Imprimer

Equipe de lecture :

F. Bladier
A. Boscher
H. Bulot
H. Le Scao
D. Leuxe
M. Loizeau
A. Mantelet
V. Olin
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
S. Salles Riemann
M. Seifollahi
R. Touboul
D. Vanalderweireld
M.L. Vibert

DOCUMENTS RECUS A CONSULTER A L'UNITE DOCUMENTATION

  • 171 - MEDECINS DU TRAVAIL / MEDECINS GENERALISTES : REGARDS CROISES
    BECK F., DANO C., DEMORTIERE G., DUQUESNE D., DURAND E., FACY F., FLEURY B., GILLET C., MENARD C., MICHAUD P....
    INPES / 2011, PP. 1-18

    Cet ouvrage fait état de deux études distinctes mais complémentaires : l’une porte sur l’implication des médecins du travail dans le champ des pratiques addictives et, plus largement, de la santé publique, l’autre porte sur les opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de santé au travail. Un volet commun aux deux enquêtes interroge les perceptions croisées des médecins généralistes et des médecins du travail sur leurs relations de coopération.

  • 172 - INTERVENTIONS SUR SOLS POLLUES, PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE
    OPPBTP / 2012, PP. 1-13

    La découverte d’une pollution du sous-sol au début d’un chantier de construction ou d’une réhabilitation nécessite de la part du maître d’ouvrage une évaluation des risques, des diagnostics, et une mise en place d’actions de prévention tant dans l’organisation du chantier que vis-à-vis des personnes intervenantes. Les professionnels du BTP et les divers acteurs de la construction trouveront dans cet ouvrage nombre d’informations pratiques pour mener à bien leur évaluation des risques et apporter toutes solutions de prévention indispensables. 17 polluants sont présentés sous forme de fiche dans l’ouvrage et, en bonus sur le site internet,…… pour chaque fiche : les conseils aux employeurs et aux salariés.

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 173 - LIENS ENTRE LA MEDECINE GENERALE ET LA MEDECINE DU TRAVAIL, QUESTIONS PARLEMENTAIRES
    ACTUALITE JURIDIQUE INRS N° 12 / 2011, PP. 23-2

    Un rapport récent du Conseil économique et social régional Nord-Pas-de-Calais est consacré à la santé au travail. Rapport qui envisage le développement de liens entre la médecine générale et la médecine du travail afin de favoriser une meilleure connaissance des pathologies professionnelles et des dispositifs de concertation susceptibles d’être engagés dans cette perspective. Question-réponse JO Assemblée Nationale, Décembre 2011.

  • 174 - LA TRAÇABILITE DES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES : ENJEUX ET RESPONSABILITE
    FANTONI QUINTON S., FRIMAT P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 464-

    La prévention des risques professionnels repose notamment sur la traçabilité des expositions professionnelles. La traçabilité est un enjeu majeur en santé au travail, enjeu en terme de prévention mais aussi de réparation médico-légale. L’arsenal réglementaire contributif pour la traçabilité des expositions existe mais reste souvent négligé et non exploitée (fiche et attestation d’exposition, fiche de poste, dossier en santé au travail…), quelles sont les responsabilités civiles et pénales des employeurs ? Des services de santé au travail ? Des médecins du travail ?

  • 175 - SANTE AU TRAVAIL. NOMMER UN SALARIE REFERENT SUR LA SANTE SECURITE
    LE MONITEUR N° 5628 / 2011, PP. 78

    C’est la mission confiée aux employeurs par la loi du 20 Juillet 2011. Le ou les salariés nommés doivent à leur demande, bénéficier d’une formation en santé au travail.

  • 176 - LES RESPONSABILITES DES ORGANES DIRIGEANTS DES SERVICES INTERENTREPRISES
    PREVENTIQUE SECURITE N° 120 / 2011, PP. 47-4

    Points de la réforme les plus significatifs. Jusqu’ici, les services n’étaient qu’une enveloppe juridique dont la mission essentielle était de permettre la mise à disposition des médecins du travail dans les entreprises adhérentes. Ils avaient donc à gérer des moyens partagés. Désormais, ils sont directement investis par la loi de la « mission exclusive d’éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ». Bien que la loi réserve la présidence à un représentant des employeurs, les employeurs et les syndicats de salariés sont représentés paritairement au conseil d’administration. La fonction de trésorier est cependant confiée à un représentant des syndicats. Les services doivent établir leurs priorités à partir de la proposition de la commission médico-technique. Les médecins du travail animent et coordonnent l’équipe pluridisciplinaire.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 177 - PHENOMENE DE RUPTURE PROFESSIONNELLE CHEZ LES SALARIES EN CONSULTATION EN SERVICE DE MALADIE PROFESSIONNELLE. ANALYSE FACTORIELLE ET CLASSIFICATION
    FORT E., LOBIES P., BERGERET A.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 426-

    Les phénomènes de rupture professionnelle associés aux contraintes psycho-organisationnelles sont analysés chez 100 consultants en consultation de «souffrance au travail» d’un service de pathologie professionnelle. Les phénomènes de rupture professionnelle sont hétérogènes, complexes et multidimensionnels.

  • 178 - 4EME JOURNEE THEMATIQUE DE L'ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DES ETUDES ET RECHERCHES EPIDEMIOLOGIQUES EN SANTE ET TRAVAIL (ADEREST), 9 MAI 2011. RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL : RETOURS SUR DEUX EXPERTISES RECENTES MENEES EN FRANCE (RESUME DES PRESEN
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 476-

    Résumés de communications des deux thèmes abordés avec «Stress au travail et santé» et «Suivi des risques psychosociaux au travail».

  • 179 - SANTE ET TRAVAIL "DES CONSEILS PRATIQUES POUR PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX"
    MONTREUIL E., GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5628 / 2011, PP. 78

    Dans son ouvrage, Elodie Montreuil, consultante et auteure de « La prévention des risques psychosociaux » propose de créer un comité de pilotage dans les entreprises, d’associer les salariés à l’évaluation des risques psychosociaux et de les intégrer au Document Unique.

  • 180 - SANTE AU TRAVAIL. RTE MET EN PLACE DES SEANCES DE KINESITHERAPIE COLLECTIVES
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5629 / 2011, PP. 69

    Les «lignards» du Réseau de transport d’électricité de La Rochelle bénéficient d’une séance hebdomadaire d’une heure, prise sur le temps de travail, avec un kinésithérapeute du sport. Il est allé sur le terrain observer les équipes, et a bâti une séance sur mesure. Au bout de six mois, les salariés disent ne plus avoir mal au dos et on n’a déploré aucun arrêt de travail pour lombalgies depuis janvier 2011. L’objectif est non seulement la prévention des accidents, mais l’amélioration de la qualité de la vie.

  • 181 - LES FICHES CONSEILS DU MEDECIN DU TRAVAIL. SOMMEIL, SOMNOLENCE ET SANTE SECURITE AU TRAVAIL. UN SOMMEIL DE QUALITE : UN ENJEU DE SANTE AU TRAVAIL ET DE SANTE PUBLIQUE
    PHAN CHAN THE E.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 120 / 2011, PP. 53-5

    Le sommeil est un facteur de santé, mais aussi de vigilance et de sécurité. Il doit donc être considéré comme une donnée importante de l’évaluation des risques en santé au travail. Il reste que la démarche est délicate, car elle porte sur une donnée privée sur laquelle l’employeur n’exerce pas son pouvoir de direction.

ERGONOMIE

  • 182 - DOSSIER. ERGONOMIE : DES LEVIERS POUR UN TRAVAIL SOIGNE
    LANGLOIS G., ESTRYN BEHAR M.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 289 / 2011, PP. 12-1

    Les TMS constituent la première cause d’accident du travail suivi d’un arrêt. Aussi faut-il adapter le travail à l’humain et non l’inverse.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 183 - LES DÉTERMINANTS DE LA SOUS DÉCLARATION DES MALADIES PROFESSIONNELLES. LE CAS DU MÉSOTHÉLIOME
    GISQUET E., CHAMMING'S S., PAIRON J.C., GILG SOIT ILG A., IMBERNON E., GOLDBERG M.
    REVUE D'EPIDEMIOLOGIE ET DE SANTE PUBLIQUE N° 6 / 2011, PP. 393-

    A partir d’un petit échantillon de cas, les auteurs soulignent l’importance de l’implication des médecins dans la déclaration de maladies professionnelles. L’information des salariés par des médecins formés et sensibilisés semblent déterminante pour entamer une procédure de déclaration.

  • 184 - PATHOLOGIES PROFESSIONNELLES : L'ANSES REND SON RAPPORT
    TRAVAIL ET SECURITE N° 12 / 2011, PP. 14

    Le rapport de l’ANSES publié en Octobre 2011 montre que selon les données recueillies par les CCPP (Centres de Consultations de Pathologies Professionnelles) et par le RNV3P (Réseau National de Vigilance et de Prévention des Pathologies Professionnelles), les pathologies professionnelles sont en progression constante. Le lien est fait entre certaines pathologies et le secteur d’activité. Les CCPP et le RNV3P espèrent fournir des indicateurs utiles à l’évaluation des risques professionnels et leur prévention.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 185 - SANTE AU TRAVAIL. CANCERS PROFESSIONNELS : LA LUTTE S'ORGANISE
    LACAS F.
    LE MONITEUR N° 5627 / 2011, PP. 64-6

    Les salariés du BTP sont particulièrement exposés à certains produits cancérogènes. Les entreprises du secteur s’organisent pour diminuer les risques. Cancer professionnel ne rime pas qu’avec amiante mais aussi poussières de bois, silice cristalline, fumées de Diesel ou huiles entières minérales. Entre 2006 et 2009, plus de 900 cancers professionnels ont été déclarés dans le BTP, chiffre très sous-estimé en raison d’une forte sous-déclaration et d’une méconnaissance du risque. Formation aux moyens de protection, substitution des produits, et équipements de protection, telles sont les pistes de travail.

  • 186 - TOUS CONCERNES : UNE CHUTE TOUTES LES 5 MINUTES
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 8

    Les chutes avec dénivellation ont représenté 19 056 accidents de travail en 2010 et les chutes
    de hauteur ont été la cause directe de la mort de 33 salariés (soit 35 % des AT mortels du BTP
    ou 1 décès par semaine).

  • 187 - SANTE AU TRAVAIL. LA CHRONIQUE JURIDIQUE. L'INDEMNISATION DES VICTIMES DE L'AMIANTE DEVANT LE FIVA
    BOUVET R.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 120 / 2011, PP. 58-6

    Le nombre des victimes, leur diversité, les enjeux politiques, les craintes de mise en cause sont autant d’explications à la création du Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante. L’auteur, avocat, fait le point sur les droits des victimes.

RISQUES PHYSIQUES

  • 188 - DE L’EVOLUTION LONGITUDINALE DU DEFICIT AUDITIF PAR TRAUMATISME SONORE CHRONIQUE PROFESSIONNEL
    MASSARDIER PILONCHERY A., NORMAND J.-C., FORT E., THIERY L., DUCLOS J.-C.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 484-

    L’évolution du déficit auditif par traumatisme sonore chronique évolue, selon l’étude présentée, en trois phases successives : rapide en début de carrière professionnelle, puis plus lente avec perte de 7,5 dB par dizaine d’année sur les 4 000 Htz, puis plus rapide en fin de carrière professionnelle. Ce schéma d’évolution permet de moduler la surveillance audiométrique des salariés exposés au bruit.

  • 189 - SANTE AU TRAVAIL. BRUIT ET GROSSESSE : IL FAUDRAIT AUSSI PROTEGER LE FOETUS
    CAMPO P.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 7 / 2011, PP. 556-

    Les bruits riches en basses fréquences et de forte intensité peuvent atteindre la cochlée du foetus, au risque d’engendrer des traumatismes sonores pendant la période critique des trois derniers mois de la grossesse. La législation qui protège les femmes enceintes n’est pas adaptée à la protection de l’audition foetale. Le congé maternité commence bien après le démarrage de la « période critique ». Une limite d’exposition au bruit ambiant égale à 1 Lex,8h de 87 dB(C) calculé sur 8 heures semble plus à même de protéger l’audition du foetus porté par la femme enceinte qui continuerait son activité professionnelle pendant le dernier trimestre de sa grossesse.

  • 190 - L'ACTION DU MOIS. EUROVIA SENSIBILISE SES SALARIES AU RISQUE UV
    OLLIVIER F., MANGEAS G.
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 9

    Une vaste campagne autour du risque UV est menée par Eurovia.

  • 191 - DOSSIER AMIANTE : UN HERITAGE EMPOISONNE
    RAVALLEC C., BONDEELLE A., LEMARIE J., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 12 / 2011, PP. 16-3

    La réglementation concernant l’amiante va évoluer au premier semestre 2012 avec définition de nouvelles valeurs limites d’exposition, nouvelles méthodes de mesures… Les désamianteurs et les métiers de second œuvre du BTP sont concernés au premier plan. De nouvelles dispositions de formation professionnelle ont été définies avec l’arrêté du 22 Décembre 2009 applicable au 1er Janvier 2012, la durée de la formation varie selon le type d’activité et le niveau de responsabilité du salarié dans l’entreprise, le contenu précisé et un recyclage est prévu. Les chantiers de désamiantage font encore l’objet d’insuffisances avec constatation d’erreurs grossières. L’INRS a mené une campagne de mesures META lors des opérations de retrait d’amiante, les résultats disponibles ont montré des concentrations inattendues d’empoussièrement en fibres justifiant de nouvelles recommandations. Interdite en Union Européenne depuis le 1er Janvier 2005, la production, l’exportation et l’utilisation d’amiante persiste dans de le reste du monde (Canada, Russie, Brésil..). Exemple de chantiers de désamiantage (flocage, dalles amiantées, enrobé amianté…).

RISQUES CHIMIQUES

  • 192 - GROSSESSE ET TRAVAIL : UNE DEMANDE DE PREVENTION GLOBALE CONCERTEE
    ABADIA G., BASTIDE J.-C., BAYEUX-DUNGLAS M.-C., BAYON V., BEAUSOLEIL C., BRUN A., CARON V., CLARIS O., DUMORTIER M., FALCY M.,...
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 422-

    En matière de prévention, l’approche médicale de la femme enceinte repose sur une expertise toxicologique individualisée de chaque grossesse professionnellement exposée à des substances chimiques. De nombreux dangers sont identifiés mais le manque de données scientifiques suffisantes rend complexe l’évaluation des risques avec des positions oscillant entre attitude de précaution (pouvant être à l’origine de discrimination négative à l’embauche) et attitude niant toute réalité du risque.

  • 193 - NANOTECHNOLOGIES : QUELLES PRECAUTIONS POUR LES TRAVAILLEURS
    DAB W.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 449-

    Le développement des nanotechnologies pose de multiples questions de sécurité sanitaire avec notamment celle de la protection des travailleurs impliqués dans la fabrication des nanoproduits. Parmi les nombreux rapports d’expertise, deux méritent l’attention : la nanocohorte de l’INVS et les recommandations de l’American College of Occupational Environmental Medecine (ACOEM).

  • 194 - INVENTAIRE DES AGENTS CANCEROGENES, MUTAGENES ET REPROTOXIQUES DANS 40 ENTREPRISES
    DUPLAINE C., JACQUET F., FONTANA L.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 451-

    L’étude menée auprès de 40 entreprises montre les défaillances et le travail encore à accomplir dans l’évaluation du risque CMR et l’information des salariés. Les services de santé au travail ont un rôle primordial à jouer dans l’information et le conseil aux employeurs et salariés.

  • 195 - EVALUATION DE L'EXPOSITION AUX HYDROCARBURES AROMATIQUES POLYCYCLIQUES (HAP) DE RAMONEURS BAS RHINOIS
    MERCATORIS L., ROCHER O., TONDINI F., WENDLING J.-M., PERSOONS R., MAITRE A.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 505-

    Le niveau d’exposition des ramoneurs aux HAP a été évalué par des dosages atmosphériques (7 HAP gazeux et 12 particulaires) et biologiques (1-hydroxypyrène et 3 hydroxybenzoapyrène urinaire). Les résultats sont tous inférieurs aux valeurs limites d’exposition professionnelle aux HAP bien que le suivi de l’activité a permis de constater des situations d’empoussièrement très importantes.

  • 196 - DERMATITES DE CONTACT ALLERGIQUES DUES A UNE MOUSSE POLYURETHANNE : A PROPOS DE SIX CAS
    PENVEN E., GIRARDIN P., VERGNE M., THAON I., AUBIN F., HUMBERT P.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 506

    L’observation de six patients présentant une dermatite de contact allergique des mains d’origine professionnelle par contact avec des mousses polyuréthanes illustre l’intérêt de tester l’amine aromatique MDA (4-4’diaminodiphénylméthane) lors d’exposition professionnelle au MDI.

  • 197 - QUESTION REPONSE. FAUSSES COUCHES A REPETITION ET EXPOSITION AUX SOLVANTS
    GARNIER R.
    ARCHIVES DES MALADIES PROFESSIONNELLES N° 5 / 2011, PP. 509

    Une recommandation de la Société française de médecine du travail préconise de ne pas exposer les femmes enceintes à un niveau supérieur à 10 % de la VME des solvants. Lorsqu’il y a exposition à plusieurs solvants, il convient de respecter la convention d’additivité, la somme des rapports de chaque niveau d’exposition sur la VLEP correspondante doit être inférieure à 1.

  • 198 - JOURNEE D'ETUDE DE L'IMDR, ISTP CACHAN, 18 OCTOBRE 2011, REGARDS SUR LES NANOTECHNOLOGIES : ENJEUX, DEBATS, PERSPECTIVES
    TURPIN M.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 120 / 2011, PP. 28-2

    Le monde de l’infiniment petit pose des questions sanitaires aussi bien aux chercheurs qu’aux protagonistes de la santé au travail et de l’environnement et plus généralement de la santé publique. Certains pensent que le phénomène doit être envisagé dans le cadre d’un effet d’échelle qui appelle un dispositif réglementaire spécifique. D’autres s’interrogent sur la pertinence de la multiplication des règles qui risque de suivre…

  • 199 - DROIT EN PRATIQUE. LA FICHE DE DONNEES DE SECURITE (FDS)
    MENARD A.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 12 / 2011, PP. 40-4

    Mise au point sur la FDS exigée par le règlement REACH modifié : objectif, produits concernés, contenu de la FDS, mise à jour et communication de celle-ci. Intérêt de la FDS pour l’évaluation du risque chimique par l’employeur, l’information et la formation des utilisateurs, la mise en place des mesures de protection, la rédaction des notices de poste et fiche d’exposition et l’aide dans le cadre de l’évaluation de la pénibilité. Selon l’article L. 521-21 du Code de l’Environnement, le fait de ne pas fournir une FDS conforme au règlement REACH modifié est puni de trois mois d’emprisonnement et de 20 000 euros d’amende. De plus, selon l’article L. 4741-1 du Code du Travail, le non-respect des règles de prévention des risques chimiques est puni d’une amende de 3 500 Euros.

HYGIENE ET SECURITE

  • 200 - PACA LANGUEDOC ROUSSILLON CORSE : VINCI RECOMPENSE LA SECURITE
    MARIO R.
    LE MONITEUR N° 5629 / 2011, PP. 103

    Les Prix de l’innovation Vinci en région PACA ont récompensé deux films : «Les jours d’après» et «Mon accident de travail», témoignages et reconstitutions d’accidents du travail diffusés lors des quarts d’heure sécurité. Sur les chantiers, ce sont des astuces très utiles qui ont été retenues, comme le casque pour soudeurs sur chantiers de ligne alliant deux protections, casque et masque. Ou l’utilisation d’aimants de banches pour éviter les chutes de matériel.

PREVENTION - PROTECTION

  • 201 - PREVENTION DES RISQUES. AMIANTE : 900 000 SALARIES DU BTP A FORMER
    LE MONITEUR N° 5627 / 2011, PP. 16

    Depuis Janvier 2012, les travailleurs intervenant sur des travaux de retrait d’amiante (sous-section 3) ou contenant de l’amiante (sous-section 4), doivent être formés à la prévention des risques. Or, à ce jour, très peu d’organismes de formation sont accrédités.

  • 202 - EPI : UN LOGICIEL POUR SAUVER SA PEAU
    TRAVAIL ET SECURITE N° 12 / 2011, PP. 15

    Le site http://protecpo.inrs.fr permet de sélectionner des types de matériau de gants (butyle, Viton®, latex, Néoprène® ou nitrile) en fonction des solvants ou mélange de solvants utilisés.

ENVIRONNEMENT

  • 203 - CONSTRUCTION DURABLE : UN FORMIDABLE DEFI
    LA RECHERCHE N° 457 / 2011, PP. 35-4

    Neuf milliards de personnes à loger dans le monde en 2050. Une urbanisation galopante. Le changement climatique. Une énergie chère. Sachant que le bâtiment est, de tous les secteurs économiques, le plus vorace en énergie, il n’est pas question de tergiverser : la construction doit apprendre la sobriété. Elle doit devenir durable, ce qui, au-delà de l’économie d’énergie, signifie également une diminution de son empreinte écologique. Le tout sans oublier ses usagers : la construction durable vise également à améliorer leur confort et à protéger leur santé, via notamment l’amélioration de la qualité de l’air intérieur.

  • 204 - MATERIAUX BIOSOURCES : DES VEGETAUX POUR BÂTIR
    BRAUN P.
    LE MONITEUR N° 5627 / 2011, PP. 48-4

    Forte du succès de sa filière bois, la région Lorraine étudie l’opportunité de développer des productions agricoles dédiées à la construction et à l’isolation. Le projet de recherche Végisole a défriché le potentiel du chanvre, de la paille, du miscanthus et de l’ortie. Un bilan prometteur. Le chanvre est utilisé comme isolant, la paille comme isolante ou porteuse, le miscanthus ou roseau chinois pourrait entrer dans la composition de bétons légers, l’ortie pourrait être utilisée dans la réhabilitation des sols dégradés.

BTP

  • 205 - CONVENTIONS ET ACCORDS DE BRANCHE : LE BÂTIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS S'ENGAGENT SUR LA PENIBILITE
    LIAISONS SOCIALES N° 16026 / 2012, PP. 1

    L’accord de prévention de la pénibilité du BTP s’appuie sur les outils déjà mis en place par le secteur et retient cinq domaines d’action.

  • 206 - LE METIER DU MOIS. CONSTRUCTEUR DE ROUTE
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 40-4

    En France, 34 % des entreprises de travaux publics sont spécialisées en travaux routiers. Le constructeur de routes est actif et polyvalent tout en veillant à ses gestes et postures.

  • 207 - SANTE. TRAVAIL EN HAUTEUR : GARDONS L'EQUILIBRE
    BARRUYER C.
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 46-4

    De nombreux travaux dans le BTP exigent d’avoir le sens de l’équilibre. Ce sens peut être perturbé de manière transitoire ou définitive. Toutefois, il est possible de prévenir l’apparition de vertiges voire même d’en guérir.

TECHNOLOGIE

  • 208 - CAHIER PRATIQUE. POSE DE MENUISERIES EN REHABILITATION, 20 POINTS CLES
    LE MONITEUR N° 5627 / 2011, PP. 2-35

    En réhabilitation, le poseur de menuiseries se trouve souvent confronté à des configurations différentes et des conditions de pose très diversifiées. La pose de menuiseries en bois, en aluminium ou en PVC fait appel à des techniques assez proches les unes des autres. Les menuiseries sont posées à sec, et font appel à des produits de type mastic ou à des bandes comprimées. Ce cahier présente quelques cas de pose particuliers qui précisent les difficultés rencontrées selon le matériau utilisé.

  • 209 - INNOVATION. HYDROGEOTECHNIQUE PROTÈGE SES MACHINES POUR PARER AUX ACCIDENTS
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5627 / 2011, PP. 63

    Entreprise spécialisée dans les études de sols, la société Hydrogéotechnique intervient sur une activité à haut risque. Les machines de forage sont très dangereuses, les tiges tournant à vive allure peuvent entraîner les hommes qui se trouvent dedans et c’est l’accident mortel. Il a été mis au point un capot de protection placé devant l’outil. Pour les machines qu’on ne peut pas équiper, des mesures organisationnelles sont mises en place.

  • 210 - CAHIER PRATIQUE. LE POINT SUR... REPARATION DES STRUCTURES MÉTALLIQUES
    LE MONITEUR N° 5629 / 2011, PP. 2-34

    L’acier est incontournable dans le domaine de la construction. Ce dossier porte sur les techniques de réparation possibles des structures en acier par soudage, boulonnage et rivetage, dans la maintenance des ouvrages d’art.

  • 211 - TECHNIQUE. LES FILETS ANTICHUTE
    GARROUSTE P.
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 31

    L’utilisation de filets antichute en sous-face ou en périphérie d’une zone de travail permet d’assurer une protection collective contre les chutes de personnes qui travaillent en hauteur. Conseils pour une mise en œuvre efficace.

  • 212 - TECHNIQUE LES EXPERTS VOUS PARLENT. TRAVAUX SANS TRANCHEE : PRIVILEGIER LE FORAGE DIRIGE
    CHASSAGNE Y.
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 34-3

    Au cours de travaux, pour faire passer des canalisations ou des câbles sans avoir à réaliser de
    tranchées, certains maitres d’ouvrage optent pour le forage dirigé. Une technique bénéfique en terme de sécurité mais sous utilisée.

EPIDEMIOLOGIE

  • 213 - NUMERO THEMATIQUE. L'INFECTION A VIH SIDA EN FRANCE EN 2009 2010 : DECOUVERTES DE SEROPOSITIVITE, ADMISSIONS EN ALD ET PATHOLOGIE INAUGURALES DE SIDA
    DABIS F., CAZEIN F., LE STRAT Y., PILLONEL J., LOT F., BOUSQUET V., PINGET R., LE VU S., BRAND D., BRUNET S....
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 43-44 / 2011, PP. 445-

    Trente ans après l’identification des premiers cas de sida, F. Cazein et collaborateurs rapportent dans ce numéro qu’en 2010, ce sont encore 6 300 personnes qui ont découvert leur séropositivité pour le VIH. La situation épidémiologique de l’infection à VIH reste donc bien peu satisfaisante dans notre pays. Est-il besoin de rappeler qu’il s’agit là d’une morbidité totalement évitable pour une infection chronique nécessitant un traitement à vie ? Qui plus est, cette même surveillance de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) confirme les tendances des années antérieures, notamment que le sérodiagnostic est porté très tardivement dans près d’un cas sur trois, avec des pertes de chances conséquentes pour ceux et celles qui vont se voir proposer un traitement antirétroviral dans ces conditions. Comme seulement 36 % des diagnostics sont qualifiés de précoces par les auteurs, on voit que les marges d’amélioration en matière de diagnostic sont encore considérables dans notre pays.

  • 214 - EPIDEMIOLOGIE DE L'INSOMNIE EN FRANCE : ETAT DES LIEUX
    CHAN CHEE C., BAYON V., BLOCH J., BECK F., GIORDANELLA J.P., LEGER D.
    REVUE D'EPIDEMIOLOGIE ET DE SANTE PUBLIQUE N° 6 / 2011, PP. 409-

    Le sommeil est considéré comme un facteur d’équilibre et de bonne santé. Cependant, l’épidémiologie de l’insomnie, qui est le plus fréquent des troubles du sommeil, est méconnue en France. Une recherche bibliographique des articles parus en France entre 1980 et 2009 concernant toutes les études épidémiologiques menées en France sur la prévalence et les facteurs associés à l’insomnie a été menée dans « Medline ». Ensuite, une recherche des rapports non indexés dans « Medline » a été effectuée dans la « base de données en santé publique ». Le suivi des troubles du sommeil semble important du point de vue de la santé publique et nécessite un travail préalable sur la standardisation des questionnaires et la méthodologie d’enquête.

PATHOLOGIE GENERALE

  • 215 - MESOTHELIOME PLEURAL, EN BREF
    LA REVUE PRESCRIRE N° 336 / 2011, PP. 771-

    Les mésothéliomes (alias mésothéliomes malins diffus) sont des cancers primitifs développés à partir des cellules mésothéliales qui tapissent les séreuses. La plèvre est leur localisation la plus fréquente.

INFIRMIERES

  • 216 - INFIRMIERES DU TRAVAIL : EN QUÊTE D'INDEPENDANCE
    MARASCHIN J.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 289 / 2011, PP. 7

    A l’instar des médecins du travail qui sont des salariés protégés, les infirmières de santé au travail demandent aux pouvoirs publics de garantir leur autonomie.

TOXICOMANIE

  • 217 - DOSSIER LUTTE CONTRE LES ADDICTIONS : ANTICIPER, INFORMER, ACCOMPAGNER
    D'HEROUVILLE A.
    PREVENTION BTP N° 148 / 2012, PP. 12-1

    Un sujet complexe et suffisamment grave pour qu’autorités, services de santé et entreprises s’emparent du problème et apportent des solutions. La prévention, encadrée par la réglementation, passe par des outils comme le dépistage. En complément, des mesures d’accompagnement sont mises en place.

  • 218 - ACTU SENSIBILISATION. ADDICTIONS : BILAN POSITIF POUR LA CAMPAGNE D'INFORMATION EN MIDI PYRENEES
    LEMARIE J.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 12 / 2011, PP. 12-1

    Exemple d’une démarche de prévention des addictions utilisant un kit de sensibilisation. La réussite de l’action repose sur la motivation et l’implication du chef d’entreprise ainsi que sur l’explication de la démarche.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 219 - ROUGEOLE : COMPLETER A 2 DOSES LA VACCINATION DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES ADULTES
    LA REVUE PRESCRIRE N° 336 / 2011, PP. 768-

    En 2011, les données épidémiologiques concernant la rougeole en France justifient : – de compléter à 2 doses de vaccin trivalent la vaccination de toutes les personnes âgées d’au moins un an nées depuis 1980, – et d’administrer une dose de vaccin trivalent à toutes les personnes nées avant 1980 exerçant des professions de santé ou en charge de la petite enfance, sans antécédents de rougeole et non vaccinées.

  • 220 - DEPRESSION : L'INTERÊT PREDICTIF D'UNE REPONSE PRECOCE AU TRAITEMENT
    RODDE D.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5236 / 2011, PP. 23

    Intérêt prédictif d’une évaluation précoce à deux semaines de traitement.

  • 221 - SURPOIDS : EST IL BIEN NECESSAIRE DE MAIGRIR ?
    GUENIOT C.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5237 / 2011, PP. 15

    En cas de simple surpoids (IMC < 30) et si le tour de taille est normal (< 80 cm chez la femme et < 94 cm chez l'homme), l'amaigrissement ne doit pas être recommandé. L'examen de la littérature prouve que les régimes favorisent la prise de poids au bout de quelques années. En cas d'obésité, l'objectif est d'atteindre une perte de poids de 5 à 15 %. Si le tour de taille est augmenté, 150 minutes de marche/semaine peuvent suffire à le diminuer.

  • 222 - DOSSIER DIABETOLOGIE
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5237 / 2011, PP. 23-4

    Le 47ème Congrès annuel de l’European Association for the Study of Diabetes (Easd) a rassemblé 18 000 participants de 151 pays du 12 au 16 Septembre 2011, à Lisbonne, au Portugal. La majorité des communications a été consacrée au diabète de type 2, qui concerne environ 85 à 90 % des diabétiques, avec une réflexion plus particulièrement centrée sur les problèmes de tolérance des traitements antidiabétiques et leurs relations avec le risque carcinologique, lequel est augmenté dans cette forme de diabète.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 223 - DROIT SOCIAL "LA PROTECTION DE LA SANTE MONTE EN PUISSANCE DANS LA JURISPRUDENCE"
    LEDOUX M., GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5627 / 2011, PP. 66

    La jurisprudence est de plus en plus protectrice vis-à-vis des salariés, par exemple, la Cour de Cassation a reconnu le préjudice d’anxiété des salariés ayant travaillé au contact de l’amiante. En outre, l’employeur est fautif du seul fait de l’exposition au risque, même sans atteinte à la santé. Les entreprises doivent utiliser les instruments de traçabilité pour prouver, en cas de sinistre, qu’elles ont fait leur travail en matière d’hygiène et de sécurité à commencer par le document unique. Enfin, la négociation obligatoire sur la pénibilité, va conduire les employeurs à auditer les postes de travail par écrit.

  • 224 - FICHE PRATIQUE NEGOCIATION COLLECTIVE. EGALITE HOMMES FEMMES : CE QUE DOIT PREVOIR VOTRE ACCORD
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5629 / 2011, PP. 75

    Les entreprises de 50 salariés et plus doivent être couvertes, d’ici au 1er Janvier 2012, par un accord ou un plan d’action pour favoriser l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Les employeurs qui ne joueraient pas le jeu s’exposent à une pénalité financière au plus égale à 1 % de la masse salariale. Détail du dispositif.

DIVERS

  • 225 - BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION : LES USAGERS BROUILLENT LES CARTES
    BEIDELER J., FRANCQUEVILLE L., GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5628 / 2011, PP. 16-1

    L’usager des bâtiments basse consommation est au centre des débats, car les exemples se multiplient où le comportement imaginé par les concepteurs n’est pas celui adopté par les utilisateurs. Dans l’ancien mal isolé, il fallait chauffer l’air à 22°C pour un ressenti de 19°C. Avec les vitrages actuels, 19°C , c’est très bien, et pourtant, ce n’est pas ce qu’on observe. De même, l’effet «rebond» qui fait qu’une baisse des tarifs encourage à chauffer plus, prendre davantage de bains, etc.

  • 226 - EFFICACITE ENERGETIQUE. LE CUMULUS ELECTRIQUE FAIT PLACE AU CHAUFFE EAU THERMODYNAMIQUE
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5628 / 2011, PP. 52-5

    Croisement entre la pompe à chaleur et le cumulus électrique, le chauffe-eau thermodynamique promet 50 à 70 % d’économie sur le coût de production de l’eau chaude sanitaire. C’est aussi un moyen simple de se conformer aux exigences de la RT 2012 en matière d’énergie renouvelable dans la maison individuelle.

  • 227 - BÂTI ANCIEN : LA MODELISATION THERMIQUE AVANCE
    MIGUET L.
    LE MONITEUR N° 5628 / 2011, PP. 60

    Plusieurs recherches coordonnées par l’Etat portent sur la modélisation thermique des immeubles d’habitation construits avant 1945. Une synthèses des résultats a été présentée par le Centre d’études techniques de l’Equipement de l’Est et l’association Villes et pays d’art et d’histoire.