Imprimer

Equipe de lecture :


C. Bion
F. Bladier
A. Boscher
C. Clappier
A.C. D’Apolito
H. Le Scao
C. Legoux-Duvant
D. Leuxe
M. Loizeau
N. Michel
J.J. Philippon
B. Robert
S. Rocquelin
M. Seifollahi
A. Touboul
R. Touboul
M.L. Vibert

MEDECINE DU TRAVAIL

  • 471 - FICHE MEDICO PROFESSIONNELLE : LE CARROSSIER
    CAHIERS DE MEDECINE INTERPROFESSIONNELLE N° 4 / 2007, PP. 1-2

    Cette fiche peut concerner certaines des activités dans les dépôts d’engins, pour l’entretien des engins et des véhicules.

  • 472 - 45EMES JOURNEES SANTE TRAVAIL DU CISME : LA SANTE AU TRAVAIL DE DEMAIN, PERMANENCES ET MUTATIONS, PARIS, 15 17 OCTOBRE 2007
    BIARDEAU B., OZKAN RABRET E.
    CAHIERS DE MEDECINE INTERPROFESSIONNELLE N° 4 / 2007, PP. 379-

    Synthèse des travaux de présentation des expérimentations régionales, des travaux de mises en réseau et de partenariats.

  • 473 - APPORT DU MEDECIN DU TRAVAIL DANS LA SURVEILLANCE DES PATHOLOGIES D'ORIGINE PROFESSIONNELLE
    INVS
    SECURITE ET MEDECINE DU TRAVAIL N° 154 / 2007, PP. 29-3

    Cet article définit le rôle de l’InVS et le programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP). Les premiers résultats d’une enquête réalisée en 2005 montrent que les TMS et la souffrance psychique sont, de loin, les MCP les plus retrouvées.

  • 474 - IPRP : SANTE AU TRAVAIL ET TPE : LA DYNAMIQUE DE LA PLURIDISCIPLINARITE
    RICHEZ J.P.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 4 / 2008, PP. 12-1

    Bilan de la pluridisciplinarité en matière de santé et de prévention des risques professionnels trois ans après sa mise en place : enquête, investigation, vers une nouvelle dynamique.

CONDITIONS DE TRAVAIL

  • 475 - QUESTIONS A... VALERIE LANGEVIN, INRS "LE DEPISTAGE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX DANS L'ENTREPRISE EST UNE PHASE CRUCIALE"
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5444 / 2008, PP. 103

    La brochure « Dépister les risques psychosociaux, des indicateurs pour vous guider », publiée récemment par l’INRS, dresse une liste des indicateurs de dépistage des risques psychosociaux : ceux liés au fonctionnement de l’entreprise et ceux liés à la santé et à la sécurité des salariés.

  • 476 - UN NOUVEAU RISQUE PROFESSIONNEL ? PROPOSITIONS POUR UN CONSENSUS D'APPROCHE D'UN "INDICATEUR GLOBAL DE STRESS"
    PHAN CHAN THE E., ATTAL G., ATTAL D.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 99 / 2008, PP. 76-9

    Le rapport sur la détermination, la mesure et le suivi des risques psychosociaux au travail de M. NASSE et du Docteur LEGERON préconise notamment la construction d’un « indicateur global tiré d’une enquête psychosociale ». Cette enquête est obligatoire et serait sous la forme de questionnaires auto-administrés de périodicité annuelle. Au niveau pratique et dans un souci d’efficacité, le concept d’un « indicateur global de stress » (IGS) implique a priori un choix minimal de « grilles de lecture » et une pondération aussi simple que possible des niveaux de gravité affectés à certaines de ses dimensions. Des « indicateurs spécifiques » seront aussi utiles pour le suivi des conséquences du risque psychosocial.

ACCIDENTS DU TRAVAIL - MALADIES PROFESSIONNELLES

  • 477 - EXPLOSIONS DE GAZ : LES TRAVAUX PRES DES RESEAUX SERONS MIEUX ENCADRES
    BEIDELER J.
    LE MONITEUR N° 5443 / 2008, PP. 20

    Les causes des explosions sont le non-respect des procédures préalables aux travaux, les défaillances dans la cartographie des réseaux, et l’emploi de certaines techniques dangereuses sur les chantiers de travaux publics.

  • 478 - ESSAIS : POUR DETECTER LES PIETONS SUR LES CHANTIERS
    LARCHER C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 4 / 2008, PP. 40-4

    Prévention des risques d’écrasement de piétons lors des manoeuvres d’engins : l’entreprise Deschiron s’est portée volontaire pour expérimenter un détecteur de personnes, par ondes électromagnétiques, en collaboration avec l’INRS. Les premiers résultats ont été satisfaisants. La phase suivante de préproduction est lancée.

RISQUES PHYSIQUES

  • 479 - ENQUETE. LA BATAILLE DU DEMANTELEMENT NUCLEAIRE EST ENGAGEE
    BEIDELER J.
    LE MONITEUR N° 5445 / 2008, PP. 52-5

    Le marché du démantèlement nucléaire intéresse fortement les entreprises du BTP. L’amélioration de la maîtrise des coûts de déconstruction est essentielle pour la filière nucléaire. Les marchés traités au forfait ne font pas l’unanimité.

RISQUES CHIMIQUES

  • 480 - LES NANOTUBES DE CARBONE : QUELS RISQUES, QUELLE PREVENTION ?
    RICAUD M., LAFON D., ROOS F.
    CAHIERS DE NOTES DOCUMENTAIRES N° 210 / 2008, PP. 43-5

    Malgré le développement de ces particules dans le domaine de la recherche et de l’industrie, il n’existe que peu de données sur leurs effets sur la santé. Les nanotubes de carbone présentent des propriétés physiques, chimiques, biologiques variables. Leur emploi est également d’une grande diversité. Il n’existe aucune réglementation à l’heure actuelle. La plupart des données sur leur toxicité vient de l’expérimentation animale. Toutefois, il a été montré leur insolubilité, leur capacité à pénétrer à l’intérieur des cellules, leur cytotoxicité. L’attitude retenue est donc celle du « principe de précaution ».

  • 481 - IMPACT DE REACH SUR LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS
    POUJOULAS C.
    SECURITE ET MEDECINE DU TRAVAIL N° 154 / 2007, PP. 17-1

    REACH va améliorer la santé au travail, par une meilleure connaissance des dangers, par une amélioration de la transmission des données, par une incitation à la substitution des substances. En 2001, dans les 15 Etats Membres de l’Union Européenne : environ 30 % des maladies professionnelles étaient provoquées par des expositions aux produits chimiques et 5 500 décès étaient liés à ces produits.

HYGIENE ET SECURITE

  • 482 - HYGIENE ET SECURITE : DES PEINES ALTERNATIVES POUR LES INFRACTIONS A LA LEGISLATION
    BOUGEARD N.
    LE MONITEUR N° 5447 / 2008, PP. 102

    Mauvaise élève en matière d’accidents du travail (64,66 pour mille et en 2006, dix accidents du travail mortels sur les 158 enregistrés en France), la Bretagne saisit le problème à bras-le-corps : une convention de partenariat a été signée entre la direction du travail, l’OPPBTP, et les parquets des tribunaux de grande instance : des procureurs pourront proposer aux auteurs d’infractions aux règles d’hygiène et sécurité une mesure alternative aux sanctions pénales sous forme de stage. Une fois le stage effectué, le Procureur décide de l’inscrire ou non au casier judiciaire. Ceci pour les infractions mineures, et en aucun cas, pour les accidents ayant provoqué la mort ou une incapacité.

  • 483 - ACTU ETRANGER. SAINT GOBAIN (EN CHINE) : LA LONGUE MARCHE VERS LA SECURITE
    KAN E., ZHENG A., VAUDOUX D.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 4 / 2008, PP. 14-1

    Des entreprises étrangères s’engagent en faveur de la sécurité et proposent des conditions de travail proches de celles de l’Europe.

  • 484 - REGISTRES OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE
    MENARD A.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 4 / 2008, PP. 38-3

    La réglementation en santé et sécurité du travail impose à l’employeur de tenir un grand nombre de registres et documents. Il doit les établir en respectant les mentions obligatoires, les mettre à jour, les conserver et les communiquer aux destinataires prévus par les textes. Le non-respect de ces obligations est passible de sanctions pénales.

PREVENTION - PROTECTION

  • 485 - DOSSIER : CHOISIR ET GERER LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE
    SEILLAN H., SIEFFERT R., PICARD J.M., HASS P., CHELINGUE C.
    PREVENTIQUE SECURITE N° 99 / 2008, PP. 28-3

    L’homme au travail, ne pouvant toujours évoluer dans un environnement non dangereux et sain, doit disposer d’équipements de protection individuelle, dits EPI. Leur port est une obligation que le chef d’entreprise a mission d’imposer. Ce dossier vise à éclairer les utilisateurs et les acheteurs sur : les enjeux de leur conception, fabrication et distribution, les contraintes juridiques et normatives, les caractéristiques du marché français, les bonnes pratiques gestionnaires.

  • 486 - PERSPECTIVES ET ENJEUX DE LA PREVENTION EN EUROPE
    GUILLEMIN M.
    SECURITE ET MEDECINE DU TRAVAIL N° 154 / 2007, PP. 60-6

    Il ne faut pas attendre que le « fléau devienne trop évident » pour intervenir. Le concept de santé au travail date des années 1990. Dans cet article, le plan quinquennal de Santé au Travail (2006-2011) de l’OMS est décrit avec ses enjeux, ses défis et le rôle de la « transdisciplinarité ».

  • 487 - DOSSIER : TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES : BIEN S'EQUIPER POUR RESTER DANS LE MOUVEMENT
    RICHEZ J.P., RAVALLEC C., CHERON C.
    TRAVAIL ET SECURITE N° 4 / 2008, PP. 22-3

    De nouvelles logiques de logistique routière, de nouveaux dispositifs de sécurité, engagement de l’Etat, de la CNAMTS et des Fédérations de Transports.

BTP

  • 488 - ENTRETIEN AVEC JEAN LARDIN, PRESIDENT DE LA CAPEB : "EN ROUTE VERS LES ECO ARTISANS"
    BEIDELER J., PIERNAZ P., VAYSSE F.
    LE MONITEUR N° 5445 / 2008, PP. 16-1

    La Capeb a choisi Perpignan, première ville à énergie positive en France pour tenir son assemblée générale et dévoiler le label éco-artisan qui sera déployé dans son réseau d’ici à la fin 2008. Pour appartenir au réseau éco-artisan, il faudra respecter un cahier des charges, améliorer la qualité du service, savoir évaluer l’état d’un bâti, proposer des solutions, pouvoir répondre globalement à la prestation qu’attend la clientèle.

TECHNOLOGIE

  • 489 - DOSSIER : BETON : MATERIAU SINGULIER, EXPRESSIONS PLURIELLES
    DEGIOANNI J.F., CHESSA M., DEVIGE STEWART T., BOURGUET V.
    LE MONITEUR N° 5446 / 2008, PP. 67-8

    «Le béton manufacturé a un boulevard devant lui», entretien avec Pierre BROUSSE, président de la Fédération de l’Industrie du Béton et du Centre d’Etudes et de Recherches de l’Industrie du Béton. L’industrie du béton va bien même si des problèmes structurels comme la proximité des ressources des matières premières demeurent. Avec des exemples comme : – un «prisme» de béton ponctué de verre, – un toit monolithe en porte–à–faux, – une façade enveloppée de motifs drapés. Deux nouveaux produits, «Chronolia» peut être décoffré en 4 heures, et «Extensia» à retrait limité, permet de réaliser des dallages de 400 m² d’un seul tenant. L’utilisation de verre granulé expansé permet d’alléger le béton, des sédiments maritimes ou fluviaux remplacent le ciment, du béton végétal et minéral sans ciment est en cours d’expérimentation.

  • 490 - INSTALLATION ELECTRIQUE : 35 MILLIONS DE COMPTEURS A CHANGER
    GUEZEL J.C.
    LE MONITEUR N° 5447 / 2008, PP. 16-1

    EDF va désigner le vainqueur d’un énorme appel d’offres pour le changement de tous les compteurs domestiques. Face à un marché d’installation multiplié par 10, les entreprises devront mobiliser 5 000 personnes pendant cinq ans. Ce programme vise à généraliser en France l’utilisation des techniques de télérelève et de télégestion des installations électriques. Les fournisseurs profiteront de ce changement pour diversifier leurs tarifs, proposer d’autres services et réaliser un maximum d’opérations à distance.

  • 491 - ISOLANT A CHANGEMENT DE PHASE POUR AMELIORER L'INERTIE THERMIQUE
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 277 / 2008, PP. 63

    Description d’un nouveau produit d’isolation en plaques avec de la paraffine encapsulée qui se liquéfie selon la température, permettant ainsi l’absorption de la chaleur de la pièce.

EPIDEMIOLOGIE

  • 492 - CALENDRIER VACCINAL 2008 - AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 16-17 / 2008, PP. 131-

    Les principales modifications portent sur la coqueluche. La stratégie du «cocooning» (vaccination autour d’un nourrisson présent ou à venir), mal appliquée, est renforcée par des recommandations de rappels à la pré-adolescence et/ou lors d’un rappel dTP (notamment celui de 26-28 ans) chez les adultes n’ayant pas reçu de vaccination depuis plus de 10 ans. (Nota : il n’y a pas lieu d’administrer plus d’une dose de vaccin dTcaPolio à l’âge adulte.) Des avis détaillant certaines positions complètent ces recommandations.

  • 493 - PROPOSITION DE MODIFICATION DES RECOMMANDATIONS DE PREVENTION DU PALUDISME POUR CINQ PAYS D'AFRIQUE DE L'OUEST
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 19 / 2008, PP. 167

    Le Centre National de référence du Paludisme préconise de faire passer en groupe 3 le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Tous les pays d’Afrique hormis Madagascar seront donc situés en groupe 3, où, en plus d’une prévention vigilante des piqûres de moustiques nocturnes, une chimioprophylaxie par l’atovaquone-proguanil, la méfloquine ou un monohydrate de doxycycline s’impose.

  • 494 - RECOMMANDATIONS SANITAIRES POUR LES VOYAGEURS 2008
    BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE N° 25-26 / 2008, PP. 225-

    Publication annuelle avec mises à jour surtout pour la zone de fièvre jaune en Amérique du Sud, pour le paludisme (passage en zone 3 de cinq pays d’Afrique, séjours itératifs, traitement présomptif) et pour les autres risques liés aux insectes ou autres animaux. Dans le chapitre «Précautions en fonction des personnes», le paragraphe concernant les enfants a été enrichi et celui destiné aux personnes âgées complètement réécrit.

PATHOLOGIE GENERALE

  • 495 - MONOGRAPHIE. LOMBALGIES, RASSURER, ET PREVENIR L'INVALIDITE
    VALAT J.P., ROZENBERG S., BELLAÏCHE L., PETROVER D., MARTY M., LEGRAND E., HOPPE E., BOUVARD B., MASSON C., AUDRAN M....
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 3 / 2008, PP. 265-

    La lombalgie n’est pas, en soi, une maladie mais un symptôme qui peut relever de causes variées. C’est la raison pour laquelle toute lombalgie justifie une consultation médicale. Les lombalgies communes sont très fréquentes en France et dans les autres pays industrialisés. La prévalence cumulée (le pourcentage de la population adulte qui souffre ou a souffert de lombalgies) est de l’ordre de 70 %. Le poids économique des lombalgies communes est élevé. En l’état actuel des connaissances, le traitement de l’invalidité lombalgique constituée reste difficile, et ses résultats aléatoires. La prévention de l’invalidité lombalgique est donc essentielle, elle repose sur une meilleure prise en charge initiale et sur l’identification précoce des facteurs de risque.

  • 496 - FMC : LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE
    LEGER P.
    PANORAMA DU MEDECIN N° 5096 / 2008, PP. 27-3

    Les résultats de l’étude Interheart affinent la longue liste des facteurs de risque cardiovasculaire. Neuf facteurs de risque représentent 90 % des causes d’infarctus du myocarde : le tabagisme, le rapport Apo B/Apo A1, l’HTA, le diabète, l’obésité abdominale, les facteurs psychosociaux, l’insuffisance d’apport alimentaire en fruits et légumes, l’insuffisance d’activité physique, l’absence de consommation modérée d’alcool. Le tabagisme et la dyslipidémie représentent à eux seuls les deux tiers des accidents cardiovasculaires.

INFIRMIERES

  • 497 - LE SECRET PROFESSIONNEL
    VENCHIARUTTI L., CHEVILLOTTE J.
    LA REVUE DE L'INFIRMIERE N° 139 / 2008, PP. 31-3

    Depuis la loi du 4 Mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, le secret professionnel constitue un droit de la personne soignée. Il doit être strictement respecté par les soignants.

TOXICOMANIE

  • 498 - QUELS PATIENTS DOIT ON ADRESSER A L'HOPITAL POUR LA PRISE EN CHARGE DE LEUR TABAGISME ?
    LE FAOU A.L.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 3 / 2008, PP. 245-

    Les fumeurs fortement dépendants au tabac avec une durée d’exposition longue au tabagisme constituent des candidats potentiels du groupe des hard-core smokers, c’est-à-dire les fumeurs résistants au sevrage. Ces derniers doivent en conséquence bénéficier d’une prise en charge spécialisée dans une consultation de tabacologie.

INFORMATIONS SOCIALES

  • 499 - EMPLOI : HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE VOLUME RESTE STABLE
    GITTON C.
    LE MONITEUR N° 5445 / 2008, PP. 94-9

    La loi en faveur de l’emploi et du pouvoir d’achat améliore le régime fiscal et social des heures supplémentaires. La mesure a permis d’améliorer la rémunération des salariés bénéficiaires, sans accroître l’utilisation de ces heures par les entreprises.

  • 500 - INSERTION : LES ENTREPRISES S'OUVRENT A DES PUBLICS ELOIGNES DE L'EMPLOI
    WANAVERBECQ C.
    LE MONITEUR N° 5446 / 2008, PP. 126-

    Les clauses d’insertion sociale dans les marchés publics contraignent les entreprises du BTP à intégrer des personnes éloignées de l’emploi. C’est aussi pour elles une opportunité de trouver de nouveaux viviers de recrutement.

DIVERS

  • 501 - L'HYPERSOMNIE IDIOPATHIQUE : A PROPOS D'UN TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ UNE MONITRICE D'AUTO ECOLE
    BUBNIC A., LOCHER F., BAYON V., LEGER D.
    CAHIERS DE MEDECINE INTERPROFESSIONNELLE N° 4 / 2007, PP. 363-

    Diagnostic, diagnostics différentiels, avis d’aptitude, place de la réglementation.

  • 502 - LES MEDICAMENTS QUI TRAVERSENT LA PEAU
    PENEL H.P., DE LA TAILLE R.
    LA RECHERCHE N° 416 / 2008, PP. 80-8

    Ces petits adhésifs permettent d’administrer, dans un but médical, une substance active à travers la peau. Le sevrage tabagique a fait leur célébrité, mais ce n’est pas leur unique champ d’application. Ils offrent de nombreux avantages. En premier lieu, ils éliminent le risque de dégradation du médicament par les sucs gastriques, la métabolisation hépatique ou la voie intestinale. Le patch élimine le risque de troubles digestifs liés à l’ingestion d’une substance. Contrairement aux autres procédés qui entraînent des pics de concentration dans le système sanguin, le patch libère les substances actives qu’il contient avec une bonne régularité au fil des heures.

  • 503 - LE DON DU CORPS A LA SCIENCE
    WERBROUCK A., MANAOUIL C., JARDE O., FOULON P.
    LA REVUE DU PRATICIEN N° 3 / 2008, PP. 253-

    Le don est un acte essentiel pour la recherche et l’enseignement médical. Il résulte d’une décision personnelle passant par une procédure écrite et aboutissant à la création d’une carte de donneur.

  • 504 - STRATEGIES. MIEUX SE PROTEGER DES INFECTIONS LIEES AUX MOUSTIQUES
    LA REVUE PRESCRIRE N° 296 / 2008, PP. 436-

    La durée de protection des répulsifs diffère selon les insectes, le milieu ambiant et les utilisateurs. Elle dépend aussi de la concentration appliquée. Le DEET reste le répulsif le mieux évalué, mais l’IR 35/35 et l’icaridine semblent également efficaces. Les moustiquaires imprégnées, voire les vêtements imprégnés (à la perméthrine) sont également utiles. Les dispositifs diffusant des insecticides ont été peu évalués en terme d’efficacité comme d’effets à long terme. Au total, article de synthèse comprenant également un tableau des produits actuellement sur le marché.

  • 505 - "LE DEVELOPPEMENT DURABLE CHANGE NOS METIERS" : ENTRETIEN AVEC FRANCOIS XAVIER AMBLARD, PRESIDENT DE LA CHAMBRE DE L'INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE (CICF)
    ERRARD D.
    LE MONITEUR N° 5443 / 2008, PP. 14-1

    Evocation des mutations qui attendent la profession avec les exigences du développement durable. Cela va du zéro papier grâce aux nouvelles technologies de l’information, à la construction de bâtiments qui produisent l’énergie qu’ils consomment en passant par le recours aux visio-conférences qui limitent les déplacements pour les produire.

  • 506 - PATRICK BERNASCONI, PRESIDENT DE LA FEDERATION NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS "IL FAUT UNE VISION PROSPECTIVE DES INFRASTRUCTURES D'ICI A 2020"
    BEIDELER J., PIERNAZ P.
    LE MONITEUR N° 5444 / 2008, PP. 14-1

    A l’heure du bilan de son premier mandat, il veut positionner les entreprises de travaux publics en acteurs incontournables du développement durable.

  • 507 - RESPONSABILITE SOCIALE : VINCI EVALUE SES PRATIQUES EN MATIERE D'EGALITE DES CHANCES
    N'HAUX E.
    LE MONITEUR N° 5444 / 2008, PP. 102

    Pour son premier audit sur sa politique de diversité et d’égalité des chances, Vinci a retenu quatre thèmes : la mixité homme/femme, la place des personnes handicapées, l’intégration des personnes issues de l’immigration et l’emploi des séniors.

  • 508 - ENQUETE. ACCESSIBILITE : LES PROMOTEURS VIVENT LA LOI COMME UNE CONTRAINTE SUPPLEMENTAIRE
    VAYSSE F.
    LE MONITEUR N° 5446 / 2008, PP. 56-5

    La loi de 2005 sur l’accessibilité se traduira par des mètres carrés supplémentaires dans les logements neufs. Cuisines ouvertes, chambres et toilettes plus grandes, séjour réduit… les plans seront modifiés ? L’attestation de conformité à la livraison suppose une intégration en amont des nouvelles obligations.

  • 509 - POLLUTION ELECTROMAGNETIQUE : LES LAMPES BASSE CONSOMMATION CONCERNEES
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 277 / 2008, PP. 7

    A l’heure des économies d’énergie, l’utilisation d’ampoules basse tension est en pleine expansion. Malheureusement, une étude récente vient de trouver que ces lampes accroissent considérablement le rayonnement radioélectrique émis (tout appareil électrique génère un champ électromagnétique, champ électrique en volt par mètre et magnétique en micro Tesla). La législation recommande des VME de 0.25 micro Tesla et de 0,6 V/m. Ces lampes, selon la distance, peuvent générer des champs de 2 à 100 V/m voire plus, il faut donc déconseiller leur utilisation à proximité du lit ou du bureau !

  • 510 - INFLUENCES DE LA COULEUR SUR LA PERCEPTION DU CADRE BÂTI (DOSSIER : COULEURS)
    LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT N° 277 / 2008, PP. 38-4

    On connait l’influence des couleurs sur l’humeur. Cet article détaille et donne des exemples de l’utilisation de ces propriétés dans l’aménagement des espaces et des lieux publics.