Ascensoriste

Imprimer

Fiche FAST n° 10-05-2014 | (30/11/2012)

Les informations fournies par cette fiche sont indicatives, sans valeur légale et sans caractère obligatoire.

Description de l'activité

Définition : le monteur installe un appareil de levage destiné au transport de personnes ou de charges : ascenseur, monte-charge, monte voiture, escalier mécanique, trottoir roulant ; L’agent de maintenance en assure l’entretien, le dépannage et/ou les petites réparations ; MONTAGE

  • L’équipe approvisionne le chantier (immeuble en construction/rénovation) : décharge,stocke et distribue par niveaux l’outillage et les matériaux (manutention manuelle et mécanisée d’objets lourds ou encombrants). L’outillage spécifique comprend des apparaux de traction (équipés ou non de parachute), des plateaux de travail posés ou suspendus munis des sécurités prévenant la chute des opérateurs ou du système, et des gueuses pour les essais en charge de l’appareil élévateur. Les matériaux constituant l’ascenseur comprennent les barres de guidage (50 à 110 kg), les éléments de cabine, les portes (jusqu’à 100 kg) le moteur treuil (300 à 1000 kg), les câbles de traction, les poulies, les contrepoids, les gueuses, les armoires et câbles électriques.
  • Après avoir étudié les plans et schémas de l’ouvrage à réaliser, le montage proprement dit commence par la mise en place des barres de guidage à partir du plateau de travail suspendu et tracté. Il se poursuit par l’implantation du moteur et de sa commande, la pose des portes palières et des boutons d’appel. La trémie est ainsi fermée, la protection du personnel est assurée. L’assemblage de la cabine, l’équipement de la machinerie, l’attelage et les câblages et raccordements électriques sont les étapes suivantes. Le montage se termine par le montage et l’habillage de la cabine, les réglages et les contrôles préalables à la mise en service.
  • Les membres de l’équipe peuvent communiquer entre eux par radio.MODERNISATION ET ADAPTATION : une loi de 2003 impose la modernisation de l’ensemble du parc d’ascenseurs pour 2018 ; elle consiste à une mise en conformité avec les nouvelles normes de sécurité ; par des changements d’organes, ou de sous ensembles complets d’un ascenseur. MAINTENANCE
  • L’agent d’entretien et de dépannage se déplace seul en véhicule de service (voiture ou deux roues) pour se rendre dans des bâtiments (habitations, bureaux, immeuble de grande hauteur, locaux industriels, hôpitaux, lieux publics…). Ce travail est souvent assujetti à des astreintes comprenant des permanences la nuits, les week-ends et jours fériés.
  • Son intervention porte sur les organes mécaniques, électriques, électroniques hydrauliques, informatiques et automatismes des équipements situés en cabine, dans le local machinerie et dans les gaines d’ascenseur ; pour cela, il monte à des échelles, passe par des trappes, chemine sur les toits ou se déplace sur différents niveaux du bâtiment en empruntant les escaliers, tout en portant son outillage (sac ou sacoches pesant 15 kg). Il peut travailler en hauteur et dans toutes les positions (debout, accroupi, allongé)
  • L’entretien normal : une fois par mois sur chaque installation, comprend les contrôles, nettoyages et réglages nécessaires, le remplacement des pièces usagées, a vérification des dispositifs de sécurité et le bon fonctionnement des matériels ; pour chaque intervention l’ascensoriste doit établir un compte rendu écrit d’intervention.
  • L’entretien complet qui nécessite la mise hors service de l’installation, comporte en outre la vérification en machinerie et en fond de cuvette des organes de traction (moteur, câbles, poulies…) des armoires de commande et des sécurités (freins, régulateur de vitesse …). La révision en gaine se fait à partir du toit de cabine, en descente lente. Le technicien commande la manœuvre par le boîtier de révision. Tout au long de cette inspection, il assure nettoyages et graissages. L’essai de parachute est un contrôle de sécurité très particulier qui, selon les installations peut imposer le travail à deux et l’utilisation d’un matériel spécifique.
  • L’agent peut intervenir sur des matériaux contenant de l’amiante après formation (dans les immeubles construits avant 1978, les gaines et les cloisons de machineries ont pu être floquées avec des matériaux contenant de l’amiante, les portes palières des vieux ascenseurs (90% d’amiante), les garnitures de frein, et les bobines de soufflage pour éviter la formation d’arcs électriques contiennent aussi de l’amiante) dans le cadre d’activités autres que la démolition, le retrait et l’encapsulage ayant pour but le traitement de l’amiante en place (sous-section 3); cette activité doit être confiée à une entreprise spécialisée (voir fiche désamianteur ). . Les fonds de cuvette sont souvent souillés (détritus, déjections, seringues, aiguilles abandonnées…).
  • L’agent d’entretien assure également le dépannage des appareils dont il a la charge. Il intervient sur appel du client ou de l’usager (télésurveillance).
  • Le réparateur intervient en deuxième intention. Le plus souvent, il appartient à un service spécialisé, mais dans les petites entreprises le dépanneur effectue aussi les réparations. Ces travaux, toujours programmés nécessitent un outillage complémentaire (poste de soudure, disqueuse…) l’emploi de solvants/dégrippants/lubrifiants, et peuvent justifier un travail d’équipe avec une aide à la manutention.

Exigences

  • Attention/ Vigilance
  • Capacité Réflexion /Analyse
  • Conduite : VUL ou deux roues
  • Contact avec la clientèle : usagers, responsable de sites, gardiens d'immeuble
  • Contrainte physique : forte
  • Contrainte posturale : toutes positions
  • Contrainte de temps d'intervention : dépannage d'urgence, personnes bloquées dans la cabine
  • Coordination/ Précision Gestuelle
  • Temps réaction adapté
  • Poste Sécurité
  • Travail sous tension électrique
  • Esprit Sécurité
  • Horaire de travail : astreinte heures supplémentaires, nuit, week-end
  • Mobilité physique : escaliers, descente dans la gaine d'ascenseur, toit de cabine
  • Multiplicité des lieux de travail : dépannage d'urgence
  • Sens Equilibre
  • Travail en espace restreint : gaine, local machinerie
  • Travail en équipe (montage)
  • Travail en hauteur (trémie d'ascenseur)
  • Travail seul (maintenance)
  • Vision adaptée au poste : vision des couleurs relief champ visuel (câblage)

Accident du travail

  • Chute de hauteur : trémie, échelle, trappe
  • Port manuel de charge : outillage, gueuse (essai en charge), moteur treuil, porte ascenseur
  • Chute d'objet : contrepoids, cabine
  • Contact avec conducteur sous tension : baladeuse électrique, réseau distribution locaux techniques
  • Projection particulaire
  • Chute de plain-pied : encombrement, dénivellation (escalier, gaine), surface glissante
  • Risque routier : VUL, deux roues, dépannage
  • Emploi de machine dangereuse : la cabine, les contrepoids, les câbles
  • Déplacement en ouvrage étroit : heurt structure
  • Travail en milieu confiné : en fond cuvette
  • Contact avec agent biologique (tétanos, leptospirose...)
  • Contact avec animal/rongeur/insecte: morsure, piqûre et souillure par déjection animale
  • Travaux rayonnement non ionisant : soudage, ultraviolet (coup d'arc)
  • Violence physique: contact public

Nuisances

  • Bruit
  • Hypersollicitation des membres TMS
  • Manutention manuelle de charges
  • Agents biologiques : hépatite B, leptospirose, VIH (fonds de gaines, rongeurs, aiguille de seringue usagée)
  • Solvants organiques, solvants aliphatiques
  • Huiles minérales : lubrifiant/graisse
  • Poussière fibre minérale naturelle : amiante (maintenance des vieux ascenseurs)
  • Procédés de soudage : soudage à l'arc pour les réparations
  • Rayonnement non ionisant : ultraviolet
  • Vibrations mains bras: SMR si valeurs d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8h: si vibrations transmises aux mains et aux bras supérieures à 2,5 m/s²

Pathologies

  • Affections péri-articulaires : épaule : tendinopathie aigue ou chronique non rompue non calcifiante ; rupture partielle ou transfixiante de la coiffe des rotateurs ; coude : tendinopathie d’insertion des muscles épicondyliens ; ou muscles épitrochléens ; poignet-main : tendinite, syndrome canal carpien ; genou : hygroma [57] [57]
  • Affections chroniques du rachis lombaire / provoqiées par la manutention manuelle de charges lourdes : Sciatique par hernie discale L4/L5 ; L5/S1 ; cruralgie par hernie discale L2/L3 ; L3/L4 ;L4/L5 [98] [98]
  • Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels [42]
  • Affections provoquées par les vibrations et les chocs : affections ostéo-articulaires, troubles angioneurotiques, atteintes vasculaires cubito-palmaires [69] [69]
  • Affections provoquées par les huiles et graisses d’origine minérale et de synthèse [36] [36]
  • Affections professionnelles provoquées par les dérives halogénés suivant des hydrocarbures aliphatiques : dermatoses (intoxications) [12]
  • Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel : dermatoses, (intoxications) [84]
  • Lésions chroniques du ménisque [79] [79]
  • Mycoses cutanées des orteils [46]
  • Périonyxis onyxis : atteinte du gros orteil [77] [77]
  • Affections consécutives à l’inhalation d’amiante : plaque, épaississement pleural, asbestose, mésothéliome, travaux de maintenance sur appareils anciens [30] [30]
  • Cancer broncho-pulmonaire lié à l’inhalation d’amiante, travaux de maintenance sur appareils anciens [30b] [30b]

Actions préventives

Mesures organisationnelles

BRUIT
BORDEREAU SUIVI DÉCHETS DANGEREUX (BSDD ; BSDA Amiante)
AMIANTE dispositions communes à toutes les activités (sous-section 4)
DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE (DTA)
DOSSIER INTERVENTION ULTÉRIEURE SUR OUVRAGE (DIUO)
FICHE D'EXPOSITION INDIVIDUELLE : lors des travaux de modernisation et d’entretien sur ascenseurs anciens
LISTE DES SALARIES EXPOSES AUX CMR : amiante travaux de mise aux normes et rénovation
FICHE DONNÉES SÉCURITÉ (FDS)
TRAVAIL ISOLE / DANGEREUX
ORGANISATION PREMIERS SECOURS
DECHETS GESTION
RISQUE BIOLOGIQUE
PENIBILITE

Mesures techniques

BRUIT
CHUTE DE HAUTEUR : plateaux de travail posés ou suspendus munis de garde corps ; fermeture des trémies...
AMIANTE-INTERVENTION SUR MATÉRIAUX AMIANTES (Sous- section 4)
RISQUE ELECTRIQUE CHANTIER
MANUTENTION MECANIQUE
MANUTENTION MANUELLE: SUPPRESSION OU AIDES
LUTTE CONTRE INCENDIE : extincteur à proximité des postes de soudage (réparation).
SUBSTITUTION AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX / CHANGEMENTS MODES OPERATOIRES
RISQUE ROUTIER : TRANSPORT PERSONNEL /MATÉRIEL : VÉHICULE UTILITAIRE LÉGER (VUL)
ECLAIRAGE SUR CHANTIER : utilisation de lampes fluo compactes réduisant les risques d’incendie et de brûlures
RISQUE BIOLOGIQUE : dératisation, désinfection
ORGANISATION PREMIERS SECOURS
VIBRATIONS : mains-bras

Mesures humaines

EPI : chaussures de sécurité, protection individuelle contre le bruit (PICB), appareil filtrant respiratoire à ventilation libre type FFP3, combinaison jetable si travaux sur matériaux amiantés, port de gants, port d’une tenue de travail veste /pantalon en coton ou similaire, masque de protection pour travaux de soudure ; lunettes protectrices si travaux de disquage
CARTE INDIVIDUELLE DE SUIVI MEDICAL AUX RAYONNEMENTS IONISANTS
FORMATION /SENSIBILISATION A LA MANUTENTION : PRAP - ADAPT métier
FORMATION ELINGAGE : pour les travaux de montage ou modernisation
FORMATION UTILISATION DES MATERIELS DE LUTTE CONTRE INCENDIE
FORMATION INFORMATION BRUIT
FORMATION MAINTIEN ACTUALISATION DES COMPETENCES SST
FORMATION AMIANTE ( sous section 4)
FORMATION AUTRES RISQUES SPECIFIQUES : risque routier (surtout maintenance et dépannage) ; risques : chimique, biologique, contact rongeurs; autres risques physiques (vibrations), risque amiante
HABILITATION ELECTRIQUE
NOTICE ; FICHE DE POSTE D’INFORMATION DES SALARIES
PENIBILITE: l'employeur consigne dans une fiche (modèle sera défini par arrêté): les conditions de pénibilité auxquelles le salarié est exposé....

Surveillance médicoprofessionnelle

Surveillance médico-professionnelle : se reporter aux nuisances et à leurs fiches FAN éventuelles

Mot-clés