Projeteur Béton

Imprimer

Fiche FAST n° 19-07-14 | (30/11/2012)

Les informations fournies par cette fiche sont indicatives, sans valeur légale et sans caractère obligatoire.

Description de l'activité

Définition : projette le béton en extérieur ou en souterrain, sur un support avec ou sans armature, jusqu’à l’obtention de l’épaisseur de voile prévue ; lors des travaux en ouvrages souterrains, ce voile est ensuite bétonné ou stabilisé par clous ou tirants.

  • L’équipe de projection se compose d’un porte-lance et de son assistant qui sont interchangeables et qui définissent le poste de projeteur de béton, d’un machiniste qui approvisionne la machine (guniteuse, malaxeur ou pompe à béton) et éventuellement d’une quatrième personne pour permettre une projection continue. Un robot de projection commandé à distance peut être utilisé dans les ouvrages souterrains.
  • Le mélange à béton souvent prêt à l’emploi contient des granulats et du ciment, auxquels peuvent s’ajouter des ajouts (raidisseurs conditionnés en fût de liquide ou en sacs de poudre), des adjuvants (accélérateurs de prise) ou des additifs (filers, cendres volantes, fumée de silice)
  • En projection par voie sèche (utilisée pour la réparation ou le renforcement de structure) le mélange à béton sec ou faiblement hydraté est introduit dans le guniteuse puis transporté jusqu’au lieu de projection par un tuyau « souple » dans lequel circule un flot d’air comprimé (3 à 7 bars) délivré par un compresseur ; l’hydratation complémentaire du mélange s’effectue dans la lance de projection raccordée à l’extrémité du tuyau de projection.
  • En projection par voie humide, le béton livré prêt à l’emploi ou préparé par le machiniste (centrale à béton, bétonnière) est introduit dans la pompe à béton, puis transporté par flexible jusqu’à la lance de projection. Le béton contient toujours des accélérateurs de prise.
  • En voie mouillée à flux dense (ouvrages souterrains, revêtements d’ouvrages neufs), l’air comprimé est introduit à hauteur de la lance de projection.
  • En voie mouillée à flux dilué (peu utilisée), l’air comprimé est introduit en sortie de machine pour aérer le mélange
  • Le porte lance ou son assistant communiquent avec le machiniste par gestes ou par radio.
  • Avant projection, le porte lance (ou lancier) et le machiniste contrôlent la qualité et testent la fiabilité du matériel. En voie sèche, le lancier dirige la lance vers le bas puis il avertit le machiniste qui envoie de l’air sous pression pour assécher l’intérieur du tuyau et supprimer les pellicules de ciment qui peuvent être responsables de bouchons. Alimenté par le machiniste, le lancier règle ensuite les mélanges (eau-air, eau-air-béton). En voie humide le lancier teste la perméabilité du tuyau de projection.
  • Quelle que soit la voie utilisée, le porte-lance projette le béton en se déplaçant au sol, sur échafaudage ou en nacelle ; en voie humide il est aidé de son assistant attentif qui porte le tuyau de projection pour alléger la charge physique du lancier et limiter le risque de pliage du tuyau. Occasionnellement un ouvrier peut souffler de l’air comprimé juste devant la lance pour enlever le matériau de rebond indésirable accumulé sur le support (vois sèche surtout) afin de permettre une projection continue.
  • En fin de poste le projeteur en liaison avec le machiniste vérifie la qualité des équipements puis l’équipe procède au nettoyage et à la maintenance du matériel.

Exigences

  • Acuité auditive adaptée au poste
  • Co-activité
  • Conduite : PEMP
  • Contrainte physique : forte
  • Contrainte posturale : travail debout (prolongé, tenue de la lance à bout de bras)
  • Contrainte de temps d'intervention (tunnels routiers, ferroviaires)
  • Coordination/ Précision Gestuelle
  • Grand Déplacement : Découché
  • Horaire de travail : travail posté 3x8h, 2x8h, travail nuit > 270h/an
  • Mobilité physique : dénivellation, terrain accidenté (terrain glissant)
  • Port EPI indispensable
  • Temps réaction adapté
  • Travail en Equipe
  • Travail Galerie/Tunnel
  • Travail en hauteur PEMP échafaudage
  • Travail en espace restreint
  • Travail Pour Entreprise Utilisatrice
  • Vision adaptée au poste : appréciation des distances, crépusculaire, pénombre

Accident du travail

  • Agression par agent chimique : contact, projection, inhalation
  • Chute de hauteur : PEMP, échafaudage
  • Chute de plain-pied : surface glissante, dénivellation, encombrement, terrain accidenté
  • Déplacement en ouvrage étroit : heurt structure, cuve, galerie
  • Eboulement/effondrement
  • Emploi d'appareil haute pression : fouettement, rupture flexible, air comprimé
  • Port manuel de charge : lance, tuyau
  • Chute d'objet : matériau
  • Projection particulaire : corps étranger, béton
  • Ruine échafaudage : mauvaise stabilisation, non conformité
  • Travail en milieu confiné
  • Risque routier : trajet
  • Renversement par engin/véhicule : chantier galerie

Nuisances

  • Bruit.
  • Hyper sollicitation des membres TMS (
  • Manutention manuelle de charges
  • Poussière minérale : silice libre cristalline, granulats, sables silico calcaire
  • Poussière de ciment
  • Béton spécial (nanoparticules )
  • Température extrême : forte chaleur - grand froid
  • Gaz combustion/échappement, diesel : CO, NO2 (travail en galerie)
  • Vibration mains-bras
  • Décapants

Pathologies

  • Affections causées par les ciments : dermite eczématiforme, blépharite, conjonctivite [8] [[8]]
  • Affections péri-articulaires : épaule : tendinopathie aigue ou chronique non rompue non calcifiante ; rupture partielle ou transfixiante de la coiffe des rotateurs ; coude : tendinopathie d’insertion des muscles épicondyliens ; ou muscles épitrochléens ; poignet-main : tendinite, syndrome canal carpien ; genou : hygroma [57] [57]
  • Affections chroniques du rachis lombaire / manutentions : Sciatique par hernie discale L4/L5 ; L5/S1 ; cruralgie par hernie discale L2/L3 ; L3/L4 ; L4/L5 [98] [98]
  • Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels [42]
  • Affections consécutives à l'inhalation de silice : pneumoconiose, sclérodermie, cancer bronchopulmonaire [25] [25]
  • Affections provoquées par les vibrations et les chocs : affections ostéo-articulaires, troubles angioneurotiques, atteintes vasculaires cubito-palmaires [69] [69]
  • Mycoses cutanées des orteils [46]
  • Périonyxis onyxis : atteinte du gros orteil [77]

Actions préventives

Mesures organisationnelles

FICHE DONNÉES SÉCURITÉ (FDS)
AUTORISATION DE CONDUITE : engins de chantier : cat.1, 9; PEMP
BRUIT
INSTALLATION /PRÉPARATION/ORGANISATION CHANTIER
DOCUMENT UNIQUE ÉVALUATION DES RISQUES (DUER)
ESPACE CONFINE
TEMPÉRATURE EXTRÊME 
ORGANISATION PREMIERS SECOURS
RISQUE ROUTIER : TRANSPORT PERSONNEL / MATÉRIEL : VÉHICULE UTILITAIRE LÉGER (VUL)
PLAN PRÉVENTION ENTREPRISE EXTÉRIEURE / UTILISATRICE :
REGLEMENT INTERIEUR
DECHETS GESTION
PENIBILITE

Mesures techniques

BRUIT
ECHAFAUDAGE / NACELLE ET PLATE FORME ELEVATRICE (PEMP) : montage et démontage assuré par du personnel formé
CHUTE HAUTEUR
ECLAIRAGE CHANTIER
ENGIN DE CHANTIER
ESPACE CONFINE
RISQUE ROUTIER : TRANSPORT PERSONNEL /MATÉRIEL : VÉHICULE UTILITAIRE LÉGER (VUL)
INSTALLATION HYGIENE / VIE (IHV) 
SIGNALISATION SECURITE ATELIER/CHANTIER
MANUTENTION MANUELLE: SUPPRESSION OU AIDES
POUSSIÈRE GAZ FUMÉE VAPEUR
VIBRATION
ORGANISATION PREMIERS SECOURS
DECHET/ GESTION
TEMPÉRATURE EXTRÊME  

Mesures humaines

CERTIFICAT APTITUDE CONDUITE EN SECURITE (CACES)
EQUIPEMENT DE PROTECTION INDIVIDUEL (EPI)
FORMATION SENSIBILISATION A LA MANUTENTION
FORMATION INFORMATION BRUIT
FORMATION UTILISATION / MONTAGE ECHAFAUDAGE
HYGIENE CORPORELLE / VESTIMENTAIRE
NOTICE ; FICHE DE POSTE D’INFORMATION DES SALARIES
FORMATION AUX AUTRES RISQUES SPECIFIQUES
FORMATION MAINTIEN ACTUALISATION DES COMPETENCES SST
PENIBILITE
TEMPÉRATURE EXTRÊME 

Surveillance médicoprofessionnelle

Surveillance médico-professionnelle : se reporter aux nuisances et à leurs fiches FAN éventuelles

Mot-clés