Imprimer

Equipe de lecture :


C. Artola
C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
H. Le Scao
D. Leuxe
M. Loizeau
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 467 - SOCIAL. UN NOUVEAU PLAN SANTE AU TRAVAIL
    LE MONITEUR N° 5556 / 2010, PP. 15

    Un nouveau plan santé au travail avec pour axes la prévention des risques psycho-sociaux, les risques chimiques et les TMS. Et l’objectif de renforcer l’accompagnement des entreprises de moins de 50 salariés dans leurs actions de prévention.

  • 468 - DIRECTIONS REGIONALES DU TRAVAIL. L'INSPECTION MEDICALE AU BORD DE L'ASPHYXIE
    FAYNER E.
    SANTE ET TRAVAIL N° 71 / 2010, PP. 19-2

    Plus de la moitié des postes non pourvus, des sollicitations toujours plus nombreuses et variées, une pénurie de moyens… Les médecins-inspecteurs régionaux du travail sont à la peine, alors que leur mission est cruciale pour défendre la santé au travail.

  • 469 - DEONTOLOGIE. PEUT ON PAYER UN MEDECIN DU TRAVAIL AU MERITE ?
    DAVID P.
    SANTE ET TRAVAIL N° 71 / 2010, PP. 46-4

    A leur tour, les médecins du travail sont évalués, primés et doivent entrer dans le moule de la gestion des ressources humaines. Sauf que ces pratiques sont en contradiction avec les principes déontologiques qui régissent leur mission. Petit rappel de leur statut.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 470 - PREVENTION. L'ENTREPRISE MARTEAU AMELIORE LES CONDITIONS DE TRAVAIL DE SES SALARIES
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5554 / 2010, PP. 76

    Après recensement et suppression – substitution – des produits les plus toxiques, l’accent est actuellement mis sur la prévention des TMS, avec suppression des échafaudages de pied, choix d’ échafaudages en aluminium, utilisation de monte-charges. Un contrat de progrès a été signé avec l’OPPBTP et pour l’accompagner dans ce travail d’amélioration des conditions de travail, l’entreprise s’est adjoint les services d’un bureau de contrôle extérieur.

ERGONOMIE

  • 471 - LES "GESTUELLES" A L'EPREUVE DE L'ORGANISATION DU TRAVAIL : DU CONTEXTE DE L'INDUSTRIE AUTOMOBILE A CELUI DU GENIE CIVIL
    CHASSAING K.
    LE TRAVAIL HUMAIN N° 2 / 2010, PP. 163-

    Les gestes et leur signification sont au centre de préoccupations sociales, que ce soit dans le secteur industriel à travers une volonté persistante de rationaliser les façons de faire ou dans le secteur du Bâtiment Travaux Publics, BTP, où la question de la transmission des savoirs se pose compte tenu du vieillissement de la main-d’oeuvre. Si les gestes sont au coeur de débats dans de nombreux secteurs, ils renvoient néanmoins à des enjeux différents selon que l’on se place du côté de l’entreprise ou de l’opérateur. L’objet de cet article est de montrer, à partir de l’étude de la réalisation des gestes de travail appris sur le tas dans des activités de travail manuel, le lien entre les conditions de réalisation du travail et le développement de ressources gestuelles. Il s’agit ainsi de mettre en évidence l’intérêt d’analyser l’élaboration des gestes professionnels avec l’expérience pour interroger l’organisation du travail.

PATHOLOGIE PROFESSIONNELLE

  • 472 - LE RESEAU NATIONAL DE VIGILANCE ET DE PREVENTION DES PATHOLOGIES PROFESSIONNELLES (RNV3P) : UN RESEAU PERENNE D'EXPERTS AU SERVICE DE LA SANTE AU TRAVAIL
    APTEL M., BONNETERRE V., DE GAUDEMARIS R., PARIS C., LASFARGUES G., CHAMOUX A.
    DOCUMENTS POUR LE MEDECIN DU TRAVAIL N° 122 / 2010, PP. 167-

    L’objectif de cet article est de décrire le Réseau National de Vigilance et de Prévention des Pathologies Professionnelles (RNV3P) et de le situer dans le champ de la veille sanitaire relative aux risques professionnels.

  • 473 - SANTE. HARO SUR LES CANCERS PROFESSIONNELS !
    LACOURCELLE C.
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 4-5

    Nouvelles obligations pour l’employeur, surveillance accrue des autorités, appel à l’action… Depuis quelques mois, le ton se durcit à l’égard des expositions aux facteurs cancérogènes touchant près de deux salariés sur dix dans le bâtiment.

RISQUES CHIMIQUES

  • 474 - RISQUES EMERGENTS. NANOTECHNOLOGIES. DEUXIEME PARTIE : EVALUER LES RISQUES ET PROTEGER SANS ATTENDRE
    LA REVUE PRESCRIRE N° 318 / 2010, PP. 294-

    L’utilisation a précédé l’évaluation des risques environnementaux et sanitaires. Beaucoup de questions, beaucoup d’incertitudes, un cadre juridique peut-être inadapté. Etat des lieux.

  • 475 - PRINCIPE DE PRECAUTION. NANOMATERIAUX : VERS UN SCENARIO AMIANTE ?
    ROMERO J.
    SANTE ET TRAVAIL N° 71 / 2010, PP. 6-9

    Industriels et pouvoirs publics sauront-ils mieux gérer le « risque nanomatériaux » qu’ils ne l’ont fait pour l’amiante ? A voir… Car le marché est si prometteur qu’il est tentant de s’affranchir du principe de précaution, dont l’application s’impose pourtant.

  • 476 - ACTU CHIMIE. NANOMATERIAUX : POUR UN RENFORCEMENT DE LA TRACABILITE
    TRAVAIL ET SECURITE N° 5 / 2010, PP. 12

    Les nanomatériaux ont envahi notre quotidien avec de nombreux produits concernés dans des domaines toujours plus variés (produits BTP, cosmétiques…). «Les incertitudes en matière de risque pour la santé et pour l’environnement témoignent de l’urgence d’agir au nom du principe de précaution». L’Afsset recommande la déclaration et l’étiquetage des produits contenant des nanomatériaux et la mise en place de la traçabilité des expositions.

  • 477 - DOSSIER TRAVAUX DE SOUDAGE : GRAVER LA PREVENTION DANS LE METAL
    BONDEELLE A., BRASSEUR G., RICHEZ J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 5 / 2010, PP. 16-3

    Activité très répandue notamment dans le BTP, le soudage soulève toujours de nombreuses interrogations quant aux risques qu’il est susceptible de générer : intoxications liées aux fumées, cancer et affections pulmonaires, brûlures cutanées, lésions oculaires et auditives, TMS… risques variant selon les procédés, matériaux et gaz employés. L’évaluation des risques est essentielle avant la mise en place de moyens de prévention adaptés. Série d’articles abordant les différents types de soudure, les principaux risques, le suivi médical et les moyens de prévention.

HYGIENE ET SECURITE

  • 478 - AQUITAINE. L'AFPA FORME A LA SECURITE DANS LE BTP
    LE MONITEUR N° 5555 / 2010, PP. 45

    L’AFPA Aquitaine et l’OPPBTP sont désormais partenaires pour développer les formations sécurité dans le BTP. Une convention décline sur la région un accord-cadre national pour la réalisation de formations lourdes avec mises en situation reconstituées dans le domaine de la sécurité dans le BTP : monter et utiliser en sécurité un échafaudage fixe ou roulant, prévention dans les chantiers de couverture et de charpente, des stages sur l’élingage, la mise en oeuvre des banches, la sécurisation des fouilles en tranchées.

PREVENTION - PROTECTION

  • 479 - L'OPPBTP LANCE SON RESEAU DE CORRESPONDANTS PREVENTION
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 7

    Avec Cap Prévention, l’OPPBTP réunit les correspondants des entreprises engagées dans une démarche de progrès.

  • 480 - LES PLATES FORMES ELEVATRICES MOBILES DE PERSONNES
    GLEMAS P.
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 31

    Avant leur mise en service, les points à vérifier pour une utilisation en toute sécurité.

  • 481 - LEVAGE. LA SECURITE SUR LES GRUES A TOUR
    DORBESSAN R., GARROUSTE P.
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 34-3

    Indispensables pour lever ou déplacer les matériaux, les grues à tour sont soumises à des règles de sécurité strictes et précises. Pour limiter les risques, des dispositifs de sécurité sont intégrés sur ces appareils. Explications.

  • 482 - VICTOR LE MENUISIER : UNE PEDAGOGIE DE SENSIBILISATION AUX RISQUES
    BRASSEUR G.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 5 / 2010, PP. 45-4

    L’INRS a développé un outil de formation multimédia : «L’Atelier de Victor le menuisier» qui aborde la prévention des risques professionnels avec analyse des dangers des machines à bois et règles de sécurité à adopter. Récit d’expérience en CFA.

ENVIRONNEMENT

  • 483 - DOSSIER ENVIRONNEMENT INTERIEUR : UNE PROBLEMATIQUE DESORMAIS DE PREMIER PLAN
    GOMBERT D., SQUINAZI F., GUERBET M., FITE J., GALLAND C., MERCKEL O., LE BÂCLE C., BROCHARD G., GEHIN D., BARTHE Y., PIRARD P., CATELINOIS O.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 9 / 2010, PP. 363-

    Longtemps occulté par les enjeux sanitaires associés à l’environnement extérieur, l’environnement intérieur fait désormais l’objet de nombreuses préoccupations et de multiples travaux. D’abord parce que, pour la grande majorité d’entre nous, nous passons l’essentiel de notre vie à « l’intérieur » : c’est donc le déterminant principal de notre exposition. Ensuite parce qu’il est le lieu de toutes les multiplicités : multiplicité des intérieurs, multiplicité des polluants (substances chimiques), polluants microbiologiques, champs électromagnétiques, fibres, rayonnements ionisants, bruit…), multiplicité des sources (environnement extérieur, composition du bâtiment, pratiques et comportements individuels…). Il est aussi le lieu de toutes les complexités : complexité à documenter les expositions au sein des habitats pour mieux prévenir les risques, ce qui suppose d’accéder à l’intimité des personnes, complexité des réglementations et des responsabilités associées, etc… L’Afsset, par son positionnement au coeur des préoccupations sanitaires relatives tant à la population générale que professionnelle, joue un rôle particulier sur ces questions. Ce dossier permettra d’en donner un premier aperçu.

BTP

  • 484 - QUESTIONS A... PASCAL TOGGENBURGER, PRESIDENT DE LA COMMISSION PREVENTION SECURITE DE LA FFB "LA PREVENTION EST UN FACTEUR DE PERFORMANCE"
    TOGGENBURGER P., N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5556 / 2010, PP. 14

    La FFB a organisé la première édition nationale de la Journée de la Prévention. L’objectif est de faciliter la rencontre entre les préventeurs, les salariés et les chefs d’entreprise pour faire passer le message que le bâtiment reste un secteur à risque malgré la diminution des accidents du travail et des maladies professionnelles et que la prévention est un facteur de performance pour l’entreprise.

  • 485 - INNOVATIONS 2010 : TENDANCES, PRODUITS ET REGLES TECHNIQUES
    LE MONITEUR N° SPECIAL / 2010, PP. 3-21

    Panorama des nouvelles tendances, des nouvelles règles techniques, des nouveaux produits, et en particulier : – pp. 14-16 : Pour l’assainissement non collectif, deux nouvelles filières d’avenir pour le traitement des eaux usées : les micro-stations et les filtres plantés de végétaux, – pp. 19-20 : Fiche pratique : le nouveau cadre réglementaire de l’assainissement non collectif, – pp. 21-22 : La protection contre les ondes électromagnétiques, – pp. 41 : La construction en paille révèle ses atouts. Les préoccupations environnementales stimulent l’intérêt pour ce matériau isolant d’origine végétale. La parution de règles va faciliter sa reconnaissance et sa mise en oeuvre dans les constructions, – pp. 118-119 : Des produits qui valorisent la chaleur des eaux grises. Les calories des eaux usées peu chargées suscitent de fortes convoitises. Echangeurs domestiques ou de fond d’égout, bacs de douches récupérateurs… la palette des solutions possibles ne cesse de s’élargir, – pp. 123-124 : Utilisation de l’eau de pluie dans les réseaux à l’intérieur des bâtiments. Précision sur les types d’usages autorisés et les conditions d’installation, – pp. 125-126 : Le diagnostic électrique obligatoire remis par le propriétaire à tout nouvel acquéreur d’un logement, – pp. 156-157 : La thermographie infrarouge se met à la portée des entreprises. Elle permet de répondre à bon nombre de questions se posant au quotidien sur les chantiers tels que la mise en évidence d’un pont thermique, l’absence d’isolant, une fuite d’air, la présence d’humidité ou un défaut dans un plancher chauffant, – pp. 159 : Des robots rectifient les dalles en béton. Utiliser des chariots élévateurs de grande hauteur impose une rigoureuse planéité du sol sur lequel ils circulent. Seule la rectification par ponçage permet de l’obtenir, – pp. 161-162 : Les fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FES) : elles sont le premier pas vers l’évaluation environnementale détaillée d’un projet, – pp. 163-164 : Comment dresser un bilan carbone : la méthode Bilan carbone® de l’Ademe s’est imposée comme un outil utile aux acteurs de la construction et de l’exploitation de l’immobilier.

  • 486 - TOUS CONCERNES
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 8

    Actualités relatives à plusieurs accidents du travail survenus sur divers chantiers du BTP.

  • 487 - DOSSIER CONSTRUCTION BOIS : BÂTIR DE NOUVELLES OPPORTUNITES
    WACHE O.
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 13-1

    Dans un contexte où la préoccupation environnementale progresse, le marché de la construction bois attire autant les particuliers que les professionnels. S’il revêt d’indéniables atouts, ce mode constructif impose également une approche professionnelle et nécessite des outils pour garantir le sérieux de ses intervenants. Reportage sur La Résinière, entreprise girondine qui diversifie sa gamme.

  • 488 - HÔPITAL DE METZ : OBJECTIF ZERO DEFAUT
    GUERIT G.
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 18-2

    Chantier à façades inclinées, voiles cintrés en béton autoplaçant… Cet ouvrage constitué de « plots » très imbriqués génère une quantité importante de contraintes techniques, le tout dans le cadre d’un planning tendu.

  • 489 - MAISONS INDIVIDUELLES : UNE SOMME DE CONTRAINTES
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 22-2

    L’entreprise Monrocq s’est positionnée sur le marché de la maçonnerie comme de l’ossature bois. Un choix qui implique des compétences transversales.

TECHNOLOGIE

  • 490 - TECHNOLOGIE. LES BETONS PRENNENT DE LA HAUTEUR
    ROSSI P.
    LA RECHERCHE N° 442 / 2010, PP. 56-5

    A Dubaï, la tour la plus haute du monde, avec ses 828 mètres de hauteur et ses 160 étages, est constituée notamment de béton. Un matériau longtemps décrié, que la technologie a révolutionné : bétons à très haute résistance, bétons fibrés ultra-performants, et, pourquoi pas, bientôt des bétons « verts »…

  • 491 - INDUSTRIE CHIMIQUE ET NOUVELLE TOXICOLOGIE "NOUS DEVONS CONSTRUIRE UNE NOUVELLE TOXICOLOGIE"
    LE MEUR H., HARTUNG T.
    LA RECHERCHE N° 442 / 2010, PP. 75-7

    Le 30 Novembre prochain, Reach, la réglementation qui impose d’évaluer la toxicité de tous les produits chimiques fabriqués ou importés en grosse quantité en Europe, franchira une nouvelle étape. Au-delà de cette date, toute substance qui ne sera pas enregistrée pour être testée ne pourra plus être ni produite ni vendue. Reste que la mise en oeuvre de ces tests pose certains problèmes. Les méthodes actuelles reposent essentiellement sur l’étude des effets sur les animaux. Or leur nombre est insuffisant. De plus elles peuvent laisser passer des produits toxiques ou en incriminer à tort. Pour certains, Reach serait donc aussi l’occasion de promouvoir une nouvelle approche toxicologique. A condition d’échapper à l’inertie des réglementations internationales.

  • 492 - DOSSIER. MAISONS PASSIVES : OPTIMISER L'UTILISATION DE TOUTES LES ENERGIES GRATUITES
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 298 / 2010, PP. 60-8

    A l’heure des économies d’énergie, le principe des maisons passives utilise le différentiel de température entre intérieur et extérieur pour chauffer l’habitation sans chauffage extérieur mais avec l’aide des énergies « gratuites » (soleil, etc…). Cela nécessite des techniques rigoureuses afin d’éviter de nouveaux risques, notamment en terme de ventilation.

  • 493 - MAINTENANCE DE PANNEAUX SOLAIRES
    FERON L.
    PREVENTION BTP N° 128 / 2010, PP. 28-2

    La maintenance des équipements solaires nécessite le plus souvent l’accès à des toits pentus et un travail en hauteur pour une courte durée. Une situation spécifique où le risque de chute de hauteur est présent. Aussi, les employeurs doivent prendre des mesures pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs en appliquant les principes généraux de prévention, en priorité les mesures de protection collective sur les mesures de protection individuelle.

EPIDEMIOLOGIE

  • 494 - LE CALENDRIER DES VACCINATIONS ET LES RECOMMANDATIONS VACCINALES 2010 SELON L'AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 14-15 / 2010, PP. 121-

    Principales innovations : – Vaccination systématique pour les infections invasives à méningocoque C, – Vaccin conjugué 13-valent au lieu de 7-valent pour les infections invasives à pneumocoque, – Rappel de la nécessité de la vaccination et des rattrapages pour la rougeole. Recommandations de plus en plus étoffées, disponibles sur le BEH en ligne.

  • 495 - NUMERO THEMATIQUE. JOURNEE MONDIALE SANS TABAC, 31 MAI 2010
    WEBER F., HILL C., JOUGLA E., BECK F., KARSENTY S., HIRSCH A., GUERIN S., BORGET I., THOMAS D., SEGURET F...
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 19-20 / 2010, PP. 209-

    Quatre articles techniques, éventuellement utiles pour une présentation : – Le point de l’épidémie de cancer du poumon dû au tabagisme, – Les évolutions de la consommation de tabac en France de 1999 à 2008, – Impact de l’interdiction de fumer dans les lieux publics sur le risque d’infarctus, – Prix du tabac en France et conséquences sur les ventes et sur la consommation.

  • 496 - DETERMINANTS DU RETOUR A UNE PLOMBEMIE INFERIEURE AU SEUIL D'INTOXICATION EN ÎLE DE FRANCE (1992-2006)
    GUERIN O., CARRE N., GARNIER R.
    REVUE D'EPIDEMIOLOGIE ET DE SANTE PUBLIQUE N° 3 / 2010, PP. 181-

    Compte tenu des conséquences sanitaires graves d’une intoxication par le plomb (plombémie [Pb] supérieure ou égale à 100 µg/L), les objectifs de cette étude étaient d’estimer les délais et d’identifier les facteurs associés au retour à une Pb inférieure à 100 µg/L, selon la sévérité de l’intoxication. Le système de surveillance du saturnisme infantile en Île de France (SSSIILF) enregistre systématiquement des Pb de primo-dépistage et de suivi des enfants de la région depuis 1992. Conclusion. Même s’il a diminué ces dernières années, le délai de retour à une Pb inférieure à 100 µg/L se mesure en années et varie selon les facteurs de risque connus d’intoxication ainsi que selon le département de prise en charge. Le dépistage précoce de l’intoxication chez les enfants appartenant à des groupes à risque, suivi de la mise en oeuvre rapide de mesures médico-sociales adaptées, est nécessaire.

INFORMATIONS MEDICALES

  • 497 - STRATEGIES. ENREGISTREMENT AMBULATOIRE DE LA PRESSION ARTERIELLE : TROP PEU EVALUE EN TERMES DE COMPLICATIONS CARDIOVASCULAIRES
    LA REVUE PRESCRIRE N° 318 / 2010, PP. 276-

    L’enregistrement ambulatoire de la pression artérielle est parfois utile en seconde intention, notamment en cas d’effet «blouse blanche», mais il n’est pas établi qu’il reflète forcément mieux la réalité que des mesures ponctuelles répétées.

SANTE PUBLIQUE

  • 498 - LOI DE SANTE PUBLIQUE ET POLITIQUE DE SANTE
    TABUTEAU D.
    SANTE PUBLIQUE N° 2 / 2010, PP. 253-

    La loi du 9 Août 2004 a marqué une nouvelle étape dans la définition d’une procédure d’élaboration de la politique de santé en France. La loi quinquennale a permis de formaliser des objectifs de santé publique mais elle est restée une loi de programmation sans moyens. En outre le déferlement législatif qu’a connu le secteur de la santé au cours de ces dernières années en a largement dilué les effets. Il est indispensable de dépasser le cadre ainsi défini pour parvenir à une politique couvrant l’ensemble des champs de l’action publique sanitaire et à une démarche unifiant les politiques de santé publique et d’assurance maladie. La politique de santé pourrait s’articuler autour de quatre ambitions : l’amélioration des résultats sanitaires, la réduction des inégalités, l’efficience du système de santé et l’avancée de la démocraie sanitaire.

DIVERS

  • 499 - MONOGRAPHIE. PODOLOGIE : UNE DISCIPLINE EMINEMMENT CLINIQUE
    DAMIANO J., MORVAN G., WYBIER M., MATHIEU P., VUILLEMIN V., GUERINI H., STERIN P., ZEITOUN F., BOSSARD P., BOUYSSET M....
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 3 / 2010, PP. 325-

    Dossier sur les pathologies du pied, en passant par les rappels anatomiques, normaux ou pas, des orientations étiologiques devant des douleurs, etc.

  • 500 - CONSULTATIONS MEDICALES. PLASMODIUM KNOWLESI. Y PENSER DEVANT TOUT ACCES PALUSTRE DE RETOUR D'ASIE DU SUD EST
    DIA A., DE LAVAL F., PRADINES B., DEPARIS X.
    LE CONCOURS MEDICAL N° 9 / 2010, PP. 382

    Connu chez le singe, Plasmodium Knowlesi peut également se retrouver chez l’homme, depuis 2004, identifié à tort comme étant P. Malariae. Il est important de l’identifier (uniquement par PCR) car si la stratégie thérapeutique est identique du fait de l’absence de résistance à la chloroquine et de reviviscences tardives, il nécessite cependant une surveillance renforcée, car une évolution vers une forme grave est possible.

  • 501 - EMPLOI. GROUPEMENT D'EMPLOYEURS : PARTAGEZ VOS SALARIES
    WANAVERBECQ C.
    LE MONITEUR N° 5554 / 2010, PP. 74-7

    Le groupement d’employeurs est une solution pour les entreprises qui n’ont pas les moyens de recruter un salarié à plein temps. Une formule qui leur permet de partager des personnes compétentes avec d’autres entreprises.