Imprimer

Equipe de lecture :


C. Artola
C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
H. Le Scao
D. Leuxe
M. Loizeau
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 281 - DOSSIER MAINTENANCE : UNE FONCTION MECONNUE ET MAL AIMEE
    RICHEZ J.P., LARCHER C., RAVALLEC C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2010, PP. 18-3

    Une fonction méconnue regroupant plusieurs métiers soumis à de nombreux risques professionnels aggravés par l’absence ou l’insuffisance de préparation de l’intervention, la méconnaissance de l’environnement et la faible maintenabilité des équipements.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 282 - PREVENTION. PENIBILITE DU TRAVAIL : LE BTP DOIT PROGRESSER
    N'HAUX E., LAPLACE Y.
    LE MONITEUR N° 5544 / 2010, PP. 98-1

    La question de la pénibilité, corollaire de la future réforme des retraites, revêt deux facettes : celle de la réparation et celle de la prévention. Sur ce dernier point, des progrès doivent encore être réalisés par et auprès des petites entreprises.

ERGONOMIE

  • 283 - ANEMOMETRE. BIEN ANTICIPER LA FORCE DU VENT SUR LES CHANTIERS
    RICHARD A.M.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 34-3

    Lors de l’utilisation de certains équipements de travail, connaître la vitesse du vent est une donnée essentielle pour prévenir tous risques d’instabilité et de renversement. Placé sur une grue, une PEMP ou un échafaudage, l’anémomètre fournit cette information.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 284 - NUMERO THEMATIQUE. TMS D'ORIGINE PROFESSIONNELLE : UNE PREOCCUPATION MAJEURE
    IMBERNON E., HA C., ROQUELAURE Y., FOUQUET N., RAIMBEAU G., LECLERC A., GOLDBERG M., PAROT SCHINKEL E., CHASTANG J.F., DESCATHA A....
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 5-6 / 2010, PP. 33-5

    Numéro thématique consacré essentiellement aux données recueillies par le programme de surveillance épidémiologique des TMS mis en œuvre depuis 2002 dans les Pays de la Loire. Ce programme a permis de décrire plus précisément cette épidémie, d’estimer le poids de l’activité professionnelle dans la survenue des TMS, et de mieux connaître le devenir des sujets atteints de TMS. Articles notamment sur le syndrome du canal carpien, sur le syndrome de la coiffe des rotateurs, sur l’exposition des intérimaires, sur les lombalgies, sur l’hygroma du genou.

  • 285 - FICHE D'ALLERGOLOGIE DERMATOLOGIE PROFESSIONNELLE N° 84 : DERMATOSES PROFESSIONNELLES ALLERGIQUES AUX METAUX : PREMIERE PARTIE : ALLERGIE DE CONTACT AU NICKEL
    CREPY M.N.
    DOCUMENTS POUR LE MEDECIN DU TRAVAIL N° 121 / 2010, PP. 91-1

    Les dermatoses professionnelles allergiques au nickel sont essentiellement des dermatites de contact allergiques et exceptionnellement des urticaires de contact. Le diagnostic étiologique repose sur l’anamnèse, l’examen clinique et les tests allergologiques en cas de suspicion d’allergie. La pertinence professionnelle d’un test épicutané positif au nickel doit être évaluée au cas par cas.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 286 - GUIDE POUR LES COMITES REGIONAUX DE RECONNAISSANCE DES MALADIES PROFESSIONNELLES INSTITUES PAR LA LOI N° 93-121 DU 27 JANVIER 1993
    DOCUMENTS POUR LE MEDECIN DU TRAVAIL N° 121 / 2010, PP. 7-31

    La loi du 27 Janvier 1993 crée deux nouvelles possibilités de reconnaissance en maladie professionnelle qui font appel au comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP). Un premier guide avait été élaboré en 1994 et publié dans cette revue. La Direction générale du travail, la Direction de la Sécurité sociale et la CNAMTS ont confié à un groupe d’experts, composé de médecins conseils de la Sécurité sociale, de praticiens hospitaliers particulièrement compétents en matière de pathologie professionnelle et de médecins inspecteurs régionaux du travail, le soin d’actualiser ce guide au vu de l’expérience acquise depuis la mise en place des CRRMP.

  • 287 - QUESTIONS A... STEPHANE SEILLER, DIRECTEUR DES RISQUES PROFESSIONNELS A LA CNAMTS "LE SYSTEME DE TARIFICATION DES AT MP VA EVOLUER"
    SEILLER S., GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5543 / 2010, PP. 91

    La réforme modifie les seuils de la tarification et appliquera le coût moyen : seuls seront pris en compte les AT-MP déclarés dans la période récente. Il en résultera plus d’incitation à la prévention .

  • 288 - FICHE ACCIDENT. CHUTE A TRAVERS UNE PLAQUE TRANSLUCIDE
    OMNES G.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 3-4

    Travailler dans un chantier de couverture non protégé et désorganisé est risqué. Les moyens de prévention (préparation, prévention des chutes de personnes ou de matériaux, organisation des interventions, remplacement des plaques anciennes moins résistantes en respectant les normes pour le PVC ou le PC (Polycarbonate).

  • 289 - CHIFFRES. LE CAS PARTICULIER DU BTP SOULIGNE PAR LA DARES
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 8

    Deux fois plus d’accidents que la moyenne nationale, un accident mortel sur dix dû à une chute de hauteur, surtout dans les entreprises de taille intermédiaire.

RISQUES CHIMIQUES

  • 290 - L'AMIANTE DANS LES OPERATIONS DE REHABILITATION ET DE DEMOLITION, INSUFFISANCE DES REPERAGES : DES RESPONSABILITES ET DES DEFAILLANCES MULTIPLES
    GAUL M.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 217 / 2009, PP. 3-9

    Deuxième partie de l’article concernant le repérage, soulignant les nombreux dysfonctionnements. Intérêt pour l’information des employeurs sur la fiabilité des diagnostics et leur responsabilité face à ces dysfonctionnements.

  • 291 - PERCEPTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PAR LES OPERATEURS, LE CAS DE SALARIES DE CHANTIERS DE RETRAIT D'AMIANTE
    ROUSSEAU C., RADAUCEANU A.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 217 / 2009, PP. 11-2

    Les points de vue des opérateurs sont développés essentiellement sur la perception des risques liés aux chantiers de retrait, la perception des risques liés à l’amiante friable et non friable, la gestion des risques sur un chantier de retrait, la pénibilité liée aux activités de retrait.

  • 292 - POINT DE REPERE. EXPOSITION PROFESSIONNELLE AUX POUSSIERES DE BOIS, RESULTATS DE LA CAMPAGNE NATIONALE 2008
    LAMY D., PEGON O., CALVEZ O., TIRILLY V., BOURGES P., ACCART R., VINCENT R.
    HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL N° 217 / 2009, PP. 49-5

    3 105 établissements de taille variable ont été inclus dans l’étude. Il apparaît que la réglementation est insuffisamment appliquée. Plusieurs angles sont retenus : document unique, information des salariés, organisation du travail (aspirations, contrôles, nettoyage, EPI, traçabilité des expositions).

  • 293 - ENQUETE. AMIANTE : UNE EVALUATION DES RISQUES ENCORE INSUFFISANTE
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 4-7

    Le dernier baromètre amiante de l’OPPBTP pointe encore des négligences, mais aussi des pistes d’améliorations. Risques sous-évalués notamment dans les TPE, une réglementation moyennement connue, notamment concernant la formation et les dispositifs de protection collective.

  • 294 - FIBRES CERAMIQUES REFRACTAIRES : UN RETRAIT CALQUE SUR CELUI DE L'AMIANTE FRIABLE
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2010, PP. 36-3

    Matériaux de choix pour l’isolation thermique haute température, les fibres céramiques réfractaires (FCR) sont classées cancérogènes de catégorie 2 et, à ce titre, doivent être remplacées par des matériaux moins dangereux lorsque c’est possible. Les techniques de retrait s’apparentent à celles utilisées pour l’amiante friable.

  • 295 - FOCUS POUSSIERES DE BOIS. CAMPAGNE NATIONALE : ACCOMPAGNER LES PETITES ENTREPRISES
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2010, PP. 44-4

    Bilan de la campagne nationale menée par les pouvoirs publics en 2008 : situations très contrastées, application insuffisante de la réglementation.

  • 296 - FOCUS. VENTILATION : UN DISPOSITIF EFFICACE DES LE CAPTAGE
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 2 / 2010, PP. 46-4

    Dans son atelier de menuiserie de Saint-Dizier, l’Esat « Le Bois l’Abbesse » a apporté des modifications aux dispositifs de captage existants sur les machines fixes et mis en place un réseau d’aspiration efficace pour diminuer les expositions aux poussières de bois. Un travail qui s’est appuyé sur l’expertise technique de la CRAM Nord-Est et a mis à contribution les fournisseurs d’équipements.

HYGIENE ET SECURITE

  • 297 - DOSSIER HYGIENE : LES PETITES ENTREPRISES S'Y METTENT
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 38-4

    Les conditions d’accueil et d’hygiène sur les chantiers s’améliorent globalement dans le BTP. Mais ces évolutions cachent des disparités et ce domaine reste toujours perfectible en 2010 pour bon nombre d’entreprises, tandis que d’autres ont compris la nécessité d’assurer des conditions de travail décentes. Cette prise de conscience fait son chemin y compris dans les petites entreprises. L’enjeu est de taille : fidéliser les salariés mais aussi attirer les jeunes vers les métiers du BTP.

  • 298 - ETAT DES LIEUX : DES CONDITIONS D'ACCUEIL EN PROGRES PERMANENT
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 40-4

    Plus de cantonnements, de meilleurs équipements… Si à première vue le baromètre hygiène de l’OPPBTP est plutôt encourageant, il dévoile aussi des disparités entre grands et petits chantiers. Une entreprise sur cinq n’assure pas le minimum décent.

  • 299 - PRATIQUE : DES CANTONNEMENTS POUR CHAQUE SITUATION
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 42-4

    Chantier temporaire urbain ou chantier de construction individuelle, à chacun sa solution en matière de mise à disposition de cantonnements. Exemples d’entreprises à travers plusieurs situations. Des aides multiples sont relayées par l’OPPBTP.

  • 300 - PRODUITS : DES PETITS PLUS POUR LE CONFORT ET L'HYGIENE
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 46

    Lave-bottes de chantier, crèmes de protection pour les mains… Une multitude de produits sont proposés en matière d’hygiène. Panorama.

PREVENTION - PROTECTION

  • 301 - JURIDIQUE. LES OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE
    JALLADE C.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 7

    Les maîtres d’ouvrage sont impliqués dans le respect des règles de prévention, en particulier depuis la loi du 31 Décembre 1993 qui a créé une coordination en matière de sécurité et de santé sur les chantiers où sont appelés à intervenir plusieurs entreprises.

SECOURISME

  • 302 - DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE PAR DES SECOURISTES, QUELQUES DECES PAR FIBRILLATION VENTRICULAIRE EN MOINS
    LA REVUE PRESCRIRE N° 316 / 2010, PP. 122-

    Pour faire face à un arrêt cardiorespiratoire chez un adulte, la balance bénéfices-risques des défibrillateurs automatisés externes est favorable, au moins dans les mains de personnes formées à leur utilisation. Il reste que selon des études rétrospectives, 80 % des arrêts cardiorespiratoires surviennent à domicile, limitant l’impact en termes de survie globale (on passerait de 5 à 6,5 %) et qu’aux Etats-Unis un défibrillateur sur 5 a été concerné par une alerte de dysfonctionnement en 10 ans (1996 à 2005). L’aspect coût-bénéfice n’est pas abordé dans cet article.

BTP

  • 303 - SANTE AU TRAVAIL : PREVENIR LE STRESS DANS LE BTP
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5543 / 2010, PP. 86-8

    Le stress peut porter atteinte à l’efficacité du travail. Dans le BTP, il se concentre sur l’encadrement intermédiaire. Un diagnostic sur les facteurs de stress peut permettre à l’entreprise de s’engager dans une démarche de prévention adaptée à ses particularités.

  • 304 - SECURITE : FILMER LES CHANTIERS POUR MIEUX PREVENIR LES ACCIDENTS
    BOULET H.
    LE MONITEUR N° 5543 / 2010, PP. 91

    Module de formation, mis en oeuvre au sein de Vinci Construction Grands Projets, qui consiste à filmer les ouvriers et le visionnage se fait ensuite par groupe. Les ouvriers sont libres de proposer eux-mêmes des solutions d’amélioration, et chacun doit ensuite prendre un engagement concret en matière de sécurité. La vidéo est détruite après la séance. Une baisse sensible des accidents du travail a été notée sur les sites concernés.

  • 305 - OUTIL PRATIQUE. LA FORMATION DES CONDUCTEURS ROUTIERS
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 2

    Depuis le 10 Septembre 2009, la formation préalable à la conduite est obligatoire pour tout conducteur de véhicules affectés aux transports de marchandises avant « l’exercice de son activité de conduite… » et s’applique aux véhicules de plus de 3,5 t de PTAC. De plus, la formation continue conducteur occasionnel (FCCO) disparaît.

  • 306 - CHANTIER. CASERNE DE GENDARMERIE DE CHÂTEAUROUX : UNE APPROCHE GLOBALE ET DURABLE
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 16-1

    La nouvelle caserne de Châteauroux fait l’objet d’un partenariat public-privé. Un montage qui génère des approches spécifiques pour la prévention.

  • 307 - CHANTIER ARTISAN. COUVERTURE : DESAMIANTER EN PARFAITE SECURITE
    PREVENTION BTP N° 125 / 2010, PP. 24-2

    L’entreprise Groult (50) intervient régulièrement pour désamianter des toitures en fibres-ciment. Une démarche globale de prévention incluant équipements, organisation pré et pendant le chantier. Formation.

TECHNOLOGIE

  • 308 - DOSSIER. FAUT IL ÊTRE NANOSCEPTIQUE ?
    GUARDIOLA I.
    L'INFIRMIERE MAGAZINE N° 257 / 2010, PP. 24-2

    L’essor des nanotechnologies suscite espoirs et interrogations. Certains s’enthousiasment des progrès à venir, d’autres s’inquiètent des risques sanitaires, environnementaux, sociétaux. Un maxi-débat pour une mini-technique… Le point sur ces nouvelles technologies appliquées au domaine médical.

  • 309 - RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT. UN LABORATOIRE D'ESSAIS ET DE MESURES ACOUSTIQUES POUR LES PRODUITS DU BTP
    DEGIOANNI F.
    LE MONITEUR N° 5544 / 2010, PP. 71

    Inauguré le mois dernier, un nouvel équipement succédera prochainement aux anciennes cellules d’essais du site historique de Saint-Rémy-les-Chevreuse (Yvelines), après quarante années de bons et loyaux services. Ce laboratoire – concurrent déclaré de ses homologues du CSTB (Champs-sur-Marne) ou du FCBA (Bordeaux) – permettra d’évaluer les indices d’affaiblissement acoustique des portes, fenêtres, coffres de volets roulants, cloisons mobiles, etc., mais aussi des parois verticales, des grands éléments de façade hétérogènes ou encore des écrans routiers antibruit.

  • 310 - INNOVATION. DES BANDES D'ACIER PLATES ARMENT LE BETON ET RENOUVELLENT LE GENIE CIVIL
    BAUMANN O.
    LE MONITEUR N° 5544 / 2010, PP. 73

    Le procédé Eco-Steel, inventé par l’entreprise Matière, se propose de remplacer les traditionnels fers à béton ronds par des bandes d’acier plates. A caractéristiques égales, les bétons ainsi armés sont plus économes en matériaux. Les perspectives d’applications sont nombreuses.

  • 311 - EQUIPEMENTS TECHNIQUES. DES ASCENSEURS MOINS GOURMANDS EN ENERGIE
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5545 / 2010, PP. 52-5

    L’efficacité énergétique suscite des développements tous azimuts, des moteurs à l’éclairage en passant par l’optimisation du trafic. Ces avancées vont souvent de pair avec l’amélioration du confort : les atouts des courroies plates en polyuréthane armé de torons d’acier, plus légères et jusqu’à trois fois plus durables que des câbles en acier et un système pour gérer le flux aux heures de pointe qui invite l’usager à indiquer sa destination sur une borne d’appel centralisée, qui permet de grouper tous les usagers allant au même niveau et donc de réduire les temps de trajet et d’attente.

  • 312 - DOSSIER. CONSTRUIRE EN TERRE : DANS UNE DEMARCHE GLOBALE, CE MATERIAU PROUVE TOUTE SA PERTINENCE
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 295 / 2010, PP. 46-6

    A l’heure de l’écologie et du développement durable, l’utilisation de la terre crue comme matériau de construction se révèle d’actualité. Contraintes et avantages.

HANDICAPES

  • 313 - LES CFA : DISPOSITIFS D'APPRENTISSAGE ADAPTE EN FRANCE, LA QUALIFICATION : PORTE OUVERTE VERS L'INSERTION DURABLE (DOSSIER APPRENTISSAGE ADAPTE ET ORIENTATION)
    BREDOUX D., RUELLAN T.
    READAPTATION N° 567 / 2010, PP. 8-16

    Les auteurs abordent dans ce dossier majoritairement l’apprentissage (niveau V) des jeunes issus d’établissements spécialisés ou de l’enseignement adapté – cela représente environ 75 % des contrats d’apprentissage signés par des personnes handicapées. Le poids total de l’apprentissage des personnes handicapées est de 0,7 % de la totalité des contrats d’apprentissage signés. Depuis près de 20 ans les dispositifs favorisant la qualification des jeunes handicapés se sont développés dans les différentes régions françaises.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 314 - MONOGRAPHIE. CANCERS BRONCHIQUES
    LEMARIE E.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 7 / 2009, PP. 917-

    En France, en 2005, 30 651 nouveaux cas de cancers bronchiques ont été diagnostiqués, dont 78 % chez l’homme. Cette même année, ils ont été à l’origine de 26 624 décès. Chez l’homme, le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer. Les décès ont fortement augmenté jusque dans le milieu des années 1990. La diminution de la prévalence tabagique, amorcée dans les années 1990, est à l’origine d’une stabilisation des taux de mortalité depuis 1995. Chez la femme, le fait marquant réside dans la nette progression de la mortalité, résultant du développement du tabagisme féminin depuis les années 1960.

  • 315 - DOSSIER. STRESS POST TRAUMATIQUE
    BOULENGER J.P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 7 / 2009, PP. 963-

    A l’heure où le stress est « partout », au centre de tous les débats, cet article fait le point sur les conséquences émotionnelles des traumatismes psychologiques, qu’ils soient aigüs ou répétés, en détaillant les mesures de prise en charge utiles ou non.

  • 316 - STRATEGIES. AUTOMESURE DE L'INR (INTERNATIONAL NORMALIZED RATIO) ET ANTIVITAMINE K, DE QUOI MOTIVER CERTAINS PATIENTS A GERER LEUR TRAITEMENT
    LA REVUE PRESCRIRE N° 119-121 / 2010

    Trois méta-analyses d’essais comparatifs randomisés ont montré qu’une stratégie associant formation des patients, automesure et ajustement des doses réduit la mortalité globale et le nombre d’accidents thromboemboliques par rapport à un suivi usuel au laboratoire. Il n’y a pas eu d’efficacité démontrée sur la fréquence des hémorragies graves. Ces appareils semblent donner des résultats concordants et reproductibles par rapport aux mesures obtenues en laboratoire d’analyses. Ils paraissent pouvoir être intéressants pour un meilleur suivi de certains salariés sous anticoagulant.

SPORTS

  • 317 - MORT SUBITE DU SPORTIF : REFORMER LA VISITE DE PREVENTION
    CARRE F., GUENIOT C.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5175 / 2010, PP. 15-1

    Les experts, réunis en colloque le 26 Janvier dernier, souhaitent inclure systématiquement un ECG lors de la visite médicale de non-contre-indication chez le sportif de 12 à 35 ans.