CIMENT

Imprimer
Mis à jour le 13 juin 2012

Les informations fournies par cette fiche sont indicatives, sans valeur légale et sans caractère obligatoire.

Définition de la nuisance ou situation dangereuse

• Matière première la plus employée dans le B.T.P. • Liant hydraulique constitué de silicates et d’aluminates de chaux. Les matières premières essentielles sont la roche calcaire et l’argile qui sont broyées et chauffées pour obtenir le clinker. Celui-ci est broyé et additionné de différentes substances:

  • Le sulfate de calcium (gypse) donne le ciment dit Portland.
  • Le laitier issu des hauts fourneaux donne le ciment de laitier ou pouzzolane.
  • Des cendres…
  • Les ciments à usage spécifique (prompt, alumineux, fondu).

Il est irritant car alcalin: son pH de 12 à 13 dans l’eau, lui confère par contact des effets caustiques sur la peau et par inhalations des irritations des voies aériennes supérieures. Il est abrasif (surtout lorsqu’il est mélangé à du sable) et hygroscopique (par la présence de composés anhydres). Relativement bien supporté lorsqu’il est sec il devient plus agressif lorsqu’il est humide par libération d’hydroxyde de calcium. 20 à 30 % du ciment classique est constitué de poussières d’un diamètre inférieur à 5 microns.

  • Il comporte des traces de nickel, de chrome et de cobalt parfois responsables en cas de contacts répétés et prolongés avec la peau, de réaction allergique. Le ciment reste la source principale de sensibilisation au chrome : seuls les sels de chrome sont sensibilisants (dérivés hexavalents chromates et bichromates).• Autres constituants : – Additifs (accélérateurs de prise, résine époxy dans les ciments très imperméables). – Matières plastiques (à action anti-corrosive). – Potasse, soude caustique. – Agents bactéricides. – Agents de mouture. – Adjuvants.

 

Danger

• La pathologie est essentiellement de nature dermatologique. Dermite d’irritation : Elle ne représente qu’une forme mineure de brûlure siégeant dans les zones en contact avec les produits chimiques. Dermite d’usure : (dermite sèche, fissures, crevasses). L’irritation fait le lit de l’allergie. Eczéma allergique par hypersensibilité retardée : * Première cause de dermatite de contact dans la construction. Le chrome hexavalent est l’allergène le plus souvent responsable de l’allergie. * Débute par les doigts, restant localisé à la face dorsale de l’index et du médius, autour des ongles, accompagné de prurit. Evolue selon les quatres stades classiques de l’eczema : érythème, vésicules, croûtes, desquamation. Brulûres  » CEMENT BURNS  » : En augmentation depuis 1976 par utilisation très large de ciments prémélangés et de ciments à prise rapide (chaux) : ce sont des lésions caustiques, d’authentiques brûlures alcalines. Cliniquement ce sont des ulcérations douloureuses à l’emporte pièce localisées aux genoux, à la face antérieure des jambes mais aussi aux mains (face latérale et extrémités des doigts), aux avant bras et aux cuisses. Onychopathies : * Hyperkératose sous inguéale disto latérale (avec atteinte des 3 premiers doigts de la main dominante). * Koïlonychie. • Autres : – Blépharite, conjonctivite, à signaler dans quelques cas de réelles pertes de la vue lors de projections importantes non traitées. – Une augmentation de la prévalence de symptomes respiratoires a été décrite.

Tâches et postes

Activités et situations de travail Postes detravail
Toute action concernant la fabrication des bétons, colles et mortiers utilisant le ciment avec adjonction d’eau BATIMENT :
Paveur, carreleur, chapiste, maçon, manoeuvre, marbrier, coffreur-bancheur, coffreur-boiseur, ponceur de béton, conducteur de centrale à béton et de matériel spécifique (bétonnière, hélicoptère, truelle mécanique, règle vibrante), maçon fumiste, mouleur en béton industriel, préfabrication de parpaings, tailleur de pierre, projeteur, façadier, ravaleur ragréeur, poseur de revêtement de sol, plombier, chauffagiste.
TRAVAUX PUBLICS :
Poseur de bordures, canalisateur, maçon TP, conducteur de centrale d’injection, boiseur en galerie, monteur de lignes aériennes.

Fiches FAST liées

  • Agent Préfabrication Béton
  • Applicateur Revêtement Surface Résine Synthétique
  • Boiseur Galerie
  • Canalisateur Tranchée Ouverte
  • Catenairiste
  • Coffreur Bancheur
  • Coffreur Boiseur
  • Conducteur Centrale Béton Non Automatisée
  • Conducteur Centrale Injection
  • Conducteur Malaxeur Projeteur Enduit
  • Cordiste/Travaux Accès Difficiles
  • Couvreur Zingueur
  • Electricien Equipement Bâtiment
  • Façadier Enduiseur
  • Façadier Ravaleur Ragréeur
  • Foreur Scieur Béton
  • Maçon Bâtiment
  • Maçon Fumiste
  • Maçon TP
  • Magasinier Matériaux Construction
  • Monteur Electricien Réseau Aéro Souterrain
  • Opérateurs Machine Coffrage Glissant Horizontal
  • Ouvrier Exécution Bâtiment Gros Oeuvre
  • Ouvrier exécution TP
  • Ponceur Béton
  • Poseur Bordures
  • Poseur Monuments Funéraires
  • Poseur Sols Souples
  • Poseur Voie Ferrée
  • Projeteur Béton

Niveau d'exposition

Temps : durée - fréquence

Exposition Permanente Fréquente Intermittente Occasionnelle
% > 70 > 30 > 5 < 5
Jour > 6 heures > 2 heures > 30 mn < 30 mn
Semaine > 3 jours > 1 jour > 2 heures < 2 heures
Mois > 15 jours > 6 jours > 1 jour < 1 jour
Année > 5 mois > 2 mois > 15 jours < 15 jours

Conditions d'exposition

Matériaux

– Ciment sec. – Ciment gâché.

Matériels

– Activités automatisées. – Activités manuelles : gâchage, truelle, taloche, bétonnière, vibreur, régle vibrante…

Facteurs individuels

Action traumatique du froid ou sudation, sécheresse ou macération de la peau, microtraumatismes répétés, dermatoses pré-existantes (mycose, ichtyose, crevasses, dyshidrose bipolaire), lavage des mains avec détergents ou lessives très agressives, antécédents allergiques personnels.

Barème de décision

Critères complets

Les coefficients de pondération s'additionnent : proposition d'action médicale renforcée pour un total supérieur ou égal à 5.

Conditions d’exposition Permanente Fréquente Intermittente Occasionnelle
Matériaux

Ciment sec

1 0 0 0

Ciment gâché

1 1 1 1
Matériels

Activités automatisées

0 0 0 0

Activités manuelles

2 1 1 0

Cofacteurs idividuels

Sécheresse / macération de la peau, antécédents d’allergie, dermatose pré-existante

2 2 1 1

Critères simples

Antécédent personnel d’allergie au ciment.

Contenu des actions

Surveillance légale

Surveillance médicale renforcée

Non concernée

Surveillance post professionnelle

Non concernée.

Action médicale renforcée

• Examen clinique de la peau et des phanères. • Recherche et traitement de lésions préexistantes.

Prévention

Prévention collective

– Toujours privilégier les sacs de 25 kg (cf fiche manutention). – L’amélioration des conditions d’hygiène sur les chantiers a fait diminuer la pathologie (présence d’eau claire). – Eviter le contact avec le ciment frais. – Nettoyage du matériel et des outils après usage. – Veillez à ce que les sacs soient étiquetés. – Stocker le ciment dans un endroit sec et frais.

Prévention individuelle

Informations:

  • Lutte contre les mauvais gestes professionnels : ne pas lisser le ciment frais avec les doigts, ne pas s’agenouiller dans le ciment non pris. – Port de gants étanches, doublés de coton, en nitrile ou néoprène, à manchette, changés régulièrement pour éviter la sudation et la macération. Pas de gants en latex (allergie); pas de gants en cuir souvent tannés avec des sels de chrome. – Enlever les vêtements imprégniés de ciment frais.
  • Informations aux salariés sur l’hygiène cutanée :douche et changement de vêtements après le travail, – Crème de protection hydratante, savon surgras. – Traitement de chaque lésion cutanée pré-existante.

Réparation

TRG n° 8 : Affections causées par les ciments (alumino silicates de calcium).

Secours

– En cas de projection oculaire lavage abondant à l’eau claire pendant 10 à 15 minutes et consultation ophtalmologique. – En cas de contact cutané rincer immédiatement à l’eau.

Remarques

 

  • Le décret n° 2005-577 du 25-5-05 prévoit l’interdiction de mise sur le marché et l’utilisation des ciments (et des préparations en contenant) dont la teneur en chrome VI est supérieure à 0,0002 % (sauf cas particulier).
  • Décret n° 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant le code du travail.
  • L’étiquetage est fixé par l’arrêté du 7-2-07 pour les ciments et préparations de ciment – Si la teneur en chrome VI est > 0,0002 % l’emballage doit porter comme indication : contient du chrome VI; peut déclancher une réaction allergique sauf si la préparation est déjà classée et étiquetée comme sensiblisante et porte la phrase de risque R43. – Pour les ciments contenant un agent réducteur l’emballage doit comporter les indications suivantes : date d’emballage; conditions de stockage (température et humidité) ainsi que durée de stockage maximale. L’agent réducteur le plus souvent utilisé est le sulfate ferreux qui permet de réduire le chrome VI en chrome III. Cet agent réducteur n’est actif que pendant une durée limitée d’où la nécessité du respect des dates de stockage maximales au-delà desquelles il devient inactif. La réglementation a pour but de limiter la dangerosité des ciments vis à vis des risques allergiques mais les mesures de prévention doivent rester rigoureuses avec en particulier le port de gants adaptés.

 

Mot-clés