, l’employeur, en application de l’article L. 4121-1 du code du travail, prévoit dans le règlement intérieur ou, à défaut, par note de service les mesures permettant de protéger la santé et la sécurité des travailleurs et de prévenir tout risque d’accident. Ces mesures, qui peuvent notamment prendre la forme d’une limitation voire d’une interdiction de cette consommation, doivent être proportionnées au but recherché. Dès lors, les clauses dans les règlements intérieurs intérieurs limitant ou interdisant la consommation de toute boisson alcoolisée dans l’entreprise édictées avec un objectif de prévention, sont autorisées, y compris le vin, le cidre, la bière et le poiré lorsqu’elle sont proportionnées au but recherché.
    (CE TEXTE A FAIT L’OBJET D’UNE DIFFUSION GENERALE A l’EQUIPE DE SANTE AU TRAVAIL DE L’APST.)

  • 584 - DECRET N°2014-760 DU 2 JUILLET 2014 MODIFIANT LE DECRET N°2012-533 DU 20 AVRIL 2012 RELATIF AUX SCHEMAS REGIONAUX DE RACCORDEMENT AU RESEAU DES ENERGIES RENOUVELABLES PREVUS PAR L'ARTICLE L.321-7 DU CODE DE L'ENERGIE
    JOURNAL OFFICIEL "LOIS ET DECRETS" N° 153 / 2014, PP. 1105

    Modification des modalités d’établissement des schémas régionaux de raccordement au réseau des énergies renouvelables.

  • 585 - DECRET N°2014-798 DU 11 JUILLET 2014 PORTANT DIVERSES DISPOSITIONS RELATIVES A LA MEDECINE DU TRAVAIL
    JOURNAL OFFICIEL "LOIS ET DECRETS" N° 161 / 2014, 1180 p 

    (CE TEXTE A FAIT L’OBJET D’UNE DIFFUSION GENERALE A L’EQUIPE DE SANTE AU TRAVAIL DE L’APST.)

  • 586 - DECRET N°2014-799 DU 11 JUILLET 2014 PORTANT DIVERSES DISPOSITIONS RELATIVES A L'ORGANISATION DE LA MEDECINE DU TRAVAIL
    JOURNAL OFFICIEL "LOIS ET DECRETS" N° 161 / 2014, PP. 1180

    (CE TEXTE A FAIT L’OBJET D’UNE DIFFUSION GENERALE A L’EQUIPE DE SANTE AU TRAVAIL DE L’APST.)