FUMEES DE SOUDAGE

Imprimer
Mis à jour le 7 septembre 2005

Les informations fournies par cette fiche sont indicatives, sans valeur légale et sans caractère obligatoire.

Définition de la nuisance ou situation dangereuse

La plupart des procédés de soudage entraînent l’émission de fumées constituées de gaz et de nombreuses particules de taille le plus souvent inférieure à 1 µ dont la nature et la concentration varient selon le procédé de soudage utilisé, la nature des métaux d’apport, des métaux à souder et de leurs revêtements éventuels. Définitions : Lors de la soudure autogène, les métaux des pièces assemblées participent directement par fusion à la formation du joint. L’assemblage des 2 pièces métalliques se fait sans apport de métal ou avec apport de métal identique. La soudure hétérogène consiste au soudage de 2 pièces métalliques avec apport de métal différent. Lors du brasage et du soudo- brasage, il n’y a fusion que du métal d’apport, les pièces sont maintenues par la brasure. On connaît différents procédés de soudage : • Le brasage et soudo-brasage au chalumeau avec métal d’apport. • La soudure oxyacétylénique au chalumeau. • la soudure électrique par résistance par point. • La soudure à l’arc avec : – Soudage avec fil fusible fourré avec ou sans gaz de protection. – Soudage manuel à l’arc avec électrode enrobée, type de soudage le plus répandu avec forte émission de fumées. On connaît 5 types d’enrobage : * Oxydant à base d’oxyde de fer. * Acide à base d’oxyde de fer, de silicate, de ferromanganèse. * Basique : carbonate de calcium, fluorure de calcium. * Cellulosique composé de cellulose et de matières organiques. * Rutile composé d’oxyde de titane plus ou moins associé à l’oxyde de fer. – Soudage sous protection gazeuse : * MAG (metal activ gas) avec une électrode à fil fusible et comme gaz de protection du gaz carbonique mélangé ou non à de l’oxygène, de l’argon. * MIG (metal inert gas) avec fil fusible et comme gaz de protection de l’argon, de l’hélium ou mélange des deux. * TIG (tungsten inert gas) avec une électrode réfractaire en tungstène pur ou thorié et comme gaz de protection de l’argon ou de l’hélium. – Soudage sous flux avec fil fusible non enrobé • La brasure de l’industrie électronique (composants) utilisant de la colophane comme flux dans les métaux d’apport de brasage. En fonction des procédés de soudage, des métaux à souder et des métaux d’apport, les fumées de soudage peuvent contenir, de façon non exhaustive : de l’oxyde de zinc, du fer, du nickel du chrome, du cuivre, du manganèse, du titane, du plomb, du cadmium, du fluor et du baryum. On peut classer les procédés de soudage selon le degré d’émission de poussières totales par ordre décroissant : soudage avec fil fusible fourré sans gaz de protection, soudage à l’arc manuel, MIG, MAG, TIG. L’atmosphère peut également être polluée par des gaz d’apport : acétylène, oxygène, argon, gaz carbonique et par des gaz produits par l’opération de soudage: monoxyde de carbone, vapeurs nitreuses et ozone. En présence de composés halogénés (revêtements de surface des métaux à souder, dégraissants), il peut y avoir émission de phosgène sous l’effet de la chaleur.

Danger

Les effets sur l’homme sont différents selon les procédés de soudage, souvent combinés du fait des nombreux mélanges retrouvés dans les fumées. • Toxicité aiguë : – Fièvre des métaux ou fièvre des fondeurs provoquée par l’inhalation de fumées d’oxyde de zinc (acier galvanisé) mais aussi de cuivre, de magnésium et moins fréquemment d’aluminium, de fer, de nickel, de cadmium, d’argent ou d’étain. Fréquente elle provoque un syndrome pseudo-grippal spontanément réversible sans séquelle. – Pneumopathie aiguë avec alvéolite sévère (cadmium, manganèse, chrome, sélénium). – Syndrome de Brooks en cas d’inhalation massive d’irritants. – OAP souvent retardé lié à l’inhalation de phosgène, vapeurs nitreuses. – Perturbation des EFR : diminution du VEMS et de la CVF. • Toxicité chronique : – Irritation des voies aériennes supérieures. – Bronchite chronique. – Syndrome obstructif modéré. – Pneumoconioses (sidérose). – Asthme ( colophane, nickel, chrome, tungstène et gaz : ozone,…). – Cancer broncho-pulmonaire : la méta-analyse réalisée par MOULIN en 1997 retrouve un excès de cancer bronchopulmonaire de 1,38 mais deux facteurs de confusion sont souvent évoqués pour expliquer cet excès : le tabac et l’amiante. Il n’est cependant pas mis en évidence que les soudeurs d’acier inoxydables présentent un risque plus élevé que les soudeurs d’acier doux. Le CIRC a classé les fumées de soudage dans le groupe 2B ( cancérogènes possibles). – Troubles neurologiques centraux : encéphalopathie manganique. – Troubles digestifs : diminution d’appétit, trouble du transit (cuivre). – Atteinte rénale : cadmium. Le risque radioactif, lors de l’utilisation des électrodes en tungstène thorié (TIG) est minime, largement inférieur à la VLE réglementaire. Les protections réglementaires sont toutefois nécessaires notamment lors du meulage des électrodes avec aspiration à la source : combinaison et masque jetable. Les déchets R* seront récupérés dans des sacs étanches et mis en décharge spécialisée. Le risque d’intoxication au plomb lors de la soudure étain-plomb est théoriquement nul du fait de la température de fusion du plomb théorique à 327°C(le brasage se fait à 200°) ; en revanche il existe un risque de contamination orale (mains sales). Les autres risques : ophtalmologiques, explosion et incendies sont traités dans les fiches correspondantes.

Tâches et postes

Activités et tâches

Postes

Soudure oxyacétylénique au chalumeau
Soudure à l’arc
Brasure et soudo-brasure
Métalliers, serruriers , monteurs en charpente métallique, chaudronniers, plombiers, chauffagistes, couvreurs, soudeurs, chalumistes, tuyauteurs, mécaniciens, soudeurs de canalisations TP, électriciens, téléphonistes, électrotechniciens

Fiches FAST liées

  • Agent Centrale d'Enrobage
  • Agent maintenance équipements industriels
  • Bobinier Electricien
  • Boiseur Galerie
  • Canalisateur Forage Horizontal : Foreuse
  • Canalisateur Tranchée Ouverte
  • Charpentier Structures Métalliques
  • Couvreur Zingueur
  • Electricien Equipement Bâtiment
  • Ferrailleur
  • Foreur Sondeur Injecteur
  • Habilleur Façade
  • Installateur Thermique Génie Climatique
  • Mécanicien Maintenance Engins-Matériels BTP/Carrière
  • Opérateur train de renouvellement voies ferrées
  • Opérateur Tunnelier
  • Opérateurs Gazoduc
  • Opérateurs Machine Coffrage Glissant Horizontal
  • Poseur Voie Ferrée
  • Poseur Voies Tramway

Niveau d'exposition

Temps : durée - fréquence

La toxicité dépend du temps effectif de soudage.

 

Exposition

Permanente

Fréquente

Intermittente

Occasionnelle

%

> 70

> 30

> 5

< 5

Jour

> 6 heures

> 2 heures

> 30 mn

< 30 mn

Semaine

> 3 jours

> 1 jour

> 2 heures

< 2 heures

Mois

> 15 jours

> 6 jours

> 1 jour

< 1 jour

Année

> 5 mois

> 2 mois

> 15 jours

< 15 jours

Intensité

Selon l’intensité électrique du courant du soudage la concentration en fumées varie.

Conditions d'exposition

Matériaux

• Métal de base de la pièce à souder : aciers doux (fer + carbone); aciers faiblement liés (fer + carbone + en faible quantité divers éléments : chrome, manganèse, molybdène, nickel, cuivre) ; aciers inoxydables fortement liés (fer + carbone + chrome de 13 à 30% + nickel de 8 à 22%) ; aciers galvanisés ; alliages d’aluminium ; alliages non ferreux ; cuivre, zinc ; plomb ; étain ; fonte. • Métal d’apport et enrobage de la baguette, électrodes enrobées, fils pleins et fourrés, électrodes réfractaires. • Produits de dégraissage (solvants chlorés ++ avec risque d’émission de phosgène par dégradation) et traitement de surface des pièces à souder (plomb, résines époxy, polyuréthane, restes de peintures et vernis…).

Matériels

• Chalumeau, détendeurs, fer à souder, matériel de micro soudure. • Bouteilles de gaz : acétylène, O2, argon, gaz carbonique. • Groupe électrogène de soudage, poste de soudage.

Cofacteurs environnementaux

Atmosphère confinée, absence d’aspiration, importance de l’intensité du courant utilisé et de la présence d’un gaz de protection ou non.

Facteurs individuels

Pathologies bronchopulmonaires, affections dyspnéisantes. L’action conjuguée des gaz et des fumées potentialise les effets nocifs du tabac.

Barème de décision

Critères complets

Les coefficients de pondération s'additionnent : proposition d'action médicale renforcée pour un total supérieur ou égal à 5.

Conditions d’exposition

Permanente

Fréquente

Intermittente

Occasionnelle

Matériaux

Soudage à fil fourré sans gaz

4

4

2

2

Soudage manuel à l’arc

3

3

1

1

MAG, MIG

2

2

1

0

Chalumeau

1

1

0

0

TIG

0

0

0

0

Matériel

Zinc, cadmium

3

2

1

1

Chrome, nickel

2

2

1

1

Fer

1

1

0

0

Plomb

1

0

0

0

Cofacteurs individuels

Pathologie bronchopulmonaire évolutive, affection dyspnéisante

2

2

1

1

Tabac

1

1

1

0

Cofacteurs environnementaux

Espce confiné

2

2

1

1

Absence de ventilation

1

1

1

0

Critères simples

Présence de fumées visibles.

Contenu des actions

Suivi règlementaire

Suivi individuel de l’état de santé des travailleurs

Arrêté du 11-07-1977 (abrogé) : était concerné pour l’exposition au plomb, fer, bioxyde de manganèse et bruit.
Décret plomb du 1-2-1988 : abrogé.
• Décret 2001-97 du 1-2-01 : CMR.

Surveillance post professionnelle

Non concernée.

Modalités du suivi individuel de l'état de santé

• A l’embauche : Accorder une attention particulière aux personnes atteintes d’une pathologie respiratoire chronique évolutive; Information sur le risque, sur les moyens de prévention et sur le suivi médical, prévention du tabagisme

RP de référence et EFR pour évaluer la fonction respiratoire et servir de référence ; audiogramme de référence.

• visite systématique : surveillance EFR et RP à intervalles réguliers ou en cas d’apparition de signes respiratoires ; surveillance ORL (audiogramme), surveillance du SNC. L’indicateur biologique le plus fiable est le chrome urinaire en fin de poste ; surveillance ophtalmologique (voir fiche FAN fiche INFRA ROUGE).

Prévention

Prévention collective

Choix du procédé de soudage le moins polluant, aération, ventilation des locaux, aspiration à la source (en atelier torche et tables aspirantes, buses et bras aspirants, cabines enveloppantes) ; éloigner ou protéger tous matériaux combustibles ; installation d’écrans protecteurs autour du poste de travail pour les salariés travaillant ou circulant à proximité.

Prévention individuelle

Information des salariés : casques ou masques équipés de verre filtrant ; gants de soudeurs ; vêtements ignifugés ; chaussures ; tablier ; protection auditive ; masque de protection respiratoire (pièce faciale filtrante FFP3 ou masque avec filtre P3 ou demi-masque avec filtre combiné gaz et particules s’il existe un risque gaz ou ventilation assistée ou adduction d’air ; le choix dépendra du risque.

Réparation

• TRG n° 1 : plomb. • TRG n° 10 : chrome. • TRG n° 30 : amiante. • TRG n° 33 : bérylium. • TRG n° 37 : nickel. • TRG n° 39 : manganèse. • TRG n° 44 : fer. • TRG n° 61 : cadmium. • TRG n° 64 : oxyde de carbone. • TRG n° 66 : affections respiratoires allergiques. • TRG n° 84 : solvants organiques.

Secours

Formation des SST.

Remarques

• Décret n° 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant le code du travail.

Mot-clés