Imprimer

Equipe de lecture :


C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
A.C. D’Apolito
H. Le Scao
C. Legoux-Duvant
D. Leuxe
M. Loizeau
N. Michel
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
R. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 282 - SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL, PLAN SUR LA SANTE AU TRAVAIL
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 298 / 2008, PP. 2912

    Le Conseil Economique et Social émet des préconisations à propos de la réforme de la Médecine du Travail.

  • 283 - MEDECINE DU TRAVAIL "APTITUDE MEDICALE AU TRAVAIL" : UNE SINGULARITE FRANCAISE REMISE EN QUESTION
    LA REVUE PRESCRIRE N° 291 / 2008, PP. 66-6

    Rien de nouveau pour les spécialistes, mais une bonne synthèse sur la problématique de l’«aptitude» et les pistes actuelles de réformes.

  • 284 - GRAND TEMOIN. PAUL FRIMAT : "IL FAUDRAIT REPENSER TOUT NOTRE SYSTEME DE PREVENTION POUR FAVORISER LE DIALOGUE INTERHUMAIN"
    FRIMAT P., BONCENNE P.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 54-5

    « On est resté en quelque sorte le médecin généraliste de l’entreprise, c’est-à-dire le médecin du salarié. »

  • 285 - MEDECINE DU TRAVAIL : A QUAND UNE VRAIE REFORME ?
    QUERUEL N.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 16-1

    Les conclusions du rapport Gosselin et du rapport sur le bilan de la réforme de 2004 sont sans appel : une réforme plus ambitieuse est nécessaire.

  • 286 - STRESS : IBM REGLE SES COMPTES AVEC SES MEDECINS
    ROSSARD M.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 22-2

    Suite aux constats alarmants de deux médecins du travail, des élus du CHSCT et des syndicats d’IMB réclament une meilleure prévention des risques psychosociaux. La direction, elle, a décidé de s’en prendre aux médecins.

  • 287 - MALADIE : LE MEDECIN DU TRAVAIL : UN ACTEUR DECIDEMENT INCONTOURNABLE
    SOCIAL PRATIQUE N° 496 / 2008, PP. 3-5

    Lorsque le salarié conteste la compatibilité du poste auquel il est affecté avec les recommandations du médecin du travail, l’employeur doit solliciter à nouveau l’avis de ce dernier.

  • 288 - REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL : BILAN ET PROPOSITIONS
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 10

    L’augmentation du nombre de maladies professionnelles, la désaffection pour le métier de médecin du travail, la contestation de la procédure d’aptitude et le drame de l’amiante ont «révélé le caractère peu opérant d’une organisation focalisée sur la visite annuelle systématique». La réforme en cours avec une nouvelle dynamique est fragile, inégale et au final insuffisante. Elle ne permet pas de faire face aux défis économiques actuels. Quelles perspectives ?

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 289 - CHANTIER ARTISAN. ATTIRER LE PERSONNEL PAR LES CONDITIONS D'ACCUEIL
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 22-2

    Patrick Rocaboy construit des maisons à ossature bois. C’est lors d’un chantier de lotissement qu’il a repensé ses habitudes d’organisation et d’hygiène.

  • 290 - CONFERENCE SOCIALE : NEGOCIATION TOUS AZIMUTS SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL
    KAS A.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 6-8

    Le Gouvernement a sollicité les partenaires sociaux sur la prévention dans les TPE, les CHSCT et l’alerte. Hormis l’accord de l’UPA (Union Professionnelle Artisanale) de 2001, de nombreuses réticences patronales ont été mises à jour. Une meilleure coordination de la prévention est détaillée avec la création du Conseil d’Orientation sur les Conditions de Travail, les nouveaux moyens alloués au Fond d’Amélioration des Conditions de Travail de l’ANACT et aux contrats de prévention des CRAM.

  • 291 - RISQUES PSYCHOSOCIAUX : UNE MISSION CONTROVERSEE
    QUERUEL N.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 9

    Alors que les partenaires sociaux vont négocier la transposition des accords européens sur le stress, la mission sur les indicateurs de risques psychosociaux confiée à Messieurs Légeron et Nasse suscite de sérieuses réserves.

  • 292 - DOSSIER : HORAIRES DECALES : SALARIES A CONTRETEMPS
    DESRIAUX F.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 24-4
  • 293 - EST CE UNE BONNE HEURE POUR TRAVAILLER ?
    VOLKOFF S.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 26-2

    Les horaires à contretemps du rythme biologique et de la vie sociale sont délétères. Enumération des contraintes nouvelles selon les secteurs professionnels et organisations du travail. Impacts sur la santé et la vie familiale, compromis coûteux élaborés qu’il convient de respecter.

  • 294 - DES EXCEPTIONS MOINS EXCEPTIONNELLES
    BUE J.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 29

    Augmentation des horaires atypiques surtout pour les salariés.

  • 295 - CONCILIER HORAIRES ET ACTIVITE
    PRUNIER POULMAIRE S.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 30-3

    L’analyse de l’activité reste primordiale pour ne pas aggraver les contraintes lors des nouvelles organisations horaires et respecter les connaissances chrono-bio-psycho-toxicologiques.

  • 296 - UNE VIE PROFESSIONNELLE TENTACULAIRE
    GADBOIS C.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 34-3

    Les horaires décalés tendent à amoindrir la qualité de vie des salariés concernés et à perturber l’équilibre familial.

  • 297 - A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU
    MEYER F.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 36-3

    La notion juridique de « travail effectif » représente un compromis bancal entre les attentes contradictoires des salariés et des employeurs concernant les temps de repos et de travail. Précisions réglementaires.

  • 298 - FAIRE LA SIESTE POUR RESTER VIGILANT
    BARTHE B., DUHAMEL C.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 41

    C’est bénéfique pour l’efficience des travailleurs de nuit. Pourquoi ne pas l’institutionnaliser ?

  • 299 - MAISONS EN BOIS RONDS : UN JEU DE CONSTRUCTION
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 2-9

    Intérêt de l’utilisation des tronçonneuses électriques en remplacement des tronçonneuses thermiques dans une menuiserie fabriquant des maisons faites de rondins de bois empilés et ajustés, constat en matière d’amélioration des conditions de travail même si des problèmes restent à régler au sein de l’atelier (encombrement, copeaux de bois, chute….).

ERGONOMIE

  • 300 - MANUTENTION : DES RISQUES CONNUS... MAIS UNE MARGE DE PROGRES CONSEQUENTE
    DUBOIS D.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 4-7

    La préparation et l’organisation des chantiers devraient régler les problèmes de manutention lors de l’approvisionnement, le stockage sur le chantier, la gestion des déchets, les zones de circulation et les EPI adaptés.

  • 301 - ECLAIRAGE : DES SOLUTIONS LUMINEUSES POUR LE CONFORT EN ATELIER ET SUR CHANTIER
    RICHARD A.M.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 30-3

    Bien voir et être vu est un préalable indispensable pour limiter les risques en atelier et sur le chantier. Un bon éclairage du poste de travail réduit également la fatigue visuelle et posturale. Plusieurs critères sont à prendre en compte pour bien choisir son éclairage.

  • 302 - FICHE PRATIQUE DE SECURITE ED 131 : PREVENTION DES RISQUES LIES AUX POSITIONS DE TRAVAIL STATIQUES
    POMIAN J.L., GROSMANN J.L., LEMPERIERE M., L'HUILLIER J.C., FRANCKHAUSER Y., ZANA J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 1-6

    Cette fiche propose des repères visant à aider aux choix d’acquisition d’équipements de travail permettant aux personnes qui travaillent debout de s’asseoir et aux personnes qui travaillent assis de pouvoir travailler en position debout si elles en expriment le besoin.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 303 - CANCERS PROFESSIONNELS : DES PME DU BTP BETONNENT LA PREVENTION
    MARASCHIN J.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 14-1

    Poussières et fumées cancérigènes menacent la santé des salariés du BTP. Exemples de protection, captation de poussières de plomb, de substitution de produits cancérigènes, de réduction d’émission de fumées diesel ou de bitume des engins, de réduction d’émission de poussières des outils vibrants portatifs.

RISQUES PHYSIQUES

  • 304 - CONNAISSANCES, ATTITUDES ET COMPORTEMENTS VIS A VIS DES RISQUES LIES A L'EXPOSITION AUX ULTRAVIOLETS, FRANCE, 2004
    BOTTERO J., LEON C., FOURNIER C.
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 50 / 2007, PP. 420-

    En 2004, un sondage (méthode des quotas) a été réalisé par téléphone auprès d’un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française. Parmi les risques liés à l’exposition aux UV, 90 % des Français identifient les risques de cancers cutanés et 6 % les pathologies oculaires. Conclusion : les cibles prioritaires des campagnes de prévention sont les enfants, les jeunes et les hommes, notamment les travailleurs en extérieur. La détection précoce des pathologies cutanées doit être renforcée.

  • 305 - BRUIT AU TRAVAIL : AMPLEUR DU PROBLEME, ENQUETE IPSOS, FEVRIER 2008
    DICTIONNAIRE PERMANENT SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, BULLETIN N° 298 / 2008, PP. 2900

    Le sondage réalisé par l’Institut IPSOS concernant « Le bruit au travail » révèle l’importance de cette nuisance, véritable risque professionnel qu’un salarié sur deux dit subir.

  • 306 - ORGANISATION DE CHANTIER. LES RISQUES LIES AU BRUIT
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 28-2

    Les risques liés au bruit sont à limiter et à prévenir dès la conception de l’ouvrage. Port d’EPI.

  • 307 - FOCUS. VIBRATIONS : LE POINT, CINQ ANS APRES LA DIRECTIVE
    DONATI P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 44-4

    Environ 2 millions de personnes en France sont exposées aux vibrations au niveau des membres supérieurs. Tous les experts interrogés confirment que lorsque les salariés utilisent plus de 2 heures par jour des machines vibrantes portatives, ils sont vraisemblablement exposés à des niveaux vibratoires supérieurs à 5m/s², VLE fixée par la directive. La directive mentionne une obligation d’évaluation et non de mesure directe, même si la mesure est souvent nécessaire (variabilité, multiplicité des situations) et délicate. L’évaluation essentielle permet de dégager des priorités d’action. L’étiquetage des machines selon leur catégorie vibratoire est un progrès. Les machines anti-vibratiles sont encore souvent considérées comme un luxe.

  • 308 - CHANTIER : L'EAU PULSEE CONTRE LES POUSSIERES
    RICHEZ J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 51

    Utilisation d’une turbine à pulvérisation d’eau sur le chantier de démolition à l’hôpital Saint Joseph à Paris, matériel habituellement utilisé en arboriculture et qui s’est révélé très efficace sur ce chantier avec possibilité de projection d’eau à plus de 30 mètres de distance.

RISQUES CHIMIQUES

  • 309 - EXPOSITION AU MDI DANS 19 ENTREPRISES FRANCAISES - LA MDA URINAIRE COMME BIOMARQUEUR DE L'EXPOSITION
    ROBERT A., DUCOS P., FRANCIN J.M., MARSAN P.
    CAHIERS DE NOTES DOCUMENTAIRES N° 208 / 2007, PP. 7-17

    Le 4,4′-méthylènediphényl diisocyanate (MDI) est mis en oeuvre dans les résines polyuréthannes. Il est irritant et sensibilisant pour les voies respiratoires, sa classification par les instances européennes en catégorie 3 des cancérogènes est à l’étude. L’utilisation du marqueur 4,4′-méthylènedianiline (MDA) urinaire permet d’évaluer l’imprégnation au MDI, intégrant la totalité des voies d’exposition. L’analyse montre que l’excrétion urinaire de MDA est significativement plus élevée chez les salariés exposés et qu’elle est plus élevée en cas d’exposition cutanée avérée. Cependant la MDA n’est pas un marqueur spécifique de l’exposition professionnelle, les expositions chez les témoins peuvent s’expliquer par l’utilisation domestique de laques, de vernis… L’exposition via des aliments et boissons en contact avec ces substances n’est pas exclue. L’étude propose une valeur qui pourrait servir de valeur guide à ne pas dépasser dans les urines en fin de poste.

  • 310 - POINT DE REPERE. L'AMIANTE ET LES METIERS DU SECOND OEUVRE DU BATIMENT, CAMPAGNE DE SENSIBILISATION ET D'INFORMATION
    GUIMON M., COUSIN F., MALENFER M.
    CAHIERS DE NOTES DOCUMENTAIRES N° 208 / 2007, PP. 77-8

    Présentation de la campagne de sensibilisation et d’information, qui permet de faire prendre conscience aujourd’hui, des risques et de lutter contre les idées reçues sur l’amiante.

  • 311 - POINT DE REPERE. CHANTIERS DE DESAMIANTAGE, RESULTATS DE LA CAMPAGNE DE CONTRÔLE 2006 "INSPECTION DU TRAVAIL - PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DES CAISSES DE SECURITE SOCIALE" (AVEC LE SOUTIEN TECHNIQUE DE L'INRS). RETOUR SUR LES CAMPAGNES 2004 ET 2
    BOURGES P., GUIMON M., HERY M., LAMY D.
    CAHIERS DE NOTES DOCUMENTAIRES N° 208 / 2007, PP. 87-9

    936 contrôles ont été effectués, sur des chantiers de retrait d’amiante friable, d’enlèvement de dalles vinyl-amiante, d’interventions sur canalisations amiante-ciment, d’activité « toitures et bardages ». La comparaison des résultats avec ceux des études antérieures montre des progrès notamment dans le développement du travail à l’humide, et l’utilisation d’adduction d’air. A noter que sur cette période de nombreuses entreprises se sont vues retirer leur certification. En revanche, aucun progrès n’est constaté au niveau de la qualité de l’évaluation des risques. Les plans de mesurage sont mal conçus, une trop grande confusion persiste entre les différentes méthodes d’analyse (microscopie optique/microscopie électronique).

  • 312 - SOUDAGE OXYACETYLENIQUE DE CANALISATIONS
    RENARD V.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 58

    Question-réponse. Il est nécessaire de prendre des précautions : aspirer les poussières à la source, ventiler la zone, porter des EPI respiratoires adaptés.

  • 313 - DEGRAISSAGE : LES SOLVANTS PRIS DE VITESSE
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 34-3

    Les fontaines biologiques et lessivielles tendent à remplacer les méthodes de dégraissage traditionnelles avec solvants d’autant que ces solutions utilisant des produits moins dangereux pour la santé apparaissent tout aussi efficaces. Exemple de fonctionnement en entreprise.

RISQUES BIOLOGIQUES

  • 314 - LES AGENTS BIOLOGIQUES SONT SUR BAOBAB
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 11

    Présentation du site www.inrs.fr/baobab, véritable base de données destinées aux préventeurs pour aider à l’évaluation des risques biologiques et qui recense 384 fiches décrivant des agents biologiques.

HYGIENE ET SECURITE

  • 315 - FORMATION. EIFFAGE SENSIBILISE A LA SECURITE AVEC SES SMS
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 16-1

    Le groupe de construction a développé les SMS – savoirs minimaux de sécurité – pour former ses compagnons. Un projet qui vise à leur faire prendre conscience qu’ils sont les acteurs de la prévention au quotidien.

  • 316 - TECHNIQUE : GERER LA SECURITE EN SITE ISOLE
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 18-1

    Pour l’acheminement et l’évacuation des gravats, sur ce site d’accès difficile, avec 12 mètres de dénivelé, utilisation d’un microtracteur avec remorques et treuil.

PREVENTION - PROTECTION

  • 317 - DOSSIER : LES ENTREPRISES FACE AUX "CHANTIERS A RISQUES"
    SAGOT F.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 38-4

    Lors d’opérations de démolition ou de réhabilitation, les entreprises générales de BTP se voient de plus en plus souvent confier des travaux complémentaires à leur activité principale : opérations de retrait d’amiante, travaux de déconstruction, dépollution des sols… Or, si ce type d’intervention constitue pour les entreprises une opportunité de développement et de diversification, il augmente par la même occasion le facteur de risque pour le personnel, les riverains et l’environnement.

  • 318 - ETAT DES LIEUX : DE NOUVELLES ACTIVITES POUR LES ENTREPRISES DU BTP
    SAGOT F.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 40-4

    Les opérations de démolition et de réhabilitation se multiplient en raison des exigences des maîtres d’ouvrage. De nouvelles missions sont confiées aux entreprises qui doivent s’y adapter.

  • 319 - TECHNIQUE : DE LA DEMOLITION A LA DECONSTRUCTION DES OUVRAGES
    SAGOT F.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 42-4

    Une réglementation complexe, de nouvelles exigences environnementales et des délais serrés rendent les opérations de démolition de plus en plus techniques. Un travail qui ne s’improvise pas du jour au lendemain.

  • 320 - TECHNIQUE. DEMOLITION D'UNE USINE EN SHEDS
    SAGOT F.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 44-4
  • 321 - PREVENTION : COMMENT S'ENTOURER DE BONS CONSEILS
    TOULLIEUX A.
    SANTE ET TRAVAIL N° 61 / 2008, PP. 46-4

    Enumération des acteurs de prévention internes, institutionnels, externes à l’entreprise pouvant conseiller le CHSCT et description de leur champ d’expertise.

BTP

  • 322 - BATIMENT : LE POINT SUR LA REGLEMENTATION THERMIQUE DE L'EXISTANT
    BOURGUET V.
    LE MONITEUR N° 5434 / 2008, PP. 50-5

    L’amélioration énergétique du bâti existant soulève des questions économiques, techniques, pédagogiques… la nouvelle réglementation dite élément par élément, est applicable depuis le 1er Novembre dernier pour les programmes de travaux portant sur des bâtiments de moins de 1 000 m². Avant tout incitative, elle implique notamment un changement culturel radical.

  • 323 - GRANDS MOULINS DE PANTIN : DEMOLIR ET RECONSTRUIRE EN SIMULTANE
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 12-1

    Démolition des structures intérieures par le bas, pour maintenir charpente et couverture.

TECHNOLOGIE

  • 324 - TRAVAUX SOUTERRAINS : LES PLUS GRANDS TUNNELIERS DU MONDE AU TRAVAIL EN CHINE
    BEIDELER J.
    LE MONITEUR N° 5434 / 2008, PP. 50-5

    A Shanghai, deux monstres mécaniques de 15,43 m de diamètre – record du monde – creusent un tunnel bi-tubes qui accueillera une autoroute et une ligne de métro.

  • 325 - TRAVAUX SANS TRANCHEE : UN EQUIPEMENT AUTOMATISE BENEFIQUE
    PREVENTION BTP N° 104 / 2008, PP. 21

    Un équipement automatisé bénéfique de renouvellement de canalisations : au fur et à mesure de l’éclatement de l’ancienne canalisation, la nouvelle se met en place (invention SADE).

EPIDEMIOLOGIE

  • 326 - LA COUVERTURE VACCINALE DIPHTERIE, TETANOS, POLIOMYELITE CHEZ L'ADULTE EN FRANCE : RESULTATS DE L'ENQUETE SANTE ET PROTECTION SOCIALE, 2002
    GUTHMANN J.P., FONTENEAU L., ANTONA D., LEVY BRUHL D.
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 51-52 / 2007, PP. 441-

    Il existe peu de données de couverture vaccinale chez l’adulte. Les dernières données nationales concernant la vaccination diphtérie/tétanos/poliomyélite datent de 1990. Les auteurs présentent l’analyse des données issues de l’enquête Santé et protection sociale de 2002. Enquête réalisée sur un échantillon représentatif des ménages de France métropolitaine. Les informations sur la vaccination ont été recueillies à l’aide d’un auto-questionnaire chez les personnes de 16 ans ou plus. Conclusion : même si la comparaison avec d’autres sources de données est en faveur d’une sous-estimation du fait du caractère déclaratif des informations recueillies, les couvertures vaccinales chez l’adulte paraissent insuffisantes pour les trois vaccins, en particulier chez les femmes et les personnes âgées. Des investigations complémentaires sont en cours afin de mieux comprendre les variations de couverture vaccinale en fonction des conditions socio-économiques.

HANDICAPES

  • 327 - HANDICAP ET CONSTRUCTION : TROIS ARRETES PRECISENT L'ACCESSIBILITE DES BATIMENTS
    TOUMIT J.L.
    LE MONITEUR N° 5433 / 2008, PP. 13

    Les principales modifications concernent les cheminements extérieurs, les portes et l’accès aux balcons et terrasses.

  • 328 - CONSTRUCTION NEUVE : ACCESSIBILITE DES BATIMENTS : LES REGLES PRECISEES. ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC : LA MISE EN ACCESSIBILITE COÛTERA 15,5 MILLIARDS
    GAZEAU J.Y.
    LE MONITEUR N° 5435 / 2008, PP. 18

MIGRANTS

  • 329 - IMMIGRATION ECONOMIQUE : UNE CIRCULAIRE FACILITE LE RECRUTEMENT DES TRAVAILLEURS ETRANGERS
    SAADA A., N'HAUX E., MATALON J.M., MIGUET L., DELOHEN P.
    LE MONITEUR N° 5433 / 2008, PP. 10-1

    Les ressortissants des nouveaux Etats membres de l’Union Européenne et ceux des pays tiers peuvent venir exercer en France certains métiers qualifiés. Le BTP est l’un des secteurs ciblés par cette nouvelle mesure .

TRAVAILLEURS AGES

  • 330 - DOSSIER : SENIORS : D'UNE GESTION PAR L'AGE A UNE GESTION DES AGES
    RAVALLEC C., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 1 / 2008, PP. 14-2

    Prolonger les carrières professionnelles dans de bonnes conditions doit passer par une réduction de l’usure professionnelle dès l’entrée dans la vie active et par une plus grande attractivité des emplois en fin de carrière. Une nouvelle gestion de la pénibilité, une plus grande polyvalence et l’accès à la formation continue doivent permettre la revalorisation et la place des seniors dans l’entreprise. L’accompagnement des seniors devient un nouveau défi dans le bâtiment.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 331 - EMPLOI : CONTRAT DE TRAVAIL : CE QUI VA CHANGER
    GITTON C., N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5434 / 2008, PP. 14-1

    Les partenaires sociaux ont bouclé les négociations sur la modernisation du marché du travail. Elles ont débouché sur un accord qui va modifier les relations entre employeurs et salariés. Les cinq mesures phares sont : un nouveau mode de rupture à l’amiable, des périodes d’essai encadrées par catégories, une portabilité des droits en cas de licenciement, une nouvelle indemnité de licenciement, la création d’un CDD de projet.

  • 332 - METIERS EN TENSION : UNE NOUVELLE CIRCULAIRE ORGANISE LA REGULARISATION DE TRAVAILLEURS ETRANGERS
    SAADA A.
    LE MONITEUR N° 5434 / 2008, PP. 17

    Deux conditions sont posées : le travailleur doit disposer de qualifications ou d’expériences professionnelles dans l’un des métiers en tension stipulés dans l’annexe IV de la circulaire du 20 Décembre, et l’employeur doit produire une proposition de contrat de travail à durée indéterminée ou exceptionnellement à durée déterminée mais supérieure à un an.

  • 333 - SALAIRES DU BTP : LES ENTREPRISES JOUENT LA CARTE DE LA REMUNERATION GLOBALE
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5434 / 2008, PP. 84-9

    Les entreprises déploient tous les dispositifs salariaux pour attirer de nouveaux talents et conserver leurs forces vives.

SPORTS

  • 334 - SPORT ET SANTE : APTITUDE AUX SPORTS CHEZ L'ENFANT ET L'ADULTE, BESOINS NUTRITIONNELS CHEZ LE SPORTIF
    ROCHCONGAR P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 16 / 2007, PP. 1837

    La visite médicale d’aptitude à la pratique du sport doit donc être complète. Elle permet au praticien de dépister des contre-indications à certains sports, le plus souvent temporaires. Elle permet aussi d’éliminer les rares facteurs de risque (notamment vis-à-vis d’une éventuelle complication cardiovasculaire). Elle doit être l’occasion de donner des conseils d’hygiène de vie incluant la prévention vis-à-vis du dopage. Enfin, lors de cette visite, le praticien rappelle les bienfaits d’une activité physique régulière répartie sur la semaine, d’au moins 3 heures par semaine.

DIVERS

  • 335 - EMPREINTES GENETIQUES : LEUR UTILISATION A DES FINS POLITIQUES EST ELLE ACCEPTABLE ?
    KAHN A.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 33/34 / 2007, PP. 1129

    Le débat sur l’amendement Mariani, qui prône, en contradiction avec l’esprit de la loi française selon le CCNE (Comité Consultatif National d’Ethique), le recours aux « tests ADN » pour les candidats à l’immigration, relance la question de la primauté de la génétique dans la famille humaine – un paradoxe dans une société où les familles recomposées font florès ! Et que penser des statistiques comportant des données à caractère racial ?